Palais de justice de Baugé - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Palais de justice de Baugé.

Palais de justice de Baugé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Palais de justice de Baugé
Façade du Palais de justice
Présentation
Destination initiale
Tribunal de première instance
Propriétaire
Commune
Patrimonialité
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
Localisation sur la carte de Maine-et-Loire

Le palais de justice de Baugé est un palais de justice situé dans le bourg de Baugé, sur la commune de Baugé-en-Anjou, en France[1].

Localisation

Le palais de justice est situé rue du Tribunal à Baugé, à proximité du château de Baugé, légèrement au sud et à l'est de celui-ci et face au champ de foire, en application du plan d'alignement de la ville[2]. Sa façade s'ouvre à l'ouest sud-ouest.

Historique

Le palais de justice est édifié à l'emplacement laissé vacant par l'ancien palais royal qui datait du XVe siècle[2]. C'est par concours que le projet de l'architecte Léon Rohard a été choisi pour construire l'ensemble tribunal et prison dont la municipalité souhaitait se doter. La prison, qui jouxtait l'arrière du tribunal, et dont il ne subsiste en 2013 que le mur d'enceinte, a été détruite en 1980 et remplacée par le Centre culturel René-d'Anjou[3]. La création des jardins de chaque côté de l'édifice, entourés de grilles a mis le point final aux travaux en 1867[2].

L'édifice est inscrit au titre des monuments historiques en 1986[1], les grilles des jardins comprises.

La bâtiment est sélectionné en 2020 parmi les 18 sites emblématiques du Loto du patrimoine retenus par la mission Bern et la Fondation du patrimoine[4],[5].

Architecture

Construit de 1862 à 1866 sur les plans de Léon Rohard, il constitue « un bel exemple des constructions judiciaires du Second Empire (1862- 1866), très homogène » dont « les salles intérieures ont en outre conservé leur décor d'origine »[6]. Orné de boiseries d'époque, il possède une cheminée avec un buste de Napoléon III dans la salle des délibérations ainsi qu'une grande tapisserie à semis d'abeilles sur fond bleu dans la salle d'audience[7]. C'est cette tapisserie qui constitua pour le réalisateur Mathieu Amalric l'élément déclencheur pour tourner les scènes de procès de son film La Chambre bleue (2014), adapté du roman homonyme de Georges Simenon, dans le palais de justice en [8],[9].

Le style est néoclassique tardif, d'inspiration hellénistique, influencé par le palais de justice de Paris de Joseph-Louis Duc[2]. Le plan est de l'édifice est simple : derrière la façade se situe longitudinalement la salle des pas perdus, flanquée par deux avant-corps où se trouvent d'un côté la chambre des avoués et de l'autre la conciergerie. Ce hall d'entrée dessert l'unique salle d'audience située au centre du dispositif. Les bureaux et la salle de délibération sont répartis dans les ailes latérales et séparés de la salle d'audience par un couloir éclairé par des verrières zénithales[2].

  • Façade
    Façade
  • Façade, figure allégorique de la Force
    Façade, figure allégorique de la Force
  • Façade, figure allégorique de la Justice
    Façade, figure allégorique de la Justice
  • Salle des pas perdus
    Salle des pas perdus
  • Porte de la salle d'audience
    Porte de la salle d'audience
  • Porte de la salle d'audience
    Porte de la salle d'audience
  • 1re pierre posée le 27 avril 1862
    1re pierre posée le

Notes et références

  1. a et b « Palais de Justice », notice no PA00108959, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. a b c d et e Monuments historiques numéros 200 à 202, page 81, 1996
  3. Visite au cœur de la ville Office du tourisme de Baugé, consulté le 10 mai 2013
  4. « Voici les 18 sites qui seront rénovés par le loto du patrimoine 2020 », sur Le HuffPost, (consulté le 28 juillet 2020)
  5. Claire Bommelaer, « Découvrez les 18 sites emblématiques du Loto du patrimoine 2020 », sur Le Figaro.fr, (consulté le 28 juillet 2020)
  6. L'Anjou : confluences d'histoire, Sylvain Bertoldi, Olivier Gallard, page 170, extrait sur Google books consulté le 9 mai 2013
  7. Photos de F. Lasa et P. Giraud sur le site du ministère de la culture
  8. « Mathieu Amalric recherche des figurants », Ouest-France le 22 octobre 2013.
  9. « Mathieu Amalric choisit les Pays de la Loire pour adapter Simenon » sur le site du Conseil régional des Pays de la Loire le 16 décembre 2013.

Annexes

Articles connexes

{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Palais de justice de Baugé
Listen to this article