Secret d'État (film, 1950) - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Secret d'État (film, 1950).

Secret d'État (film, 1950)

Secret d’État
Titre original State Secret
Réalisation Sidney Gilliat
Sociétés de production Sidney Gilliat
Frank Launder
Pays d’origine
Royaume-Uni
Genre Drame
Sortie 1950


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Secret d'État (State Secret) est un film britannique dramatique de 1950 réalisé par Sidney Gilliat avec Douglas Fairbanks Jr., Jack Hawkins, Glynis Johns, Olga Lowe[1],[2] et Herbert Lom. Aux États-Unis, le film est sorti sous le titre The Great Manhunt[3].

Synopsis

John Marlowe est un chirurgien américain en visite en Angleterre lorsqu'il est invité à Vosnia, un petit pays fictif européen où l'on parle le vosnien, sorte d'espéranto. Une fois la-bas, il apprend qu'il doit opérer le dictateur du pays, qui meurt mystérieusement mais est ensuite remplacé par un sosie. Comme il est l'un des rares à le savoir, Marlowe est traqué par la police secrète du pays, dont l'élimination physique devient une mesure importante pour le régime.

Marlowe réussi à s'enfuir de ses poursuivants et demande de l'aide à Lisa Robinson. Ensemble, ils font chanter Karl Theodor, un passeur, pour qu'il les aide à traverser la frontière. Le groupe se retrouve plus tard poursuivis dans tout le pays et sont sur le point de s'enfuir lorsqu'un des hommes de Karl, qui les guide dans leur fuite au milieu des montagnes, est abattu par un garde-frontière, tandis que Lisa est blessée. Marlowe, qui pourrait s'échapper sans elle, décide de rester à ses côtés. Ils sont prêt à se rendre au groupe de soldats qui s'approche d'eux.

Pendant ce temps, le colonel Galcon, qui cumule les fonctions de Premier Ministre ainsi que ceux de la Santé, des Services Publics et de la Sécurité d'État, prépare un accident de tir pour tuer Marlowe mais, alors que ce dernier s'apprête à être tuer, le faux dictateur est alors entendu à la radio en train de prononcer un discours. À ce moment-là, des coups de feu se font entendre dans le poste radio, signifiant qu'un attentat vient d'avoir lieu contre le dictateur mais cela pousse Marlowe à retourner s'abriter à l'intérieur du bâtiment. De son côté, Galcon, qui a également entendu les coups de feu, confirme par téléphone que le meurtrier du premier dictateur a été assassiné par ses soins, avant de demander un pourparlers aux réfugiés.

Marlowe et Galcon discutent de leur situation mutuelle et le colonel se rend compte que sa carrière est peut-être fini pour lui. Comme le peuple a été témoin de la mort du dictateur sans que cela ne passe inaperçu cette fois, il n'est plus nécessaire de maintenir la dissimulation. Il fait libérer Marlowe et Robinson qui s'envolent vers la liberté.

Fiche technique

Distribution

Autour du film

  • Gilliat a eu l'idée de faire le film à partir d'un article de journal qu'il a lu peu de temps avant la Seconde Guerre mondiale . Il a décidé qu'il ferait un «thriller de poursuite» dans le style des films qu'il avait écrits pour Alfred Hitchcock et Carol Reed , notamment The Lady Vanishes et Night Train to Munich[4].
  • Une langue " vosnienne " a été construite pour le film par un expert en linguistique, combinant le latin et le slave[5].
  • Le rôle vedette est allé à Douglas Fairbanks Jnr, qui avait réalisé un certain nombre de films britanniques dans les années 1930 et souhaitait à nouveau travailler dans le pays. Son casting a été annoncé en [6].
  • Fairbanks a déclaré plus tard: "Nous avons définitivement atteint le statut de One World en images. La comédie britannique et le jeu de personnages ne nous semblent plus lointains."[7].
  • En juillet, il a été annoncé qu'une autre star hollywoodienne jouerait le rôle principal féminin, mais en août, l'actrice Glynis Johns a obtenu le rôle[8].

Notes et références

  1. « State Secret », BFI
  2. British Film Industry. Consulté le 14 septembre 2014.
  3. « The Great Manhunt », TV Guide
  4. « state department cable stockholm to secretary of state february 18 1949 secret nara », sur U.S. Intelligence on Europe, 1945-1995 (consulté le )
  5. Michel Durand, « Newman et la conscience dans son roman Callista et dans son sermon « Ce qui dispose à la foi1 » », Cahiers victoriens et édouardiens, no 70 automne,‎ (ISSN 0220-5610 et 2271-6149, DOI 10.4000/cve.4778, lire en ligne, consulté le )
  6. « New York Times/Cornell University/NY1 News New York State Poll, May 2009 », sur ICPSR Data Holdings, (consulté le )
  7. Rick Anderson, « Google Books and Hathitrust », dans Scholarly Communication, Oxford University Press, (ISBN 978-0-19-063944-0, lire en ligne)
  8. « Introduction », dans Searching for New Frontiers, John Wiley & Sons, Ltd, (ISBN 978-1-119-46482-2, lire en ligne), p. 1–11

Lien externe

{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Secret d'État (film, 1950)
Listen to this article