For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for María Luisa Calle.

María Luisa Calle

María Luisa Calle
Image illustrative de l’article María Luisa Calle

María Luisa Calle en 2011
Contexte général
Sport Cyclisme sur piste
Biographie
Nom de naissance María Luisa Calle Williams
Nationalité sportive
Drapeau de la Colombie
Colombie
Nationalité Colombie
Naissance (53 ans)
Lieu de naissance Medellín
Taille 1,68 m (5 6) [1]
Poids de forme 52 kg (114 lb)[1]
Palmarès
Compétition Or Arg. Bro.
Jeux olympiques 0 0 1
Championnats du monde 1 1 0
Championnats panaméricains 7 4 4

María Luisa Calle Williams est née à Medellín (département d'Antioquia), le . C'est une coureuse cycliste colombienne, spécialiste de la piste. Elle a notamment été championne du monde de scratch en 2006 à Bordeaux et médaillée de bronze de la course aux points aux Jeux olympiques de 2004 à Athènes.

Biographie

María Luisa Calle est une pistarde d'une exceptionnelle longévité, puisqu'elle demeure compétitive à plus de 47 ans. Elle a participé à trois Jeux olympiques et à au moins treize championnats du monde sur piste.

Elle commence sa carrière par le VTT puis très vite s'oriente vers la route. Le manque de résultats la dirige naturellement vers la piste où elle s'exprime surtout dans la poursuite individuelle et la course aux points. Après des participations aux championnats du monde sans relief (hormis une quatrième place aux mondiaux 1999), elle obtient à près de 36 ans, la médaille de bronze aux Jeux olympiques d'Athènes de 2004 dans la course aux points. Elle devient, ainsi, le premier représentant du cyclisme colombien à obtenir une médaille aux Jeux.

Lors de ces Jeux, elle est déclarée positive à un stimulant, l'heptaminol[2] et doit rendre sa médaille. Un an plus tard, le CIO la lui restitue, les analyses en laboratoire ayant confirmé la bonne foi de l'athlète[3].

Elle revient à la compétition en décembre 2005, lors de la manche de coupe du monde de Manchester. Elle ne dépasse pas le tour de qualifications dans les trois épreuves auxquelles elle participe. Cependant, elle termine cinquième de la poursuite individuelle[4]. En janvier 2006, elle dispute la manche de coupe du monde de Los Angeles. Elle s'incline, seulement, en finale de la poursuite, face à Sarah Hammer[5]. Ces deux résultats la classent au troisième rang de la coupe du monde 2005-2006 de poursuite individuelle[6].

Puis elle se présente aux mondiaux de Bordeaux, où elle participe à trois épreuves. Elle y décroche l'or mondial, en remportant la course scratch. La course se dispute sur 10 kilomètres soit 40 tours du vélodrome bordelais. Les favorites sont la Néerlandaise Adrie Visser et la Russe Olga Slyusareva. Sous l'impulsion de Gina Grain, Calle forme avec la Canadienne une échappée qui prend un tour au peloton. L'or se dispute alors entre elles. La Colombienne prend le dessus, laissant l'argent à Grain. Slyusareva s'adjuge le bronze[7]. Elle poursuit sur sa lancée et double poursuite individuelle et contre-la-montre aux Jeux d'Amérique centrale et des Caraïbes et aux Jeux sud-américains. Et que cela soit à Carthagène des Indes ou en Argentine, elle remporte quatre nouvelles médailles d'or. En 2007, elle confirme ces résultats, en s'adjugeant la médaille d'argent dans la course scratch des mondiaux.

Aux Jeux de Pékin, María Luisa Calle est choisie pour être le porte-drapeau de la délégation colombienne[8]. Lors de la course aux points, elle prend la quatrième place. La compétition se déroule sur 100 tours avec un sprint octroyant des points tous les 10 tours. Elle revient à égalité de points avec Leire Olaberría lors du pénultième sprint. Il lui suffit, alors, de finir devant sa rivale lors du 10e et dernier sprint, prépondérant pour s'adjuger la troisième place[9]. Las ! L'Espagnole la devance et s'adjuge la médaille. Calle fera bonne figure devant la presse de son pays en déclarant être contente de sa compétition, une quatrième place aux Jeux restant un excellent résultat[10].

Les années qui suivent voient les résultats (au niveau mondial) de la pistarde déclinés. Cependant elle reste toujours compétitive au niveau continental. Comme le prouvent ses médailles d'or aux Jeux sud-américains et d'Amérique centrale et des Caraïbes de 2010.

Son palmarès sur route est moins prolifique. Elle se distingue surtout sur les épreuves contre-la-montre. Elle a notamment remporté un championnat panaméricain et trois titres nationaux. Elle a aussi obtenu un titre national dans la course en ligne en 1999. Au début de septembre 2011, elle remporte son troisième championnat de Colombie du contre-la-montre[11]. En octobre, elle participe au contre-la-montre des Jeux panaméricains. Elle remporte l'épreuve devançant de neuf secondes la Salvadorienne Evelyn García.

En 2012, elle remporte son cinquième titre en poursuite individuelle aux championnats panaméricains de Mar del Plata[12]. En finale, malgré un temps de qualification proche, elle rejoint son adversaire cubaine pour s'adjuger l'or[12]. Par contre, elle échoue au pied du podium de la course omnium, pour un point[13]. Toujours pas qualifiée pour les J. O., dans cette discipline et absente des mondiaux en Australie, elle bénéficie de la participation de sa compatriote Diana García à cette course, pour obtenir le précieux sésame pour Londres, où elle disputera ses quatrièmes Jeux. Elle est également inscrite dans l'épreuve du contre-la-montre sur route[14]. Quelques jours avant le début des Jeux, María Luisa Calle apprend qu'elle ne pourra participer au contre-la-montre. L'Union cycliste internationale refuse son inscription, basant sa décision sur le fait que la fédération colombienne aurait mal interprété le règlement olympique. Pour la sportive, c'est un véritable coup dur car toute sa préparation était dirigée vers cette discipline, n'étant pas une spécialiste de la course omnium[15].

María Luisa Calle est contrôlé positive aux Jeux panaméricains de 2015 à une hormone de croissance. Le , l'UCI la suspend pour quatre ans[16].

En 2020, un an après la fin de sa suspension, à 52 ans, elle s'engage au départ du Tour de Colombie féminin[17].

Vie extra-sportive

María Luisa Calle est mariée sans enfant. Elle est diplômée de l'Université de La Salle (Bogota) en administration des entreprises agricoles[7]. Sa médaille olympique lui a donné une grande renommée chez elle, au point qu'un complexe récréo-sportif porte son nom, dans sa ville natale[18]. Lors des élections municipales de 2007, María Luisa Calle apporte son soutien au candidat pour la mairie de Medellín, Luis Pérez (es)[19]. Celui-ci est membre du parti libéral colombien, parti membre de la coalition du nouveau président de la Colombie, Juan Manuel Santos.

Dopage

Lors des Jeux olympiques d'Athènes de 2004, elle est déclarée positive à un stimulant, l'heptaminol[2] et doit rendre sa médaille qui revient à la quatrième de la course, Erin Mirabella. Un an plus tard, le CIO restitue la médaille à la sportive, les analyses en laboratoire ayant confirmé la bonne foi de l'athlète. Calle avait pris un médicament, pour des maux de tête, contenant de l'isometheptene qui se transforme en heptaminol en laboratoire. L'isometheptene, n'étant pas une substance prohibée, María Luisa récupère sa médaille en [3].

En 2015, elle échoue à un contrôle antidopage après sa participation à la poursuite par équipes des Jeux panaméricains de Toronto. Elle ne peut pas défendre son titre en poursuite individuelle[20]. Le contrôle du se révèle positif à la pralmoréline (GHRP2), une hormone de croissance. Le , l'UCI la suspend pour quatre ans, jusqu'au [16].

Palmarès sur piste

Jeux olympiques

Course aux points

3 participations.

  • 2000 : 11e au classement final[21].
  • 2004 : Médaille de bronze, Jeux olympiques Médaillé de bronze.
  • 2008 : 4e au classement final[22].
Omnium
  • 2012 : 16e du classement final.
Poursuite individuelle

3 participations.

  • 2000 : 12e temps des participantes (éliminée au tour qualificatif)[23].

Il n'y a seulement que quatre qualifiées lors de ce tour éliminatoire.

  • 2004 : 9e temps des participantes (éliminée au tour qualificatif)[24].
  • 2008 : 10e temps des participantes (éliminée au tour qualificatif)[25].

Il n'y a seulement que huit qualifiées lors de ces tours éliminatoires.

Championnats du monde

Coupe du monde

  • 2001
    • 1re de la poursuite à Cali
  • 2005-2006
    • 2e de la poursuite à Los Angeles
  • 2006-2007
    • 3e de la poursuite à Los Angeles
  • 2007-2008
    • 2e de la poursuite à Los Angeles
  • 2008-2009
    • 2e de la poursuite à Cali
    • 2e de la poursuite par équipes à Cali
  • 2012-2013
    • 2e de la poursuite à Aguascalientes
    • 3e de la poursuite par équipes à Cali

Championnats panaméricains

  • Aguascalientes 2010
    • Médaille d'argent, Amérique Médaillée d'argent de la poursuite
    • Médaille de bronze, Amérique Médaillée de bronze de la poursuite par équipes
    • Médaille de bronze, Amérique Médaillée de bronze de l'omnium
  • Medellín 2011
    • Médaille d'or, Amérique Médaillée d'or de la poursuite
    • Médaille d'argent, Amérique Médaillée d'argent de l'omnium
  • Mexico 2013
    • Médaille d'argent, Amérique Médaillée d'argent de la poursuite par équipes
    • Médaille d'argent, Amérique Médaillée d'argent de la course aux points
    • Quatrième de la poursuite individuelle[61]
  • Aguascalientes 2014
    • Médaille de bronze, Amérique Médaillée de bronze de la poursuite individuelle
    • Médaille de bronze, Amérique Médaillée de bronze de la course aux points

Jeux panaméricains[modifier | modifier le code]

  • Winnipeg 1999
    • Médaille d'argent, Amérique Médaillée d'argent de la poursuite
    • Médaille de bronze, Amérique Médaillée de bronze de la course aux points[62]
  • Rio de Janeiro 2007
    • Médaille d'or, Amérique Médaillée d'or de la poursuite
    • Médaille d'argent, Amérique Médaillée d'argent de la course aux points

Jeux sud-américains[modifier | modifier le code]

  • Medellín 2010
    • Médaille d'or, Amérique du Sud Médaillée d'or de la poursuite
    • Médaille d'or, Amérique du Sud Médaillée d'or de la poursuite par équipes

Jeux d'Amérique centrale et des Caraïbes[modifier | modifier le code]

Championnats nationaux[modifier | modifier le code]

  • Cali 2008
  • Bogota 2011
  • Cali 2012
    • Gold medal Colombia.svg
      Médaillée d'or de la poursuite par équipes des XIX Juegos Deportivos Nacionales (avec Andreina Rivera et Nicole Estrada)[68].
    • Gold medal Colombia.svg
      Médaillée d'or de la course aux points des XIX Juegos Deportivos Nacionales[68].
    • Silver medal Colombia.svg
      Médaillée d'argent de la course scratch des XIX Juegos Deportivos Nacionales[69].
  • Medellín 2013
    • Silver medal Colombia.svg
      Médaillée d'argent de la poursuite individuelle[70].
    • Silver medal Colombia.svg
      Médaillée d'argent de la poursuite par équipes (avec Nicole Estrada, Valentina Paniagua et Andreina Rivera)[71].
  • Medellín 2014
    • Gold medal Colombia.svg
      Médaillée d'or de la poursuite individuelle[72].
    • Gold medal Colombia.svg
      Médaillée d'or de la course aux points[73].
    • Silver medal Colombia.svg
      Médaillée d'argent de la poursuite par équipes (avec Valentina Paniagua, Andreina Rivera et Jessenia Meneses)[74].
  • Juegos Nacionales Cali 2019
    • Silver medal Colombia.svg
      Médaillée d'argent de la poursuite individuelle des XXI Juegos Deportivos Nacionales[75].

Palmarès sur route

Notes et références

  1. a et b « Profil de María Luisa Calle » (consulté le )
  2. a et b (es) « Dopaje: Colombia pierde bronce », sur news.bbc.co.uk, (consulté le )
  3. a et b (en) « IOC to return cyclist's Olympic medal », sur www.cbc.ca, (consulté le )
  4. « Les résultats des qualifications de la poursuite individuelle féminine de la manche de Manchester de la coupe du monde 2005-2006 », sur www.tissottiming.com (consulté le )
  5. « Les résultats des finales de la poursuite individuelle féminine de la manche de Los Angeles de la coupe du monde 2005-2006 », sur www.tissottiming.com (consulté le )
  6. « Le classement de la coupe du monde 2005-2006 de poursuite individuelle féminine », sur www.tissottiming.com (consulté le )
  7. a et b (es) « María Luisa Calle ciclista colombiana », sur www.colombialink.com (consulté le )
  8. (es) « María Luisa Calle será la abanderada a Beijing » [archive du ], sur www.coldeportes.gov.co, (consulté le )
  9. (en) « Competition Format, cf le paragraphe Points Race », sur en.beijing2008.cn (consulté le )
  10. (es) « María Luisa Calle perdió el bronce para Colombia en el último embalaje de la prueba por puntos », sur www.eltiempo.com (consulté le )
  11. (es) « Les différents classements du championnat de Colombie du contre-la-montre 2011, cf p.1 », sur docs.google.com (consulté le )
  12. a et b (es) « María Luisa Calle cantó de nuevo victoria en la pista », sur www.nuestrociclismo.com (consulté le )
  13. (es) « les communiqués officiels des championnats panaméricains de cyclisme 2012, cf le communiqué n° 107, p. 156 », sur www.edosof.com (consulté le )
  14. (es) « Campeonato Mundial de Pista en Australia: María Luisa Calle clasificó a los Juegos Olímpicos en la prueba del ómnium », sur www.ciclismodecolombia.com (consulté le )
  15. (es) « “Desafortunadamente María Luisa Calle no estará en la CRI de los Olímpicos”: José Julián Velásquez », sur www.revistamundociclistico.com (consulté le )
  16. a et b (en) « Four year doping ban for Maria Luisa Calle », sur www.cyclingnews.com, (consulté le )
  17. (es) « A sus 52 años, María Luisa Calle correrá la Vuelta a Colombia Femenina », sur www.elespectador.com, (consulté le )
  18. (es) « Complejo Recreo-Deportivo María Luisa Calle », sur www.edu.gov.co (consulté le )
  19. (es) « María Luisa Calle, con Luis Pérez », sur www.eltiempo.com (consulté le )
  20. (en) « Colombian Olympic cycling medallist latest to fail doping test at Toronto 2015 », sur www.insidethegames.biz, (consulté le )
  21. « Le rapport officiel du cyclisme sur piste des JO 2000, cf p.89 » [PDF], sur library.la84.org (consulté le )
  22. « Le rapport officiel du cyclisme sur piste des JO 2008, cf p.1340 » [PDF], sur library.la84.org (consulté le )
  23. « Le rapport officiel du cyclisme sur piste des JO 2000, cf p.87 » [PDF], sur library.la84.org (consulté le )
  24. « Le rapport officiel du cyclisme sur piste des JO 2004, cf p.28 » [PDF], sur library.la84.org (consulté le )
  25. « Le rapport officiel du cyclisme sur piste des JO 2008, cf p.1336 » [PDF], sur library.la84.org (consulté le )
  26. (en) « Day Four from the Track Worlds - Women's 3,000-meters individual pursuit (to qualify for quarter-finals) », sur autobus.cyclingnews.com, (consulté le )
  27. « Les résultats de la course aux points féminine des championnats du monde de 1998 », sur oldsite.uci.ch (consulté le )
  28. « Championnats du Monde sur Piste - 1998, cf le paragraphe : Result: Women's 3000m Individual Pursuit Qualification », sur oldsite.uci.ch (consulté le )
  29. « Les résultats de la course aux points féminine des championnats du monde de 1999 », sur oldsite.uci.ch (consulté le )
  30. « Les résultats de la poursuite individuelle féminine des championnats du monde de 1999 », sur oldsite.uci.ch (consulté le )
  31. « Les résultats de la course aux points féminine des championnats du monde de 2000 », sur www.tissottiming.com (consulté le )
  32. « Les résultats de la poursuite individuelle féminine des championnats du monde de 2000 », sur www.tissottiming.com (consulté le )
  33. « Les résultats des qualifications de la poursuite individuelle féminine des championnats du monde de 2001 », sur www.tissottiming.com (consulté le )
  34. « Les résultats de la course aux points féminine des championnats du monde de 2001 », sur www.tissottiming.com (consulté le )
  35. « Les résultats du premier tour de compétition de la poursuite individuelle féminine des championnats du monde de 2002 », sur www.tissottiming.com (consulté le )
  36. « Les résultats de la course scratch féminine des championnats du monde de 2002 », sur www.tissottiming.com (consulté le )
  37. « Les résultats de la course aux points féminine des championnats du monde de 2002 », sur www.tissottiming.com (consulté le )
  38. « Les résultats de la course scratch féminine des championnats du monde de 2004 », sur www.tissottiming.com (consulté le )
  39. « Les résultats des qualifications de la poursuite individuelle féminine des championnats du monde de 2004 », sur www.tissottiming.com (consulté le )
  40. « Les résultats de la course aux points féminine des championnats du monde de 2004 », sur www.tissottiming.com (consulté le )
  41. « Les résultats de la course scratch féminine des championnats du monde de 2006 », sur www.tissottiming.com (consulté le )
  42. « Les résultats des qualifications de la poursuite individuelle féminine des championnats du monde de 2006 », sur www.tissottiming.com (consulté le )
  43. « Les résultats de la course aux points féminine des championnats du monde de 2006 », sur www.tissottiming.com (consulté le )
  44. « Les résultats de la course scratch féminine des championnats du monde de 2007 », sur www.tissottiming.com (consulté le )
  45. « Les résultats des qualifications de la poursuite individuelle féminine des championnats du monde de 2007 », sur www.tissottiming.com (consulté le )
  46. « Les résultats de la course aux points féminine des championnats du monde de 2007 », sur www.tissottiming.com (consulté le )
  47. « Les résultats des qualifications de la poursuite individuelle féminine des championnats du monde de 2008 », sur www.tissottiming.com (consulté le )
  48. « Les résultats de la course scratch féminine des championnats du monde de 2008 », sur www.tissottiming.com (consulté le )
  49. « Les résultats de la course aux points féminine des championnats du monde de 2008 », sur www.tissottiming.com (consulté le )
  50. « Les résultats des qualifications de la poursuite par équipes féminine des championnats du monde de 2009 », sur www.tissottiming.com (consulté le )
  51. « Les résultats des qualifications de la poursuite individuelle féminine des championnats du monde de 2009 », sur www.tissottiming.com (consulté le )
  52. « Les résultats de la course scratch féminine des championnats du monde de 2009 », sur www.tissottiming.com (consulté le )
  53. « Les résultats de la course aux points féminine des championnats du monde de 2009 », sur www.tissottiming.com (consulté le )
  54. « Les résultats de la finale de la course aux points femmes des championnats du monde de 2011 », sur www.tissottiming.com (consulté le )
  55. « Le classement final de l'omnium féminin des championnats du monde de 2011 », sur www.tissottiming.com (consulté le )
  56. « Les résultats des qualifications de la poursuite individuelle féminine des championnats du monde de 2014 », sur www.tissottiming.com (consulté le )
  57. « Les résultats de la course aux points féminine des championnats du monde de 2014 », sur www.tissottiming.com (consulté le )
  58. « Les résultats de la course aux points féminine des championnats du monde de 2015 », sur www.tissottiming.com (consulté le )
  59. « Les résultats des qualifications de la poursuite individuelle féminine des championnats du monde de 2015 », sur www.tissottiming.com (consulté le )
  60. (es) « Chile logró su primera medalla de oro en el Panamericano de Ciclismo », sur www.cooperativa.cl, (consulté le )
  61. « Le rapport officiel de la première journée des championnats panaméricains de cyclisme sur piste 2013, cf l'annexe au communiqué n°17, p.5 » [PDF], sur www.federacionmexicanadeciclismo.com.mx (consulté le )
  62. (pt) « Iatismo fica apenas com um ouro », sur esporte.uol.com.br (consulté le )
  63. (es) « Les résultats officiels des jeux sud-américains de 2006, cf p.34 », sur www.coe.org.ec (consulté le )
  64. a b et c « Les podiums de la poursuite individuelle féminine aux Jeux d'Amérique centrale et des Caraïbes, cf p.240 » [PDF], sur www.mayaguez2010.com (consulté le )
  65. (es) « Valle y Antioquia se pelean por el liderazgo en la medallería tras la segunda jornada », sur www.eltiempo.com, (consulté le )
  66. (es) « Le rapport officiel des championnats de Colombie de cyclisme de 2011, cf le communiqué n° 15, p. 46 » [PDF], sur www.clasificacionesdelciclismocolombiano.com (consulté le )
  67. (es) « Le rapport officiel des championnats de Colombie de cyclisme de 2011, cf le communiqué n° 10, p. 35 » [PDF], sur www.clasificacionesdelciclismocolombiano.com (consulté le )
  68. a et b (es) « Juegos Nacionales, pista 1ª jornada: Antioquia comenzó su cosecha, Maria Luisa 2 de oro, cf l'onglet Resultados », sur www.nuestrociclismo.com, (consulté le )
  69. (es) « Juegos Nacionales, Pista 2ª Jornada : Para los paisas el reloj, para Bogotá y Santander el Scratch, cf l'onglet Resultados », sur www.nuestrociclismo.com, (consulté le )
  70. (es) « Le rapport officiel des finales de la quatrième réunion des championnats de Colombie de cyclisme sur piste de 2013 », sur www.nuestrociclismo.com, (consulté le )
  71. (es) « Le rapport officiel des finales de la deuxième réunion des championnats de Colombie de cyclisme sur piste de 2013 » [PDF], sur www.nuestrociclismo.com, (consulté le )
  72. (es) « Antioquia, campeón del Nacional de Pista », sur www.coc.org.co, (consulté le )
  73. (es) « Antioquia campeón del Nacional de Pista mayores en Medellín », sur www.revistamundociclistico.com, (consulté le )
  74. (es) « Bogotá comanda el Campeonato Nacional de Pista », sur www.revistamundociclistico.com, (consulté le )
  75. (es) « Les résultats du troisième jour de compétition des XXI Juegos Deportivos Nacionales, cf le communiqué n° 64 » [PDF], sur www.clasificacionesdelciclismocolombiano.com, (consulté le )
  76. (es) « Les résultats officiels des jeux sud-américains de 2006, cf p.35 », sur www.coe.org.ec (consulté le )
  77. « Les podiums du contre-la-montre féminin aux Jeux d'Amérique centrale et des Caraïbes, cf p.240 » [PDF], sur www.mayaguez2010.com (consulté le )

Sur les autres projets Wikimedia :

{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
María Luisa Calle
Listen to this article

This browser is not supported by Wikiwand :(
Wikiwand requires a browser with modern capabilities in order to provide you with the best reading experience.
Please download and use one of the following browsers:

This article was just edited, click to reload
This article has been deleted on Wikipedia (Why?)

Back to homepage

Please click Add in the dialog above
Please click Allow in the top-left corner,
then click Install Now in the dialog
Please click Open in the download dialog,
then click Install
Please click the "Downloads" icon in the Safari toolbar, open the first download in the list,
then click Install
{{::$root.activation.text}}

Install Wikiwand

Install on Chrome Install on Firefox
Don't forget to rate us

Tell your friends about Wikiwand!

Gmail Facebook Twitter Link

Enjoying Wikiwand?

Tell your friends and spread the love:
Share on Gmail Share on Facebook Share on Twitter Share on Buffer

Our magic isn't perfect

You can help our automatic cover photo selection by reporting an unsuitable photo.

This photo is visually disturbing This photo is not a good choice

Thank you for helping!


Your input will affect cover photo selection, along with input from other users.