Mont-l'Étroit - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Mont-l'Étroit.

Mont-l'Étroit

Mont-l’Étroit

Héraldique
Administration
Pays
France
Région Grand Est
Département Meurthe-et-Moselle
Arrondissement Toul
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Colombey et du Sud Toulois
Maire
Mandat
Jean-Jacques Tavernier
2020-2026
Code postal 54170
Code commune 54379
Démographie
Population
municipale
97 hab. (2019 en diminution de 3 % par rapport à 2013)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 29′ 56″ nord, 5° 47′ 08″ est
Altitude Min. 286 m
Max. 427 m
Superficie 6,42 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Meine au Saintois
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Mont-l’Étroit
Géolocalisation sur la carte : Meurthe-et-Moselle
Mont-l’Étroit
Géolocalisation sur la carte : France
Mont-l’Étroit
Géolocalisation sur la carte : France
Mont-l’Étroit

Mont-l’Étroit est une commune française située dans le département de Meurthe-et-Moselle en région Grand Est.

Géographie

Fig 1 - Mont-l'étroit (Ban communal).
Fig 1 - Mont-l'étroit (Ban communal).

Localisation

L'altitude de Mont-l'Étroit est de 340 mètres environ, sa superficie est de 647 hectares. D'après les données Corinne land Cover, le ban communal se compose à 75 % de forêts et arbustes contre seulement  25 % de prairies et terres arables ainsi que de zones anthropisées (zones urbaines et agricoles permanentes)[1]

le territoire est arrosé par les cours d'eau suivants : Ruisseau de L'Orge (3.758 km),  Fosse de Huville (0.713 km) Ruisseau de la Viole (1.165 km)[2]

Les villages proches de Mont-l'Étroit sont:

  • Punerot à 2,5 km ; Clérey-la-Côte à 2,7 km ;
  • Saulxures-lès-Vannes à 3,4 km ; Ruppes à 3,5 km ;
  • Autreville à 5 km ; Sauvigny à 5 km.

Communes limitrophes

Rose des vents Saulxures-lès-Vannes Rose des vents
Sauvigny N
O    Mont-l'Étroit    E
S
Clérey-la-Côte Ruppes Punerot

Urbanisme

Typologie

Mont-l'Étroit est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5]. La commune est en outre hors attraction des villes[6],[7].

Occupation des sols

Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (55,4 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (54,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (41,5 %), forêts (33,3 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (11,3 %), terres arables (10 %), cultures permanentes (3,9 %)[8].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[9].

Toponymie

Montenonis (Xe siècle), Montes en atroies (1402), Mont-en-Octroy (1519), Mont-Lattroye (1581) et Mont-la-Troye (1632), sont les graphies recensées dans le Dictionnaire topographique du département de la Meurthe[10].

L'étymologie du nom communal est incertaine, plusieurs érudits, dont l'abbé Grosse ont formulé une hypothèse :

« Ce village possède un moulin à grains sur un ruisseau qui se réunit à la Meuse. Mont-l'Étroit est ancien; on le nommait Mons-in-Atrio , ou Mons-in-Angulo , parce qu'on croit qu'il fut bâti près d'un cimetière public. »[11].

L'historien H. Lepage précise qu'il en ignore l'origine[10].

Histoire

Préhistoire et Antiquité

Beaupré signale dans son répertoire archéologique de Meurthe un site de type éperon-barré pouvant correspondre à un oppidum pré-celtique (lieu-dit côte Chapion)[12].

Époque contemporaine

Village possédant un important vignoble au début du XXe siècle. Les pieds ont été décimés en 1907 par une maladie. Depuis le promeneur peut retrouver des restes de ce passé dans la forêt située au-dessus du village.

En 1999, lors de la grande tempête, une grande partie de la forêt a été détruite et le courant coupé pendant plusieurs jours.

Politique et administration

La mairie.
La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2014 Patrick Crosnier PS  
avril 2014 En cours
(au 23 mai 2020)
Jean-Jacques Tavernier[13],[14]
Réélu pour le mandat 2020-2026
  Ancien ouvrier

Population et société

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[16].

En 2019, la commune comptait 97 habitants[Note 2], en diminution de 3 % par rapport à 2013 (Meurthe-et-Moselle : +0,38 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
201204198215229247247256259
1856 1861 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
240232204194195219180177166
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
165149137111114100898777
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009 2014
78745657871101139895
2019 - - - - - - - -
97--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie

E Grosse[19] indique dans son ouvrage, vers 1836 :

«Territ. : 179 hect., dont 72 en terres arab., 61 en bois et 16 en prés.»

Le village a donc eu une tradition agricole.

Secteur primaire ou Agriculture

Le secteur primaire comprend, outre les exploitations agricoles et les élevages, les établissements liés à l’exploitation de la forêt et les pêcheurs. D'après le recensement agricole 2010 du Ministère de l'agriculture (Agreste[20]), la commune de Mont-l'Étroit était majoritairement orientée[Note 3] sur la polyculture et le poly-élevage (auparavant production de bovins et de lait ) sur une surface agricole utilisée[Note 4] d'environ 104 hectares (surface cultivable communale) en légère baisse depuis 1988 - Le cheptel en unité de gros bétail s'est réduit de 245 à 63 entre 1988 et 2010. Il n'y avait plus qu' 1 exploitation(s) agricole(s) ayant son/leur siège dans la commune employant 1 unité(s) de travail[Note 5]. (3 exploitations/5 unités de travail en 1988).

Culture locale et patrimoine

Lieux et monuments

Édifices civils

Monument aux morts.
Monument aux morts.
  • Vestiges de la voie romaine Lyon-Trèves.
  • Village à flanc de coteau ayant conservé toutes les caractéristiques de la localité lorraine 18e : petites rues étroites, longs pans de toitures en tuiles romaines se prolongeant hors de la façade sur rue, portes charretières en plein cintre, flamandes, hautes cheminées, ancienne huilerie.
  • Au centre de la commune se trouve un lavoir.
  • Le site des 3 bornes, qui est l'unique endroit où trois départements lorrains se côtoient, ce qui correspond à un tripoint. Les autres communes frontalières sont Clérey-la-Côte (dans les Vosges) et Sauvigny (dans la Meuse).
  • Le monument aux morts de Mont-L'Etroit en mémoire des morts des deux guerres 1914-1918 et 1939-1945 est situé près de l'église et dans le cimetière.

Édifices religieux

Église Saint-Remy.
Église Saint-Remy.
  • Église Saint-Remy du 14e, se trouve en haut du village avec accolé un cimetière, remaniée au 18e : tour romane.
  • Croix de chemin dans le village et en forêt.

Personnalités liées à la commune

Héraldique, logotype et devise

Blason
Détails

Voir aussi

Bibliographie

Articles connexes

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références

Notes

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  3. Orientation technico-économique de la commune : production dominante de la commune, déterminée selon la contribution de chaque surface ou cheptel de l'ensemble des exploitations agricoles de la commune à la production brute standard.
  4. Superficie agricole utilisée : superficies des terres labourables, superficies des cultures permanentes, superficies toujours en herbe, superficies de légumes, fleurs et autres superficies cultivées de l'exploitation agricole.
  5. Unité de travail annuel : mesure en équivalent temps complet du volume de travail fourni par toutes les personnes intervenant sur l'exploitation. Cette notion est une estimation du volume de travail utilisé comme moyen de production et non une mesure de l'emploi sur les exploitations agricoles.

Références

  1. « Fiche ma commune », sur SIGES.
  2. « Ruisseau de l orge [B1310660] - Cours d'eau », sur www.sandre.eaufrance.fr (consulté le ).
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  8. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  9. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  10. a et b Henri Lepage, Dictionnaire topographique du département de la Meurthe : rédigé sous les auspices de la Société d'archéologie lorraine, Imprimerie Impériale, (OCLC 978158777, lire en ligne).
  11. E. Grosse, Dictionnaire statistique du Département de la Meurthe, Creusat, (OCLC 213831383, lire en ligne), p. 252.
  12. Jules Beaupré, Répertoire archéologique pour le département de Meurthe-et-Moselle, époques préhistoriques, gallo-romaines, mérovingiennes, (lire en ligne), p. 102.
  13. « Résultats des élections municipales 2020 - Maire sortant », sur le site du Télégramme de Brest (consulté le ).
  14. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le ).
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  19. Grosse, E., Dictionnaire statistique du Département de la Meurthe, Creusat, (OCLC 213831383, lire en ligne), p. 215.
  20. « Ministère de l'agriculture et de l'alimentation - agreste - La statistique, l'évaluation et la prospective agricole - Résultats - Données chiffrées », sur agreste.agriculture.gouv.fr (consulté le ) : « Principaux résultats par commune (Zip : 4.4 Mo) - 26/04/2012 - http://agreste.agriculture.gouv.fr/IMG/zip/Donnees_principales__commune.zip ».
{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Mont-l'Étroit
Listen to this article