Ligne 138A (Infrabel) - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Ligne 138A (Infrabel).

Ligne 138A (Infrabel)

Ligne 138A
Ligne de Florennes à Givet (F)
via Doische

Carte de la ligne
Pays
Belgique
,
France
Villes desservies Florennes, Givet
Historique
Mise en service 1862
Fermeture 1944 – 1986
Concessionnaires Compagnie de l'Est belge (1859 – 1864)
Grand Central Belge (1864 – 1897)
État belge (1897 – 1926)
SNCB (1926 – 2015)
Infrabel (assiette) (à partir de 2015)
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 138A
Longueur 24,1 km
Écartement standard (1,435 m)
Électrification Non électrifiée
Pente maximale 14 
Nombre de voies 0
(Anciennement à voie unique)
Trafic
Propriétaire Infrabel (assiette)
Trafic voie démontée

La ligne 138A Florennes - Givet fut établie par la Compagnie de l'Est Belge. Elle prolonge la ligne 138 qui rallie Châtelet, près de Charleroi. À l'origine, elle entrait en concurrence directe avec la ligne 132 (de la Société du chemin de fer de l'Entre-Sambre-et-Meuse) et la ligne 154 de la Compagnie du Nord - Belge sur le trafic de transit entre les bassins industriels de Lorraine et de Charleroi.

Historique

La gare de Florennes Central
La gare de Florennes Central
  • En 1855, la Société anonyme du chemin de fer de Morialmé à Châtelineau avait atteint Florennes, depuis Châtelet. Cette ville est déjà desservie, depuis un an, par la Compagnie de l'entre Sambre et Meuse, mais les deux concurrentes établissent des gares distinctes qui ne sont pas interconnectées.
  • Le la fusion de la Société anonyme du chemin de fer de Morialmé à Châtelineau et de la Société anonyme des chemins de fer de Louvain à Charleroi donne naissance à la Société anonyme des chemins de fer de l'Est-belge.
  • C'est le que l'Est belge mit en service le prolongement de la ligne en direction de Doische et Givet, concédé par l'arrêté royal du . Une convention avait passée avec la compagnie, française, des Chemins de fer des Ardennes pour que cette dernière s'acquitte de la construction de la section de Givet à Doische[1].
  • Le , la Compagnie du Grand Central Belge est mise sur pied. Elle associe notamment les compagnies, rivales, de l'Est et de l'Entre Sambre et Meuse.
  • En 1895, les Chemins de fer de l'État belge inaugurent une courte ligne d'Ermeton-sur-Biert à Florennes (actuelle ligne 136A). Une modeste gare, appelée « Florennes-État », implantée près de la gare de Florennes-Est[2].
  • En 1897, le Grand central est repris par les Chemins de fer de l’État belge. À cette époque, les gares de l'Est et du Sud de Florennes ne sont pas encore reliées. Les voyageurs sont priés d'utiliser leurs pieds (2 km), ou une diligence, pour passer d'une ligne à l'autre.
  • En 1910, le raccordement entre les gares de Florennes est l'occasion d'inaugurer l'imposante gare de Florennes central. La ligne reste toutefois à voie unique, l'essentiel du trafic marchandise transite en effet par Mariembourg et Walcourt.
  • Après la Seconde Guerre mondiale, la section transfrontalière Doische - Givet n'est pas réexploitée. En 1954, la vague de transfert à la route des dessertes voyageurs des lignes secondaires touche également cette ligne.
  • En 1966, les trains de marchandises locaux sont limités à la section Florennes - Merlemont, qui sera à son tour abandonnée en 1984, comme la plupart des lignes de la région encore desservies. La voie sera rapidement démontée.
La gare de Florennes Est
La gare de Florennes Est

Notes et références

  1. De Laveleye 1862, p. 163-135.
  2. (fr + nl) « Carte officielle des chemins de fer de la Belgique au 31 décembre 1897 », sur uurl.kbr.be, A. Mertens, (consulté le 1er juin 2020)

Voir aussi

Articles connexes

Bibliographie

  • Au cœur de l'Entre-Sambre-et-Meuse de Roland Marganne, in "Le rail - Mensuel des œuvres sociales de la SNCB - "
  • Auguste de Laveleye, « Chemin de fer de l'Est-belge », dans Histoire des vingt-cinq premières années des chemins de fer belges, Bruxelles, A. Decq, , 228 p. (lire en ligne), p. 150-167. Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • « Chemin de fer de l'Est-belge », dans Félix Loisel, Annuaire spécial des chemins de fer belges (période de 1835 à 1865 inclus), Bruxelles, Conférence des chemins de fer belge, (lire en ligne), p. 322-338. Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article

Liens externes

{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Ligne 138A (Infrabel)
Listen to this article