Robert Rich (2e comte de Warwick) - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Robert Rich (2e comte de Warwick).

Robert Rich (2e comte de Warwick)

Robert Rich
2e comte de Warwick

Portrait du comte de Warwick par Daniël Mijtens

Titre comte de Warwick
(1619-1658)
Autres titres Lord Lieutenant of Essex
Prédécesseur Robert Rich
Successeur Robert Rich
Arme Marine
Grade militaire amiral
Années de service 1642 - 1679
Commandement amiral de la Royal Navy
Gouvernement militaire Château de Deal
Conflits Deuxième guerre civile anglaise
Faits d'armes Châteaux des Downs
Biographie
Dynastie Rich
Naissance
Décès (à 70 ans)
Père Robert Rich
Mère Penelope Devereux
Conjoint Frances Hatton (1590-1623)
Susan (née Rowe) Halliday (1582-1646)
Eleanor Wortley
Le comte de Warwick par van Dyck
Le comte de Warwick par van Dyck

Robert Rich, 2e comte de Warwick () est un amiral et administrateur colonial anglais. Ce puritain est l'un des chefs de file du Parti whig et un proche de Cromwell.

Biographie

Rich, en tant que fils aîné de Robert Rich (1er comte de Warwick) et de son épouse Penelope Devereux, reprend le titre de son père (comte de Warwick) en 1619 (parmi ses frères cadets, il y a Henry Rich (1er comte de Holland)). Il manifeste très jeune de la fascination pour les aventures coloniales, devient actionnaire de la compagnie de Guinée, de la compagnie de Nouvelle-Angleterre, et la compagnie de Virginie, ainsi que de la Somers Isles Company, filiale de la Virginia Company. Les entreprises du comte de Warwick l'opposent à la Compagnie britannique des Indes orientales (1617) et à la Virginia Company, dont il parvient finalement à obtenir la dissolution en 1624. Son expédition corsaire de 1627 contre les intérêts espagnols tourne à l'échec[1].

Les convictions puritaines et les liens de Warwick avec la Lower Church l'éloignent peu à peu de la cour mais elles le rapprochent des colonies de Nouvelle-Angleterre. En 1628 il obtient indirectement une patente pour la Colonie de la baie du Massachusetts, et en 1631 fait accorder la patente Saybrook au Connecticut. Contraint de démissionner de la présidence de la compagnie de Nouvelle-Angleterre cette année-là, il n'en continue pas moins à administrer la Somers Isles Company et la Providence Island Company, fondée en 1630, qui administre Old Providence sur Mosquito Coast. Simultanément, en Angleterre, Warwick s'oppose à l'emprunt forcé de 1626, à la perception en temps de paix de l'impôt sur les régions côtières (ship money), et à la politique religieuse de l’archevêque Laud[1].

Sa plantation de Richneck se trouve sur le site de la ville indépendante de Newport News (Virginie). Plusieurs rivières et terres portent son nom en Amérique : l'estuaire de Warwick en Virginie, Warwick Towne, et le Comté de Warwick (Virginie), ainsi que Warwick (Rhode Island) et Warwick aux Bermudes (alias « Isles Somers »). La plus ancienne école des Bermudes, Warwick Academy (vers 1650), a été édifiée sur une terre donnée par le comte de Warwick[2].

En 1642, après la destitution du comte de Northumberland en tant que Lord grand amiral, Warwick est nommé commandant de la flotte par le Parlement[3]. En 1643 il est nommé à la tête d'une commission chargée du gouvernement des colonies, parmi lesquelles, dès l'année suivante, les plantations de Providence, ancêtre de l’État du Rhode Island : à ce titre, il parvient à garantir aux colons une large liberté de culte[1].

En tant que commandant de la flotte, en 1648, Warwick reprend, lors de la Deuxième guerre civile anglaise les trois châteaux des Downs (Walmer, Deal et Sandown) au nom du Parlement, et est nommé capitaine général de la place de Deal[4] de 1648 à 1653. Mais lors de la dissolution de la Chambre des lords en 1649, il est démis de ses charges et se retire de la vie politique. C'est un intime de Cromwell, dont la fille Frances épouse son petit-fils et héritier homonyme Robert Rich, en 1657[1].

Famille

Robert Rich épouse en premières noces, en , Frances Hatton (1590-1623), fille et héritière de Sir William Newport alias Hatton (1560-1597) et d'Elizabeth Gawdy : elle lui donne au moins cinq enfants[5].

Sa deuxième femme, qu'il épouse avant le , est Susan (née Rowe) Halliday (1582-1646), fille du Lord-maire de Londres, Henry Rowe, et de Susan Kighley, par ailleurs déjà veuve de William Halliday (d.1624), Alderman de Londres[6].

Enfin il épouse Eleanor Wortley, veuve de Sir Henry Lee et d'Edward Radclyffe (6e comte de Sussex); à la mort de Warwick elle a un quatrième époux, Edward Montagu (2e comte de Manchester), qui lui-même a épousé sa belle-fille Anne Rich[7].

Enfants :

Notes

  1. a b c et d Cet article comporte des extraits d'un livre tombé dans le domaine public: Hugh Chisholm, Encyclopaedia britannica, vol. 28, Cambridge University Press (réimpr. 1911, 11e) (lire en ligne), « Warwick, Sir Robert Rich, 2nd Earl of », p. 349
  2. Cf. académie de Warwick « Copie archivée » (version du 2 juillet 2007 sur l'Internet Archive)
  3. D'après Acts and Ordinances of the Interregnum, 1642-1660, (lire en ligne), « July 1642: Ordinance for the Earl of Warwick to remain in his Command of the Fleet. », p. 12.
  4. D'après « 13 July 1648 - 'Taking of Walmer Castle' » (consulté le )
  5. Aughterson 2004; Gowdy 1919, p. 39–41; Harris 1847, p. 502; Kelsey 2004.
  6. Aughterson 2004; Gowdy 1919, p. 39–41; Kelsey 2004.
  7. « C'était, affirme Miriam Slater, une femme vaniteuse, avide et extravagante qui avait gravi les plus hauts échelons de la société en épousant toute une série de riches vieillards. » D'après Family Life in the Seventeenth Century: the Verneys of Claydon House (1984), p. 17.
  8. "Double portrait of the Essex sisters: the countess of Manchester and lady Anne Rich (d. c. 1655)" Il s'agit bien dans ce tableau des sœurs Rich, et non des sœurs d'Essex ; la Comtesse de Manchester était en effet Lady Anne Rich (qui mourut en 1641 ou 1642), et sa sœur était Lady Essex Rich. Source : Cracroft's Peerageetc.

Bibliographie

{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Robert Rich (2e comte de Warwick)
Listen to this article