Rana Dajani - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Rana Dajani.

Rana Dajani

Rana Dajani est une biologiste moléculaire jordanienne, professeure associée à l'université hachémite[1].

Biographie

Rana Dajani est née d'un père palestinien et d'une mère syrienne et elle détient un passeport jordanien. Elle se décrit comme «moitié palestinienne et moitié syrienne avec un passeport jordanien». Elle est mère de quatre enfants.

Rana Dajani a obtenu un doctorat en biologie moléculaire en 2005, à l'université de l'Iowa[2]. Elle fait partie du Radcliffe Institute for Advanced Study de l'université Harvard[3], et du programme « Eisenhower Fellows (en) »[4].

Elle travaille comme chargée de cours à l’Université de Philadelphie immédiatement après avoir obtenu son diplôme de maîtrise, elle enseigne ensuite pendant cinq ans à l’Académie d’Amman. A partir de 2005, elle est professeure adjointe puis professeure titulaire à l'Université hachémite. De 2009 à 2010, elle y est directrice du Centre for Service Learning, puis directrice du Centre d'études de la même université, de 2011 à 2012.

Depuis , elle est membre du conseil consultatif de la Fondation du prix Mustafa[5]. Pour le moment, elle est chercheuse invitée à l'Université de Richmond et consultante pour la société Alpha Sights.

Rana Dajani a également reçu deux bourses Fulbright[6],[7]. Elle est a été professeure invitée au centre de recherche sur les cellules souches de l'université Yale, et chercheuse invitée à l'université de Cambridge ainsi qu'au centre de thérapie par les cellules souches, en Jordanie[8].

Rana Dajani s'engage dans des projets de mentorat afin de soutenir les femmes scientifiques, avec Mentornet, AMENDS, soutenu par l'université de Stanford et WISAY à Yale[9].

Elle participe à la fondation de l'Académie mondiale islamique pour les jeunes scientifiques (Islamic World Academy for Young Scientists, ICESCO)[10].

Elle a été nommée Expert en réforme de l'enseignement supérieur par TEMPUS Jordanie[11].

Rana Dajani travaille également comme journaliste indépendante depuis 2011 et consultante pour de nombreuses entreprises, comme DQS UL Jordan, Triangle Research Group et Epic Education.

Distinctions et récompenses

La revue britannique Muslim, Science Magazine l'a saluée comme l'une des femmes scientifiques les plus influentes dans les pays musulmans ; et elle a été classée treizième parmi les « 100 femmes arabes les plus puissantes » dans le CEO Middle East Magazine.

L'ambassade des États-Unis en Jordanie, en collaboration avec le bureau de l'ambassade des États-Unis d'Amman chargé de l'environnement, de la science, de la technologie et de la santé pour le Moyen-Orient et Afrique du Nord l'a placée dans son tableau d'honneur des femmes scientifiques en 2015. Cet distinction lui a été conférée en vertu de son travail à propos des relations entre évolution biologique et islam, et particulièrement pour ses recherches pangénomiques sur le diabète, le cancer et les cellules souches[12]. Elle a joué un rôle-clé pour établir les conditions juridiques permettant pour l'utilisation de la thérapie par les cellules souches en Jordanie, ouvrant la route à d'autres pays musulmans[13].

Dajani défenseur l'éducation scientifique pour les femmes, ainsi que la théorie de l'évolution, en lien avec l'islam[14]. Elle a fondé et dirigé le programme « We Love Reading »,qui plaide en faveur de l'alphabétisation des enfants dans plus de 30 pays[15]. Le programme a également encadré et formé 730 femmes dans les techniques de storytelling. Il a reçu en 2017 le prix de  l'UNESCO King Sejong pour l'alphabétisation[16]. 330 bibliothèques ont également été implantées à travers la Jordanie, aidant à l'alphabétisation de plus de 10 000 enfants, dont 60% de filles[17]. Elle a également reçu le prix Star Award 2015 pour l'innovation sociale; la «Top Idea» OpenIDEO 2015 pour les enfants réfugiés, le Prix d'Alphabétisation de la Bibliothèque du Congrès en 2013, et en 2009 le prix Synergos pour les innovateurs sociaux du monde arabe.

En 2010, Dajani a été intronisée membre de la Clinton Global Initiative de la Fondation Clinton[18],[19]. En 2014, elle a remporté le Prix WISE Qatar et la Médaille d'Honneur du roi Hussein[20].

Publications et conférences

Dajani est un membre du conseil consultatif des femmes de l'organisation des Nations Unies pour la Jordanie. Elle a publié dans plusieurs revues à comité de lecture, dans Science, et dans Nature[21] Elle a tenu des allocutions à l'Université de Cambridge, au Massachusetts Institute of Technology, à l'Université McGill, et à la conférence du British Council sur « croyance dans le dialogue »[22].

Références

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Rana. B. MR. Al-Dajani, Hashemite University, retrieved 2017-08-02.
  2. Past students in Molecular Medicine (formerly Molecular & Cellular Biology), University of Iowa Carver College of Medicine, retrieved 2017-08-02.
  3. (en) « Rana Dajani », Radcliffe Institute for Advanced Study at Harvard University,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. Eisenhower Fellows website
  5. (en) « Networking in the time of COVID-19: 'It is not about competition but collaboration' », sur http://www.mustafaprize.org (consulté le )
  6. Yale News, First Person: A Fulbrighter at Yale.
  7. « Jordanian Fulbright Alumna Receives Global Changemaker Award », sur Amidest, America-MidEast Educational and Training Services (consulté le )
  8. (en) Rana Dajani, « Jordan’s stem-cell law can guide the Middle East », Nature, vol. 510, no 7504,‎ , p. 189–189 (DOI 10.1038/510189a, lire en ligne)
  9. (en) John Farrell, « Mentoring And The Challenges Facing Arab Women Scientists », sur Forbes (consulté le )
  10. (en-US) « Home Page », sur ICESCO-Fr (consulté le )
  11. (en) « Dr Rana Dajani », sur Global Thinkers Forum (consulté le )
  12. Kelly James Clark, Religion and the Sciences of Origins : Historical and Contemporary Discussions, Springer, , 274 p. (ISBN 978-1-137-41481-6, lire en ligne)
  13. « Embassy Amman honors Dr. Rana Dajani Associate Professor Molecular Cell Biology at the Hashemite University », U. S. Embassy in Jordan (consulté le )
  14. « ‘The Anti-Revolutionary’: One on one with Dr. Rana Dajani », sur Muslim Science (consulté le )
  15. « Rana Dajani We Love to Read, Jordan Founder and Director », sur Dart Center for Journalism & Trauma (consulté le )
  16. « Jordan’s “We Love Reading” wins UNESCO’s King Sejong Literacy Prize - United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization », sur www.unesco.org
  17. « Rana Dajani SYNERGOS Social Entrepreneur », sur Synergos (consulté le )
  18. Faiza Elmasry, VOA, « Grassroots Libraries Promote Love of Reading », Voice of America,‎ (lire en ligne, consulté le )
  19. « Clinton Global Initiative » (consulté le )
  20. (en) « Jordanian Scholar Wins Harvard Fellowship », Radcliffe Institute for Advanced Study at Harvard University,‎ (lire en ligne, consulté le )
  21. Naja Dajani, « How women scientists fare in the Arab world », Nature, vol. 491, no 7422,‎ , p. 9 (PMID 23128188, DOI 10.1038/491009a, lire en ligne, consulté le )
  22. « Dr. Rana Dajani, Molecular Biologist, Jordan », sur Bulbula Changing Conversations (consulté le )
{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Rana Dajani
Listen to this article