Relations entre la Colombie et la Géorgie - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Relations entre la Colombie et la Géorgie.

Relations entre la Colombie et la Géorgie

Relations entre la République de Colombie et la Géorgie
Ambassades
Ambassade de la Colombie à Ankara
  Ambassadeur Julio Aníbal Riaño
  Adresse Abdullah Cevdet Sokak No. 4, Çankaya
Ankara (Turquie)
Ambassade de Géorgie à Brasilia
  Ambassadeur David Solomonia
  Adresse St. de Habitações Individuais Sul QI 5 Conjunto 11 Casa 01
Brasilia (Brézil)
Histoire et événements
Établissement des relations diplomatiques
Visite de Mikheïl Saakachvili en Colombie
Signature du mémorandum sur la coopération entre Ministères des affaires étrangères
Relations économiques
Échanges commerciaux 4,4 millions de $ (2020)

Les relations entre la Colombie et la Géorgie sont les liens bilatéraux entre la République de Colombie, un pays d'Amérique du Sud, et la Géorgie, une république de Transcaucasie. Tandis que la Colombie vote en faveur de l'accès de la Géorgie à la Société des Nations en 1920, ce n'est qu'en 1997 que les deux pays signent un protocole à New York pour établir des liens diplomatiques, tandis que ce n'est qu'en 2010 que les deux pays commencent à approfondir leurs relations avec la visite du président géorgien Mikheïl Saakachvili pour l'inauguration de Juan Manuel Santos. En 2012, le premier ambassadeur géorgien en Colombie est nommé, mais avec résidence à Brasilia, tandis que la Colombie accrédite son ambassade à Ankara à la Géorgie en 2016.

Depuis la signature du Mémorandum d'entente entre les ministères des Affaires étrangères des deux pays en septembre 2013, les liens entre Tbilissi et Bogota sont principalement réglementés par les consultations politiques bilatérales, qui se déroulent plus ou moins fréquemment et qui comptent six cycles jusqu'à ce jour. Ces consultations ont menés à plusieurs progrès, dont le développement de la diplomatie sportive avec l'échange de joueurs de rugby en octobre 2017, des liens culturels et économiques (notammant avec l'organisation d'une semaine de la culture colombienne à Tbilissi en mars 2017), l'ouverture d'un consulat honoraire de la Colombie à Tbilissi en 2018 et la signature de plusieurs accords entre les deux pays.

Pour la Géorgie, entretenir des relations avec la Colombie est clé dans sa politique de non-reconnaissance pour empêcher la pression par la Russie en Amérique latine de reconnaître l'Abkhazie et l'Ossétie du Sud. Pour la Colombie, la Géorgie est un pas vers l'Eurasie, ce qui a encouragé le gouvernement colombien à approfondir les liens entre GUAM et l'Alliance du Pacifique et à augmenter le rôle de la Géorgie dans les organisations sud-américaines.

Contexte

Politique internationale de la Colombie

La République de Colombie est un pays situé dans le Nord-Ouest de l'Amérique du Sud qui gagne son indépendance de l'Espagne en 1819 et poursuit depuis une politique internationale limitée principalement à sa région. Longtemps alliée aux pouvoirs occidentaux durant la guerre froide, le pays a depuis développé une stratégie diplomatique envisageant une plus grande attention envers l'intégration économique et politique des pays d'Amérique latine[1]. La stratégie du Ministère des Affaires étrangères de Colombie pour 2018-2022 prévoit une plus grande implication du pays dans les organisations multilatérales, notammant dans le cadre de la lutte contre le changement climatique, le crime organisé et le trafic de stupéfiants[2].

La Colombie a maintenu de proches relations avec l'Europe depuis la Seconde guerre mondiale, particulièrement avec l'Espagne et l'Allemagne. En 2018, le gouvernement colombien a annoncé une poussée vers le développement de relations bilatérales avec plus de nations européennes via le commerce. Depuis 2011, le ministère des Affaires étrangères entretient l'initiative « Diplomatie sportive et culturelle » pour utiliser les sports et la culture comme instruments vers la paix et le dialogue dans les zones de conflit, une initiative utilisée dans la politique diplomatique colombienne envers la Géorgie[3]. Malgré ces projets, la Colombie n'a pas encore établi de proches liens avec l'Eurasie, un but pour lequel Bogota voit un potentiel de coopération avec la Géorgie[4]. La seule présence diplomatique officielle de la Colombie en Transcaucasie est son ambassade à Bakou, qui ouvre en 2014.

La Colombie occupe un rôle important dans la propagation de la démocratie dans sa région. Depuis 2019, Bogota est instrumental dans l'aide envers Juan Guaido, président du Venezuela reconnu par les pouvoirs occidentaux, dont la Géorgie.

  • Ivan Duque, président de la Colombie (2018-)
    Ivan Duque, président de la Colombie (2018-)
  • Salomé Zourabichvili, président de la Géorgie (2018-)
    Salomé Zourabichvili, président de la Géorgie (2018-)

Position de la Géorgie en Amérique latine

Ambassade de la Géorgie au Mexique
Ambassade de la Géorgie au Mexique

Depuis son indépendance en 1991, la Géorgie fait face à un conflit contre la Russie au sujet des régions séparatistes d'Abkhazie et d'Ossétie du Sud, conflit se développant en tensions diplomatiques, économiques et parfois militaires (voir la guerre russo-géorgienne de 2008). Parallèlement, la Géorgie supporte officiellement son intégration dans les organisations occidentales, telles que l'Union européenne et l'OTAN. Depuis la reconnaissance par la Russie de l'Abkhazie et de l'Ossétie du Sud en 2008, suivie par les gouvernements d'Hugo Chavez au Venezuela et Daniel Ortega au Nicaragua, la Géorgie s'est engagée dans une diplomatie globale de non-reconnaissance, en particulier dans les États sud-américains, africains et océaniens susceptibles à l'influence de la Russie.

C'est dans cette politique que la Géorgie lance une nouvelle stratégie en Amérique latine et ouvre plusieurs ambassades dans la région : Brézil et Cuba en 2011, Argentine et Mexique en 2012. Mikheïl Saakachvili, président géorgien, fait plusieurs visites à travers l'Amérique du Sud pour continuer cette politique, dont au Costa Rica en mai 2010, en Colombie en août 2010 et au Pérou en juillet 2011[5]. Pour Tbilissi, la Colombie est un partenaire clé en tant que leader régional, dont au sein de l'Alliance du Pacifique, un statut confirmé durant la seconde tournée des Consultations politiques colombiano-géorgiennes en 2016[6].

Histoire des relations bilatérales

Aucun lien connu n'existe entre la Colombie de l'empire espagnol et les royaumes géorgiens avant le XIXe siècle, tandis que la Géorgie fait déjà partie de la Russie impériale lors de l'indépendance de la Grande Colombie en 1819. Le premier contact entre les deux États apparaît en 1920 quand la Colombie est l'un des dix États membres de la Société des Nations à soutenir la candidature de la République démocratique de Géorgie pour rejoindre l'organisation internationale, un vote qui échoue et qui est suivie, en 1921, par l'invasion soviétique de la Géorgie[7].

Les relations diplomatiques entre la République de Colombie et la Géorgie sont officiellement établies le [8] lors de la signature d'un protocole bilatéral à New York (États-Unis)[9] entre Julio Londoño Paredes, représentant permanent de la Colombie aux Nations Unies, et son homologue géorgien Petré Tchkeïdzé, un accord qui garantit la reconnaissance de la soveraineté nationale et de l'intégrité territoriale entre les deux nations[10], particulièrement importante pour la Géorgie qui doit faire face depuis la chute de l'URSS à des conflits séparatistes en Abkhazie et en Ossétie du Sud. La Géorgie est alors menée par Edouard Chevardnadzé, président élu en 1995 qui tente d'étendre le réseau diplomatique de son pays, tandis que la Colombie est présidée par Ernesto Samper, un chef d'État socialiste qui dirige son pays sous sanctions des États-Unis. La Colombie et la Géorgie sont rarement associés pendant pusieurs années et le seul lien existant entre Tbilissi et Bogota est dans la lutte contre le trafic de stupéfiants, tel que l'interception par les autorités géorgiennes d'une cargaison de cocaïne en provenance de Colombie vers la Turquie[11]. Durant cette période, la Colombie continue de reconnaître l'intégrité territoriale de la Géorgie selon le protocole de 1997, réitéré le [12], tandis que la Géorgie partage ses condoléances auprès du gouvernement colombien lors de la tragédie de Mocoa[13] et l'attentat du 17 janvier 2019 à Bogota[14].

Mikheïl Saakachvili visite la Colombie en 2010.
Mikheïl Saakachvili visite la Colombie en 2010.

Malgré un large manque de rapports bilatéraux entre les deux pays, la reconnaissance de l'Abkhazie et de l'Ossétie du Sud par la Russie en 2008, suivie par le Nicaragua et Venezuela en 2009, puis la visite du ministre des Affaires étrangères du gouvernement séparatiste abkhaze en Amérique latine en 2010 force Tbilissi à développer une stratégie diplomatique avec l'Amérique du Sud et la Colombie, alors l'un des plus proches alliés des États-Unis dans la région, devient une des cibles de la politique géorgienne[15]. Le [16], le président géorgien Mikheïl Saakachvili commémore les deux ans de la Deuxième guerre d'Ossétie du Sud à Bogota, le seul chef d'État européen présent à l'inauguration du président-élu Juan Manuel Santos[Note 1],[17], une visite controversée qui est justifiée par le ministre d'État géorgien pour la Réintégration Temour Iakobachvili comme « importante » dans le cadre de la politique de non-reconaissance, la stratégie diplomatique géorgienne pour faire balance à l'influence russe dans les pays en développement. À l'occasion, Guiorgui Baramidzé, ministre d'État géorgien pour l'Intégration euro-atlantique, déclare que « la Colombie, un pays démocratique et un partenaire des États-Unis, est un partenaire intéressant pour la Géorgie et approfondir nos relations avec ce pays est désirable pour notre pays »[18].

En Colombie, Saakachvili rencontre Santos[19] et la nouvelle ministre colombienne des Affaires étrangères María Ángela Holguín[9], participe à un dîner en l'honneur d'Álvaro Uribe et s'adresse à la presse locale en espagnol, soulignant l'importance de la démocratie colombienne pour la Géorgie[17]. Cette visite ouvre les portes vers des relations de plus en plus proches entre les deux pays. L'ambassade de la Colombie en Turquie est accréditée à la Géorgie en juillet 2011[9] et la Colombie est ajoutée à la juridiction de l'ambassade de la Géorgie au Brézil le [8] quand l'ambassadeur Otar Berdzenichvili présente ses lettres de créance au président Santos. Le , Alfonso Soria, directeur du Département d'Europe du MAF de Colombie, visite Tbilissi et rencontre des membres du gouvernement géorgien pour envisager des relations économiques, culturelles, sociales, éducationnelles et sportives[9]. Le 23 juillet, Sergui Kapanadzé, vice-ministre des Affaires étrangères de la Géorgie, visite la Colombie pour rencontrer son homologue Monica Lanzetta Mutis[20] et des dignitaires des ministères colombiens de l'Infrastructure et de l'Agriculture et du Développement territorial, ainsi que ProColombia, l'agence gouvernementale en charge des exports[9].

La coopération agricole est abordée pour la première entre les deux pays lors de la rencontre entre l'ambassadeur géorgien Berdzenichvili et la vice-ministre colombienne des Affaires étrangères Patti Londoño Jaramillo le , une rencontre qui se déroule lors de la visite de Berdzenichvili dans les villes de Barranquilla et Medellin[21]. Londoño Jaramilla, en tant que vice-ministre, est chargée du porte-feuille géorgien au sein du gouvernement colombien : elle visite Tbilissi en août 2013 avec le vice-ministre du Commerce extérieur Gabriel Duque, rencontre ses homologues géorgiens David Zalkaliani en septembre 2014[9] et David Dondoua en octobre 2015 à New York[22] puis représente le côté colombien dans les Consultations politiques entre les deux pays qui commencent en novembre 2013. Le , Londoňo Jaramillo visite la Géorgie et signe un accord bilatéral sur l'exemption de visa pour les titulaires de passeports diplomatiques[12].

À un plus haut niveau, les ministres se rencontrent à plusieurs occasions à New York, particulièrement dans le cadre de l'Assemblée générale des Nations unies : Holguín et Maïa Pandjikidzé le [23], Holguín et Mikheïl Djanelidzé le (rencontre durant laquelle les deux ministères signent un mémorandum d'entente vers la coopération technologique et économique[24]) et le 19 septembre 2017 (durant laqelle Djanelidzé est invitée à visiter la Colombie[Note 2],[25]), puis Carlos Holmes Trujillo et David Zalkaliani le [26].

Depuis la lancée des consultations politiques entre Bogota et Tbilissi, l'un des sujets les plus importants des relations bilatérales est l'administration publique éléctronique. Le 7 septembre 2015[27], une délégation colombienne composée de dignitaires du Ministère des Affaires étrangères, de la Superintendence des Notaires et du Registre, du Registre national pour le Status civil, du Directorat des Impôts et de la Douane, de l'Administration de la ligne d'appel d'urgence 123 et du Département administratif de la Fonction publique visite la Géorgie afin de se renseigner sur l'expérience géorgienne dans l'administration éléctronique[28]. Cette première visite technique colombienne à Tbilissi inclue des rencontres auprès des Ministères de la Justice, des Finances et des Affaires intérieures (ce dernier pour discuter de la coopération dans la lutte contre le crime international et la corruption)[28]. La rencontre entre les ministres Holguín et Djanelidzé de septembre 2017 aborde notammant la continuation de la collaboration dans ce secteur[25].

Le , l'ambassadeur Berdzenichvili visite Bogota afin de rencontrer les membres du Congrès colombien[9]. Une semaine plus tard, le Sénat de Colombie approuve l'établissement d'un groupe parlementaire d'amitié entre la République de Colombie et la Géorgie, une proposition du sénateur Jimmy Chamorro. Le groupe d'amitié parlementaire est présidé par José David Name Cardozo (U)[29], tandis que son homologue géorgien est le député Vladimer Tchatchibaïa (RG) depuis le [30].

Le , Juan Alfredo Pinto Saavedra devient le premier ambassadeur de la Colombie en Géorgie quand il présente ses lettres de créance au président Guiorgui Margvelachvili[31]. Le , David Solomonia, qui remplace Berdzenichvili comme ambassadeur géorgien à Brasilia, présente ses lettres de créance au président Santos[9]. Le , pour célébrer la Fête nationale de la Colombie, Saavedra inaugure le Consulat honoraire de la Colombie à Tbilissi lors d'un évènement auquel participent des danceurs traditionnels de salsa colombienne. Le Consulat honoraire et son consul, l'homme d'affaires Merab Lominadzé, a la fonction de promouvoir les liens culturels, économiques et académiques entre les deux pays. C'est par ailleurs durant l'inauguration de ce consulat que la vice-ministre géorgienne des Affaires étrangères Khatouna Totladzé propose la signature d'un accord bilatéral sur l'exemption de visa[32].

Lors de l'inauguration du président colombien Iván Duque Márquez le , la Géorgie est représentée par David Dondoua (vice-ministre des Affaires étrangères)[33] et l'ambassadeur Solomonia[34].

Relations modernes

Consultations politiques

Il existe actuellement un dialogue politique entre la Géorgie et la Colombie dans plusieurs sphères, notammant l'économie, la culture et l'éducation, une coopération qui existe entre les services diplomatiques et académiques des deux républiques[8]. La signature le du mémorandum d'entente entre les ministères des Affaires étrangères des deux pays inaugure le format des Consultations politiques entre la République de Colombie et la Géorgie[35]. Jusqu'à ce jour, Bogota et Tbilissi ont entretenu six cycles de consultations :

  1. (conférence téléphonique). Ce cycle apporte peux de résultats mais le 11 septembre suivant, l'ambassadeur géorgien Berdzenichvili rencontre la vice-ministre Londoño Jaramillo à Bogota pour s'accorder sur un autre cycle de consultations avant la fin de l'année. Les deux côtés annoncent un « renforcement » des relations bilatérales et Berdzenichvili lance une coopération avec l'Académie diplomatique Augusto Ramirez Campo, l'Université nationale de Colombie, le Musée de l'or et Confecámaras (la confédération de chambres de commerce colombiennes)[36].
  2. (Bogota). Présidé par Patti Londoño Jaramillo (Colombie) et David Djalaghania (Géorgie), au sujet de la coopération technique, culturelle, commerciale et diplomatique. Ce cycle aborde la question de la nomination d'une représentation diplomatique colombienne en Géorgie. La délégation géorgienne inclue l'homme d'affaires Kakha Baïndourachvili, président de la Chambre de commerce de Géorgie, qui rencontre des dignitaires de Proexport[9],[35].
  3. (conférence téléphonique[9]). Présidé par Londoño Jaramillo et Djalaghania, au sujet de la coopération économique, culturelle, touristique, académique, sportive et diplomatique. Ce cycle mène à un accord sur le besoin de visites de haut-niveau entre les deux pays et de plans concrets pour la mise en œuvre d'initiatives bilatérales[37], la négociation finale de l'accord bilatéral sur l'exemption de visa pour les titulaires de passports diplomatiques et un accord sur des échanges d'expositions entre le Musée d'or de Bogota et le Musée national de Géorgie[6].
  4. (Tbilissi). Présidé par Juan Guillermo Castro Benetti (directeur pour l'Europe au ministère colombien des Affaires étrangères) et Guiorgui Khabelachvili (directeur pour les Amériques au ministère géorgien des Affaires étrangères)[9], au sujet de la coopération sportive et académique.
  5. (Tbilissi). Présidé par Londoño Jaramillo et Djalaghania au sujet de la coopération commerciale, touristique, culturelle, académique et sportive (en particulier, le rugby en Géorgie). Durant ce cycle, les deux côtés signent l'accord sur l'exemption de visa pour les titulaires de passports diplomatiques[12].
  6. (Bogota). Présidé par Luz Stella Jara (Colombie) et Vakhtang Makharoblichvili (Géorgie), au sujet de la coopération académique, culturelle et économique. Durant ce cycle, la Colombie partage son expérience dans le processus de paix entre le gouvernement colombien et les FARC-EP, ainsi que l'« économie orange » du président Duque Márquez. Tbilissi et Bogota explorent des options de mobilité académique, le développement d'alliances pour les industries oranges, l'administration éléctronique et la cybersécurité, ainsi que le lancement de missions commerciales pour analyser le potentiel du marché géorgien pour le charbon et les fruits tropicaux[38].

Diplomatie culturelle, sportive et économique

Musée de l'or de Bogota
Musée de l'or de Bogota

L'importance des contacts entre les populations de Colombie et de Géorgie a été souligné à de nombreuses reprises, notammant en mars 2017[39]. Dans ce but, la coopération culturelle est l'un des piliers des relations bilatérales. À partir du , suivant la rencontre entre les chefs de diplomatie Maria Holguin et Maïa Pandjikidzé, les deux côtés travaillent vers l'organisation d'échanges entre le Musée d'or de Bogota et le Musée national de Géorgie, ce dernier contenant le Trésor national géorgien[4]. Le , la délégation géorgienne visitant Bogota dans le cadre du second cycle des consultations politiques bilatérales visite le Musée d'or afin de lancer le projet d'expositions jointes[35], tandis que l'ambassadeur colombien Saavedra rencontre en novembre 2016 Davit Lortkipanidzé, directeur général du Musée national de Géorgie[31].

La première exposition colombienne en Géorgie, au sujet de l'histoire de la production de l'or en Colombie, se déroule entre le 27 et durant la semaine de la culture colombienne à Tbilissi au Musée Simon Janashia de Géorgie. La cérémonie d'ouverture est menée par la vice-ministre Khatouna Tortladzé, l'ambassadeur Saavedra et le directeur du musée Mikheïl Tsereteli[39] et inaugure quatre jours durant lesquels plusieurs films colombiens sont présentés, dont : Gabo, la creación de Gabriel García Márquez (Justin Webster), Colombia: Wild Magic (Mike Slee)[40]. Plus tard en avril 2017, The Wind Journeys de Ciro Guerra (2009) est présenté au festival du film latino-américain de Tbilissi[41]. L'harpiste colombien Edmar Castaneda participe au 18e Festival du jazz de Tbilissi en octobre 2015[42].

La Colombie voit la Géorgie comme une priorité dans son programme pour la diplomatie sportive[9], pour la première fois abordée par l'ambassadeur Saavedra lors de sa visite à Tbilissi en décembre 2016[31], puis lors du cinquième cycle des consultations politiques bilatérales de février 2017[43]. Durant la visite de la vice-ministre colombienne Patti Londoño Jaramillo dans le cadre de ce dernier en Géorgie, elle rencontre la direction de la Fédération géorgienne de rugby à XV à ce sujet[43] et le , un accord bilatéral est signé pour la coopération sportive[44]. Du 4 au , 12 jeunes joueurs de rugby des ligues colombiennes de La Guajira et de Norte de Santander participent à un echange sportif avec leurs homologues géorgiens et visitent la Géorgie[45], une visite durant laquelle les joueurs rencontrent la direction de la Fédération[45] et du Comité paralympique géorgien, participent à des matchs amicaux contre des jeunes joueurs de Tbilissi et Telavi et visitent Mtskheta[46]. Celle-ci est le 115e échange fait dans le cadre de la diplomatie sportive de la Colombie[47].

Les liens académiques entre les deux pays sont abordés pour la première fois le 2 septembre 2016 lors de la visite de Juan Guillermo Castro Benetti, directeur pour l'Europe au ministère colombien des Affaires étrangères, qui discute l'idée d'échanges académiques entre les deux pays avec le vice-ministre géorgien David Dondoua[48]. La question est de nouveau approchée le lors de la rencontre entre Londoňo Jaramillo et Djalaghania à Cali[49].

Liste des accords signés

Accords bilatéraux signés entre la République de Colombie et la Géorgie
Accord Date Lieu Signataire colombien Signataire géorgien Note
Protocole sur l'établissement des relations diplomatiques entre la République de Colombie et la Géorgie New York Julio Londoño Paredes
(Représentant permanent de la Colombie aux Nations unies)
Petré Tchkheïdzé
(Représentant permanent de la Géorgie aux Nations unies)
[10]
Mémorandum d'entente sur la coopération entre le Ministère des Affaires étrangères de Géorgie et le Ministère des Affaires étrangères de Colombie New York María Ángela Holguín
(Ministre des Affaires étrangères)
Maïa Pandjikidzé
(Ministre des Affaires étrangères)
Cet accord entre en force dès sa signature[50] et lance les Consultations politiques bilatérales.
Accord sur la coopération entre l'Université d'État de Tbilissi et l'Université nationale de Colombie 2014 [51]
Mémorandum d'entente entre la Chambre du commerce et de l'industrie de Géorgie et la Confédération des Chambres du commerce de Colombie 2014 [51]
Mémorandum d'entente sur la coopération technique New York María Ángela Holguín
(Ministre des Affaires étrangères)
Mikheïl Djanelidzé
(Ministre des Affaires étrangères)
Cet accord forme un cadre de coopération scientifique, technologique et économique. Son premier résultat est le développement de la coopération dans l'administration éléctronique[52].
Accord entre le Gouvernement de la République de Colombie et le Gouvernement de Géorgie sur l'exemption de visa pour les titulaires de passports diplomatiques, officiels ou de service Tbilissi Patti Londoño Jaramillo
(Vice-ministre des Affaires étrangères)
David Djalaghania
(Vice-ministre des Affaires étrangères)
[53]
Mémorandum d'entente sur le développement d'activités pour la diplomatie sportive Tbilissi Juan Alfredo Pinto Saavedra
(Ambassadeur de la Colombie en Géorgie)
David Solomonia
(Ambassadeur de la Géorgie en Colombie)
Cet accord garantit les échanges sportifs, le premier se déroulant dans le cadre du rugby en octobre 2017[54].

Missions diplomatiques

Le premier ambassadeur de la Colombie en Géorgie est Juan Alfredo Pinto Saavedra, basé à Ankara et qui présente ses lettres de créance au président géorgien Guiorgui Margvelachvili le . Selon le ministère colombien des Affaires étrangères, la décision par Bogota de couvrir la Géorgie diplomatiquement depuis son ambassade en Turquie date de 2011, tandis que les affaires consulaires sont auparavant mises à la charge des ambassades colombiennes à Budapest, Moscou et Varsovie. La Colombie et la Géorgie sont actuellement en négociations pour l'ouverture d'une ambassade colombienne à Tbilissi[8]. Les ambassadeurs de Colombie en Géorgie (avec résidence à Ankara) sont :

La Colombie maintient depuis le un consulat honoraire à Tbilissi, menée par Merab Lominadzé, un homme d'affaires géorgien.

La Géorgie n'a pas de mission diplomatique en Colombie mais y est représentée par son ambassade à Brasilia depuis le , date à laquelle l'ambassadeur Otar Berdzenichvili présente ses lettres de créance au président colombien Juan Manuel Santos[55]. Les ambassadeurs géorgiens sont[8] :

Relations dans le cadre multilatéral

La Colombie et la Géorgie font parties de plusieurs organismes internationales, dont l'ONU et ses organisations, INTERPOL, le FMI, l'Organisation internationale de télécommunications par satellite, la Cour permanente d'arbitrage et la Cour pénale internationale. Les deux pays sont signataires de plusieurs traités multilatéraux, tels que le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires et plusieurs accords environmentaux.

Dans le cadre de l'ONU, Tbilissi et Bogota ont une histoire de coopération depuis l'admission de la Géorgie dans l'organisation le . En juin 2016, les consultations politiques bilatérales mènent[6] à un accord informel de coopération dans le cadre de l'Agenda 2030 et des Objectifs de développement durable et les deux côtés réitèrent en 2019 leur souhait de continuer cette collaboration, ainsi que de lutter ensemble contre le changement climatique, le trafic de stupéfiants et la corruption dans le cadre de la Session extraordinaire de l’Assemblée générale sur la lutte contre la corruption[38].

Pour la Géorgie, une priorité est de convaincre la Colombie de voter en sa faveur sur une résolution annuellement présentée par la mission géorgienne sur le retour des personnes déplacées internes en Abkhazie et en Ossétie du Sud, une résolution qui est approuvée chaque année depuis 2008 par l'Assemblée générale des Nations unies mais à laquelle la Colombie s'abstient de voter. En 2010, le gouvernement géorgien a fait du lobbying auprès de la Colombie en vain[56] et a par la suite demandé de l'aide du gouvernement des États-Unis pour faire pression sur Bogota, également en vain[57].

Votes par la Colombie sur la Géorgie
Référence Nom Date Position de la Colombie Notes
A/RES/46/241 Admission de la République de Géorgie comme membre des Nations unies
Pour
Vote orale, résultat unanime.
A/RES/62/249 Statut des déplacés internes d'Abkhazie (Géorgie) Abstention
A/RES/63/307 Statut des déplacés internes d'Abkhazie (Géorgie) et de la région de Tskhinvali/Ossétie du Sud (Géorgie) Abstention
A/RES/64/296 Statut des déplacés internes d'Abkhazie (Géorgie) et de la région de Tskhinvali/Ossétie du Sud (Géorgie) Abstention
A/RES/65/287 Statut des déplacés internes d'Abkhazie (Géorgie) et de la région de Tskhinvali/Ossétie du Sud (Géorgie) Abstention
A/RES/66/283 Statut des déplacés internes d'Abkhazie (Géorgie) et de la région de Tskhinvali/Ossétie du Sud (Géorgie) Abstention
A/RES/67/268 Statut des déplacés internes d'Abkhazie (Géorgie) et de la région de Tskhinvali/Ossétie du Sud (Géorgie) Abstention
A/RES/68/274 Statut des déplacés internes d'Abkhazie (Géorgie) et de la région de Tskhinvali/Ossétie du Sud (Géorgie) Abstention
A/RES/69/286 Statut des déplacés internes d'Abkhazie (Géorgie) et de la région de Tskhinvali/Ossétie du Sud (Géorgie) Abstention
A/RES/70/265 Statut des déplacés internes d'Abkhazie (Géorgie) et de la région de Tskhinvali/Ossétie du Sud (Géorgie) Abstention
A/RES/71/290 Statut des déplacés internes d'Abkhazie (Géorgie) et de la région de Tskhinvali/Ossétie du Sud (Géorgie) Abstention
A/RES/72/280 Statut des déplacés internes d'Abkhazie (Géorgie) et de la région de Tskhinvali/Ossétie du Sud (Géorgie) Abstention
A/RES/73/298 Statut des déplacés internes d'Abkhazie (Géorgie) et de la région de Tskhinvali/Ossétie du Sud (Géorgie) Abstention
A/RES/74/300 Statut des déplacés internes d'Abkhazie (Géorgie) et de la région de Tskhinvali/Ossétie du Sud (Géorgie) Abstention
A/RES/75/285 Statut des déplacés internes d'Abkhazie (Géorgie) et de la région de Tskhinvali/Ossétie du Sud (Géorgie) Abstention

La Colombie et la Géorgie collaborent de même dans les organisations régionales et le rôle de la Géorgie dans les entités sud-américaines est un thème courant des consultations politiques bilatérales[37]. C'est grâce au soutien de Bogota que la Géorgie rejoint en tant qu'observateur l'Alliance du Pacifique le [58]. La Colombie voit dans cette coopération multilatérale une opportunité de lier l'Eurasie à l'Amérique latine[38]. Davit Djalaghania, vice-ministre géorgien des Affaires étrangères, visite Cali pour participer au 12e sommet de l'Alliance du Pacifique le [59], tandis que la Colombie briefe Tbilissi sur ses priorités comme pays-président de l'AP en 2017[12]. La Colombie supporte un rôle augmenté pour la Géorgie au sein de l'Alliance[59]. La rencontre entre les ministres Holguin et Pandjikidzé en septembre 2013 marque la première rencontre entre les présidents de GUAM et de l'AP[4] et la coopération entre les deux organisations est de nouveau abordée par les dignitaires colombiens et géorgiens en septembre 2016[48].

Échanges économiques

En 2020, les exports colombiens vers la Géorgie comptent 442 710 de dollars, principalement en cafés et thés. Le record des exports colombiens en Géorgie date de 2017, ayant dépasser les 13 millions de dollars[60]. Du côté géorgien, le record est atteint en 2012 avec 6 millions de dollars, tandis que le montant s'ajoute à 3,96 millions de dollars en 2020, principalement en métaux ferroviers[61].

Les liens commerciaux entre les deux pays est le sujet de négociations dans le cadre des consultations politiques bilatérales. C'est ainsi que le , durant le troisième cycle des consultations à Bogota, la délégation géorgienne signe un mémorandum d'entente entre la Chambre du commerce et de l'industrie de la Géorgie et Confecamaras, la confédération des chambres du commerce colombiennes. En novembre 2016, durant la première visite en Géorgie de l'ambassadeur Saavedra, celui-ci organise un forum économique pour encourager les entreprises géorgiennes à investir en Colombie. En avril 2019, durant le sixième cycle des consultations, la Colombie annonce l'organisation de missions commerciales pour étudier le marché géorgien pour le charbon et les fruits tropicaux.

Immigration

Durant la réforme des visas en Géorgie de 2014, la Colombie est l'un des 94 pays d'origine[62] dont les citoyens peuvent voyager en Géorgie sans visa pour 90 jours[63]. Le , le gouvernement géorgien étend la limite de 90 à 365 jours[64], devenant l'un des premiers pays dans le monde à offrir une exemption de visas aux citoyens colombiens[65]. Les citoyens géorgiens peuvent voyager en Colombie de même sans visa pour des raisons touristiques, mais un visa est nécéssaire pour les longs séjours[66].

En 2019, sur les 12 000 citoyens étrangers officiellement travaillant en Géorgie, un seul est colombien[67]. Durant la pandémie de Covid-19, la Colombie fait partie des 95 pays auxquels la Géorgie offre le programme Remotely from Georgia, un visa spécial pour autoriser les ressortisants de certains pays à travailler par distance depuis la Géorgie[68].

Voir aussi

Liens externes

Notes

  1. Selon la chaîne télévisée géorgienne Roustavi 2, il serait le seul chef d'État européen à être invité à l'inauguration.
  2. La visite d'un chef de la diplomatie géorgienne en Colombie ne s'est pas encore déroulée (septembre 2021).

Références

  1. (en) « Colombia - Foreign Relations », sur Country Studies (consulté le )
  2. (es) « Lineamientos de la Política Exterior de Colombia », sur Ambassade de la Colombie en Turquie (consulté le )
  3. (es) « El Ministerio de Relaciones Exteriores comprometido con el desarrollo del rugby social en La Guajira », sur Cancilleria.gov.co, (consulté le )
  4. a b et c (es) « En el marco de la Asamblea General de Naciones Unidas, Canciller Holguín se reunió su homóloga de Georgia », sur Cancilleria.gov.co, (consulté le )
  5. (en) « Saakashvili Visits Peru », sur Civil Georgia, (consulté le )
  6. a b et c (es) « Viceministros de Colombia y Georgia presidieron Reunión de Consultas Políticas, a través de videoconferencia », sur Cancilleria.gov.co, (consulté le )
  7. (en) « Within Which Boundaries Did the League of Nations Recognize Georgia? », sur Myth Detector, (consulté le )
  8. a b c d et e (en) « Relations between Georgia and the Republic of Colombia », sur MFA.gov.ge (consulté le )
  9. a b c d e f g h i j k et l (es) « Georgia », sur Cancilleria.gov.co (consulté le )
  10. a et b (es) « Anexo No. 3 », sur Cancilleria.gov.co, (consulté le )
  11. (en) « [Eurasia] Armenia, Azerbaijan, Georgia, Turkey sweep, June 3 », sur Wikileaks, (consulté le )
  12. a b c et d (en) « Issues relating to co-operation with Colombia have been discussed at the Georgian Foreign Ministry », sur MFA.gov.ge, (consulté le )
  13. (en) « The Statement of the Ministry of Foreign Affairs of Georgia », sur MFA.gov.ge, (consulté le )
  14. (en) « Statement of the Ministry of Foreign Affairs in reaction to the terrorist act in the capital of the Republic of Colombia », sur MFA.gov.ge, (consulté le )
  15. (en) « GEO/GEORGIA/FORMER SOVIET UNION », sur Wikileaks, (consulté le )
  16. (en) « Saakashvili: ‘Struggle for Liberation Continues’ », sur Civil Georgia, (consulté le )
  17. a et b (en) « GEO/GEORGIA/FORMER SOVIET UNION », sur Wikileaks, (consulté le )
  18. (en) « Saakashvili May Visit Colombia », sur Civil Georgia, (consulté le )
  19. (en) « Saakashvili Visits Colombia », sur Civil Georgia, (consulté le )
  20. (es) « Viceministra de Relaciones Exteriores se reunió con su homólogo de Georgia para revisar agenda bilateral », sur Cancilleria.gov.co, (consulté le )
  21. (es) « Resumen de noticias del Ministerio de Relaciones Exteriores, del 23 de febrero a marzo 1 de 2013 », sur Cancilleria.gov.co, (consulté le )
  22. (es) « Viceministra Patti Londoño se reunió en Nueva York con el primer viceministro de Relaciones Exteriores de Georgia », sur Cancilleria.gov.co, (consulté le )
  23. (en) « Georgian, Iranian FMs Meet at UN », sur Civil Georgia, (consulté le )
  24. (en) « Georgia and Colombia have signed the Memorandum of Understanding », sur MFA.gov.ge, (consulté le )
  25. a et b (en) « Mikheil Janelidze continues to hold meetings with his colleagues within the framework of the UN General Assembly », sur MFA.gov.ge, (consulté le )
  26. (es) « Ministros de Relaciones Exteriores de Colombia y Georgia tuvieron encuentro bilateral en Nueva York », sur Cancilleria.gov.co, (consulté le )
  27. (en) « The Colombian Delegation gets acquainted with Georgia’s experience in the e-government area », sur MFA.gov.ge, (consulté le )
  28. a et b (es) « Colombia y Georgia trabajan conjuntamente en el fortalecimiento de las relaciones de cooperación », sur Cancilleria.gov.co, (consulté le )
  29. (es) « RESOLUCION 37 DE 2015 », sur Cancilleria.gov.co, (consulté le )
  30. (en) « Vladimer Chachibaia », sur Parliament.ge (consulté le )
  31. a b et c (es) « El Embajador Juan Alfredo Pinto Saavedra presentó cartas credenciales ante el Presidente Giorni Maravelashwili », sur Cancilleria.gov.co, (consulté le )
  32. (en) « Georgia celebrates Colombian Independence Day, opening of Honorary Consulate », sur Agenda.ge, (consulté le )
  33. (es) « Viceministro de Relaciones Exteriores de Georgia saludó a la Viceministra Adriana Mendoza, a su llegada a Bogotá para la transmisión de mando presidencial », sur Cancilleria.gov.co, (consulté le )
  34. (es) « Los Embajadores de Eslovaquia, Armenia, Croacia y Georgia arribaron a Bogotá para la posesión del Presidente electo Iván Duque », sur Cancilleria.gov.co, (consulté le )
  35. a b et c (es) « Viceministros de Relaciones Exteriores de Colombia y Georgia lideraron la segunda Reunión de Consultas Políticas », sur Cancilleria.gov.co, (consulté le )
  36. (es) « Colombia y Georgia fortalecen su relación bilateral », sur Cancilleria.gov.co, (consulté le )
  37. a et b (en) « Political consultations have been held between the Foreign Ministries of Georgia and the Republic of Colombia », sur MFA.gov.ge, (consulté le )
  38. a b et c (es) « Viceministros de Relaciones Exteriores de Colombia y Georgia, Luz Stella Jara y Vakhtang Makharoblishvili, presidieron reunión de consultas políticas », sur Cancilleria.gov.co, (consulté le )
  39. a et b (en) « Colombia’s Culture Week in Georgia », sur MFA.gov.ge, (consulté le )
  40. (en) « Celebrate week of Colombian culture at Tbilisi museum », sur Agenda.ge, (consulté le )
  41. (en) « Tbilisi museum hosts Latin American, Caribbean film screenings », sur Agenda.ge, (consulté le )
  42. (en) « Global talent for 18th annual Tbilisi Jazz Festival », sur Agenda.ge, (consulté le )
  43. a et b (es) « Logros Febrero 2017 », sur Cancilleria.gov.co (consulté le )
  44. (es) « En el marco de la Semana de Colombia en Tiflis, Georgia, se firmó Memorando de Entendimiento para el desarrollo de iniciativas en Diplomacia Deportiva », sur Cancilleria.gov.co, (consulté le )
  45. a et b (es) « Georgia será la casa de 12 jóvenes rugbistas de Cúcuta y Riohacha que realizarán intercambio de Diplomacia Deportiva del 4 al 15 de octubre », sur Cancilleria.gov.co, (consulté le )
  46. (es) « Rugby de Riohacha y Cúcuta por primera vez en Georgia y Turquía », sur Cancilleria.gov.co, (consulté le )
  47. (es) « Rugby de Riohacha y Cúcuta por primera vez en Georgia y Turquía », sur Cancilleria.gov.co, (consulté le )
  48. a et b (es) « Director de Europa continúa su gira de trabajo en Georgia », sur Cancilleria.gov.co, (consulté le )
  49. (es) « Encuentro bilateral de la Viceministra de Relaciones Exteriores de Colombia y el Viceministro de Relaciones Exteriores de Georgia », sur Cancilleria.gov.co, (consulté le )
  50. (en) « Republic of Colombia - International Agreements », sur MFA.gov.ge (consulté le )
  51. a et b (en) « Ministry of Foreign Affairs of Georgia - Annual Report 2014 », sur MFA.gov.ge (consulté le )
  52. (es) « Canciller Holguín se reunió con su homólogo de Georgia, Mikheil Janelidze », sur Cancilleria.gov.co, (consulté le )
  53. (es) « ACUERDO ENTRE EL GOBIERNO DE LA REPÚBLICA DE COLOMBIA Y EL GOBIERNO DE GEORGIA SOBRE EXENCIÓN DE VISADOS PARA PORTADORES DE PASAPORTES DIPLOMÁTICOS, OFICIALES O DE SERVICIO », sur Cancilleria.gov.co, (consulté le )
  54. (es) « En el marco de la Semana de Colombia en Tiflis, Georgia, se firmó Memorando de Entendimiento para el desarrollo de iniciativas en Diplomacia Deportiva », sur Cancilleria.gov.co, (consulté le )
  55. (es) « Embajadores de 5 países, en Colombia, presentaron Cartas Credenciales al presidente Santos y a la Canciller Holguín », sur Cancilleria.gov.co, (consulté le )
  56. (en) « Tbilisi’s Efforts to Secure UN Backing for its IDP Resolution », sur Civil Georgia, (consulté le )
  57. (en) « GEORGIA SEEKS U.S. HELP IN PROMOTING UNGA IDP RESOLUTION », sur Wikileaks, (consulté le )
  58. (es) « Canciller María Ángela Holguín anunció la adhesión de 10 nuevos países observadores a la Alianza del Pacífico », sur Cancilleria.gov.co, (consulté le )
  59. a et b (en) « David Jalagania participates in the second ministerial meeting held within the framework of the 12th Summit of the Pacific Alliance », sur MFA.gov.ge, (consulté le )
  60. (en) « Colombia Exports to Georgia », sur Trading Economics (consulté le )
  61. (en) « Georgia Exports to Colombia », sur Trading Economics (consulté le )
  62. (en) « Check if you can enter Georgia and stay for a year visa-free », sur Agenda.ge, (consulté le )
  63. (en) « Check if your country is on the visa-free list », sur Agenda.ge, (consulté le )
  64. (en) « Georgia Restores One-Year Visa-Free Rules », sur Civil Georgia, (consulté le )
  65. (es) « 'Este Gobierno ha querido convertir a Colombia en un jugador relevante. Y creo que lo hemos logrado’: Presidente Santos », sur Cancilleria.gov.co, (consulté le )
  66. (en) « Republic of Colombia - Visa Information », sur MFA.gov.ge (consulté le )
  67. (en) « What are the top countries from where people come to work in Georgia? », sur Agenda.ge, (consulté le )
  68. (en) « 'Remotely from Georgia': new state programme to allow foreigners to travel to, work remotely from Georgia », sur Agenda.ge, (consulté le )
{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Relations entre la Colombie et la Géorgie
Listen to this article