Raúl Reyes - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Raúl Reyes.

Raúl Reyes

Raúl Reyes
Raúl Reyes
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 59 ans)
Santa Rosa de Sucumbíos (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Allégeance
Activités
Terroriste, syndicaliste, partisanVoir et modifier les données sur Wikidata
Période d'activité
Depuis Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Conflit
Taille
1,55 mVoir et modifier les données sur Wikidata

Luis Edgar Devia Silva alias Raúl Reyes, né à La Plata le et mort à Santa Rosa de Sucumbíos dans la province de Sucumbíos à la frontière colombienne de l'Équateur le , est un syndicaliste et guérillero colombien. Il est, jusqu'à sa mort, un membre du secrétariat et le porte-parole des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC).

Biographie

Raúl Reyes est né d'un père commerçant et d'une mère enseignante en 1948. Cette même année l'assassinat de Gaitán fait basculer la Colombie dans la guerre civile et la famille, ciblée par des menaces de mort en raison de ses sympathies libérales, émigre dans le Caquetá. Il s'engage à 16 ans dans les jeunesses communistes de Colombie et rejoint par la suite un mouvement syndical durant ses années de travail en usine. Repéré par la direction du parti communiste à la suite d'une importante grève qu'il avait dirigée, il a probablement été formé à l'école des cadres communistes en Allemagne de l'Est à la fin des années 1960 ou au début des années 1970[1]. Il intègre la guérilla colombienne à la fin de cette dernière décennie.

Après être devenu membre des FARC et avoir rejoint son secrétariat, Reyes devient une figure éminente et un porte-parole des FARC, numéro deux du secrétariat du groupe composé de sept personnes[2]. Il passe plus de trente ans dans la guérilla, et a épousé Gloria Marin, la fille de Manuel Marulanda, fondateur des FARC.

Reyes a été accusé par le Département d'État américain et le gouvernement colombien d'étendre les activités de trafic de cocaïne des FARC et de définir des politiques connexes, y compris la production, la fabrication et la distribution de centaines de tonnes de cocaïne aux États-Unis et dans d'autres pays. Il a été accusé de promouvoir la « taxation » du commerce illégal de drogues en Colombie afin de collecter des fonds pour les FARC, ainsi que d'avoir participé au meurtre de centaines de personnes qui ont violé ou perturbé les politiques des FARC concernant la cocaïne[3].

Il avait été officiellement condamné en son absence pour la mort de 13 policiers et 18 soldats, 18 enlèvements et la mort d'un juge, d'un médecin, de trois auxiliaires de justice, de l'ancienne ministre de la Culture Consuelo Araújo Noguera, du membre du Congrès Diego Turbay et de sa mère, d'Isaías Duarte dignitaire catholique, de Guillermo Gaviria gouverneur d'Antioquia , de Gilberto Echeverri ex-ministre colombien, de 11 membres de l'Assemblée Valle del Cauca et d'au moins quatre autres personnes. La plupart de ces personnes ont été enlevées avant leur mort. Gaviria, Echeverri et Araújo ont été tués par balle dans la tête lorsque les forces militaires colombiennes ont pris d'assaut les camps où ils étaient détenus par des insurgés de la guérilla. Il a également été reconnu coupable du bombardement du Club El Nogal à Bogotá, où 36 personnes ont été tuées. Le gouvernement du Paraguay avait demandé son extradition pour sa participation à l'enlèvement et à la mort de Cecilia Cubas, fille de l'ex-président du Paraguay, qui a été enlevée le et dont le corps a été retrouvé dans une maison abandonnée en février. 2005. Avant sa mort, le Département d'État des États-Unis offrait une récompense pouvant aller jusqu'à 5 millions de dollars pour les informations pouvant conduire à son arrestation[3],[4],[5].

Il est par ailleurs présent sur la circulaire rouge d'Interpol en raison d'accusations du gouvernement colombien portant sur des faits de « rébellion », « terrorisme », « homicide  » et « enlèvement » [6].

Chargé des contacts internationaux de l'organisation, il est un des hommes de sa structure parmi les plus exposés car il reçoit parfois des personnalités et des journalistes. En , son camp est bombardé juste après une rencontre avec la sénatrice colombienne Piedad Cordoba, qui intervenait régulièrement dans le cadre de négociations pour la libération de prisonniers. Il est également le principal interlocuteur de la diplomatie française dans les discussions concernant la franco-colombienne Ingrid Betancourt. Il a d'ailleurs été tué à quelques jours d'une rencontre avec un émissaire du Président Nicolas Sarkozy[7]. Celui-ci indique que « l’objectif d’Uribe — habilement secondé par son haut-commissaire pour la paix — était de nous utiliser, une fois de plus, afin de localiser l’endroit exact où Raúl Reyes allait nous rencontrer, d’arriver avant nous, et de l’abattre[8]. »

Les circonstances de son décès

Repéré à la suite de la localisation géographique d'une communication par téléphone satellitaire, il est tué dans le bombardement nocturne de son campement par l'armée colombienne, en territoire équatorien avec seize autres guérilleros[9], dont un ressortissant équatorien présent dans le campement. L'armée annonce également le décès de l'un de ses membres dans l’opération, sans en préciser les circonstances [10],[11]. Le corps de Reyes est emporté et ramené en territoire colombien[12] et est exposé à la presse.

Cette opération crée une vive crise diplomatique dans la région: l’Équateur s'indigne du bombardement de son territoire et du meurtre d'un de ses citoyens et rompt en protestation ses relations diplomatiques avec la Colombie. Le Venezuela et le Nicaragua font de même en solidarité avec l’Équateur.

Selon l'agence Anncol, réputée proche des FARC, Raúl Reyes a pu être localisé à la suite d'un appel sur son téléphone satellitaire, passé par le représentant français qui voulait discuter de la libération d'Ingrid Betancourt[13].

Dans un communiqué officiel, les FARC saluent la mémoire d'un « révolutionnaire intègre et exemplaire » et précisent que Joaquín Gómez, le commandant du Bloc Sud, entre au secrétariat.

Les ordinateurs saisis

Interpol inspecte les trois ordinateurs des FARC pris durant cette opération commando[14] et conclut à l'authenticité des informations qu'ils contiennent mettant en cause les relations entre les gouvernements vénézuélien et équatorien et les FARC. Le rapport d'Interpol indique en conclusion 99 : « En tenant compte de l'ensemble des éléments qui précèdent et en s'appuyant sur un examen complet de police technique et scientifique, les experts d'Interpol concluent qu'aucun fichier utilisateur n'a été créé, modifié ou supprimé sur l'ensemble des huit pièces à conviction informatiques postérieurement à leur saisie aux mains des FARC, le [15] ».

Les analyses d'ordinateurs pris aux FARC après le raid en Équateur montrent la persistance d'une collaboration entre officiels vénézuéliens (armée et renseignement) et rebelles colombiens : les premiers facilitent la conclusion de contrats d'armement et facilitent les déplacements des seconds sur le territoire vénézuélien, ce en dépit des dénis répétés de Hugo Chavez depuis l'opération contre Raul Reyes[16]. En 2011, le rapport de l'IISS détaille les relations entre les FARC et le Venezuela, d'après notamment les données prises lors du raid fait contre Raul Reyes[17].

Un enquêteur de la police scientifique colombienne a déclaré sous serment devant le Procureur qu'aucun des courriers électroniques évoqués par les médias n'avait été retrouvé. Seuls des documents Word étaient présents mais qui ne peuvent être érigés en preuves puisqu'ils peuvent provenir de n’importe qui[18]. D'après le diplomate français Noël Saez, plusieurs des mails le concernant sont des faux[8].

Notes et références

  1. Raul Reyes, le «Monsieur Monde» des Farc, lefigaro.fr; 15 octobre 2007
  2. (en) Farc aura of invincibility shattered., bbc.co.uk, 2 mars 2008
  3. a et b (en) Bureau of International Narcotics and Law Enforcement Affairs
  4. « Palapbras del Embajador Camilo Ospina, Embajador de Colombia Ante La OEA, Sesión del Consejo Permanente, 4 marzo del 2008 », Miami Herald, (consulté le )
  5. « En la lista de Interpol », El Colombiano, s/f (consulté le )
  6. lefigaro.fr, « Raul Reyes, le «Monsieur Monde» des Farc », sur Le Figaro (consulté le )
  7. « La guérilla perd un de ses chefs historiques », Le Figaro, 3 mars 2008
  8. a et b « Emissaire français en Colombie », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne, consulté le )
  9. (es) http://www.latinreporters.com/colombiepol01032008.html
  10. « Un soldat héroïque a perdu la vie pour la paix de la Colombie », Armée nationale Colombienne
  11. « Controverse sur la mort d'un Equatorien dans un camp des FARC », Le Monde, 25 mars 2008
  12. (es) « Julián Conrado, el otro del Estado Mayor de las Farc que cayó junto con alias 'Raúl Reyes », El Tiempo, 1er mars 2008
  13. Le Figaro du vendredi 4 avril 2008, p. 5.
  14. « Des experts étrangers examinent les ordinateurs du no 2 des Farc tué », AFP, 11 mars 2008
  15. Déclaration à la presse du Secrétaire Général d'Interpol, Ronald K. Noble, 15 mai 2008. Le rapport est disponible sur le site
  16. New York Times, Venezuelian aid still flows to Colombian rebels, seized records indicate, 4 août 2009, p5
  17. Colombian Farc rebels' links to Venezuela detailed, bbc, 10 mai 2011
  18. « Depuis la mort de Raul Reyes, les tensions perdurent entre la Colombie et l'Équateur. -- Hernando CALVO OSPINA », sur Le Grand Soir (consulté le )
{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Raúl Reyes
Listen to this article