Manuela Gretkowska - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Manuela Gretkowska.

Manuela Gretkowska

Manuela Gretkowska
Naissance (56 ans)
Łódź,
Pologne
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Polonais

Œuvres principales

  • Nous sommes tous des émigrés
  • Le Tarot de Paris
  • Le Cabaret métaphysique
  • Manuel pour comprendre les humains
  • La Polonaise
  • L'Européenne

Manuela Gretkowska, née le à Łódź, est une écrivaine, scénariste et femme politique polonaise. Elle est la fondatrice du Parti des femmes (pl)[1].

Biographie

Manuela Gretkowska a étudié la philosophie à l'université Jagellonne de Cracovie. En 1988, elle quitte la Pologne, réfugiée politique à Nantes[2], puis part pour Paris, où elle étudie l'anthropologie à l'École des hautes études en sciences sociales. Au début des années 1990, elle retourne dans son pays, où elle occupe le poste de rédactrice en chef adjointe, puis directrice littéraire pour le magazine Elle. Elle écrit également des articles dans les magazines Elle, Cosmopolitan, Wprost, Polityka, Machina (pl), et Cogito (pl).

Elle commence sa carrière littéraire en 1990 avec la publication de son livre Nous sommes tous des émigrés (My zdies’ emigranty), dans laquelle elle décrit ironiquement l'expérience des jeunes quittant la Pologne. Le travail de la jeune artiste a été favorablement critiqué par Czesław Miłosz, qui en a préfacé la 1re édition. Dans cette œuvre et dans les livres suivants, elle décrit Paris et la vie de la bohème artistique[3]. C'est à cette période que l'artiste acquit le titre de « scandaliste[4] » et de post-moderniste. En 1996, elle écrit également le scénario du film d'Andrzej Żuławski, Chamanka.

En 1997, Manuela Gretkowska quitte à nouveau la Pologne pour aller vivre en Suède, où elle publiera de nombreuses histoires rassemblés dans le livre intitulé La Passionnée (Namiętnik), dès 1998, puis des notes de ses voyages à travers le monde dans Vue du monde (Światowidz). Elle coécrit également le scénario de la 1re saison de la série télévisée Village (Miasteczko) en 2000.

En 2006, elle préside le jury du prix francophone Liste Goncourt : le choix polonais, qui couronne cette année-là Nancy Huston pour son roman Lignes de faille.

En 2007, toujours dans son combat des droits pour les femmes[5], elle transforme le mouvement social « La Pologne est une femme », en parti politique, sous le nom de « Parti des femmes (pl) » (Partia Kobiet), dont elle prend la tête.

Elle vit actuellement à Ustanów (au sud de Varsovie), en Pologne, avec sa fille, Pol(k)a, et son mari actuel, l'écrivain et psychothérapeute Piotr Pietucha (pl). Elle a auparavant été mariée à l'écrivain Cezary Michalski.

Publications

Bibliographie

Œuvres traduites en français

Œuvres non traduites

  • Manuel pour comprendre les humains (Podręcznik do ludzi (pl)) – 1996
  • La Passionnée (Namiętnik (pl)) – 1998
  • Vue du monde (Światowidz (pl)) – 1998
  • Silicone (Silikon (pl)) – 2000
  • La Polonaise (Polka (pl)) – 2001
  • Scènes de la vie d'une illégitime (Sceny z życia pozamałżeńskiego (pl)) – 2003 (ISBN 978-83-8929-121-9)
  • L'Européenne (Europejka (pl)) – 2004
  • Femmes et Hommes (Kobieta i mężczyźni (pl)) – 2007
  • Au fond du ciel (Na dnie nieba (pl)) – 2007
  • La Citoyenne (Obywatelka (pl)) – 2008
  • L'Amour à la polonaise (Miłość po polsku (pl)) Świat Książki 2010 (ISBN 978-83-247-1957-0)
  • Transe (Trans (pl)) Świat Książki 2011 (ISBN 978-83-7799-158-9)
  • L'Agent (Agent (pl)) – 2012

Scénarios de films / séries télévisées

Références

  1. « Femmes de Varsovie : recherche destin espérement », sur France Culture, (consulté le )
  2. « Rue Sous-les-Augustins : Manuela Gretkowska invitée aux Augustes », sur La Montagne, (consulté le )
  3. « Soirée littéraire polonaise avec la Commission européenne », sur Paris-Europe, (consulté le )
  4. Le substantif « scandaliste », fabriqué sur les modèles tels que moraliste ou activiste, est utilisé pour désigner ceux qui « font des scandales », ou encore pour ceux qui ont la réputation de « faire des scandales » plus souvent que d'autres, que ce soit à bon ou mauvais escient.
  5. « Manuela Gretkowska », sur Le Point, (consulté le )


{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Manuela Gretkowska
Listen to this article