Shmuel T. Meyer - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Shmuel T. Meyer.

Shmuel T. Meyer

Cet article doit être recyclé (mai 2021). Une réorganisation et une clarification du contenu paraissent nécessaires. Améliorez-le, discutez des points à améliorer ou précisez les sections à recycler en utilisant ((section à recycler)).
La mise en forme de cet article est à améliorer (mai 2021). La mise en forme du texte ne suit pas les recommandations de Wikipédia : il faut le « wikifier ». Comment faire ? Les points d'amélioration suivants sont les cas les plus fréquents. Le détail des points à revoir est peut-être précisé sur la page de discussion. Les titres sont pré-formatés par le logiciel. Ils ne sont ni en capitales, ni en gras. Le texte ne doit pas être écrit en capitales (les noms de famille non plus), ni en gras, ni en italique, ni en « petit »… Le gras n'est utilisé que pour surligner le titre de l'article dans l'introduction, une seule fois. L'italique est rarement utilisé : mots en langue étrangère, titres d'œuvres, noms de bateaux, etc. Les citations ne sont pas en italique mais en corps de texte normal. Elles sont entourées par des guillemets français : « et ». Les listes à puces sont à éviter, des paragraphes rédigés étant largement préférés. Les tableaux sont à réserver à la présentation de données structurées (résultats, etc.). Les appels de note de bas de page (petits chiffres en exposant, introduits par l'outil «  Source ») sont à placer entre la fin de phrase et le point final[comme ça]. Les liens internes (vers d'autres articles de Wikipédia) sont à choisir avec parcimonie. Créez des liens vers des articles approfondissant le sujet. Les termes génériques sans rapport avec le sujet sont à éviter, ainsi que les répétitions de liens vers un même terme. Les liens externes sont à placer uniquement dans une section « Liens externes », à la fin de l'article. Ces liens sont à choisir avec parcimonie suivant les règles définies. Si un lien sert de source à l'article, son insertion dans le texte est à faire par les notes de bas de page. Insérer une infobox (cadre d'informations à droite) n'est pas obligatoire pour parachever la mise en page. Pour une aide détaillée, merci de consulter Aide:Wikification. Si vous pensez que ces points ont été résolus, vous pouvez retirer ce bandeau et améliorer la mise en forme d'un autre article.
Shmuel T. Meyer
Nom de naissance שמואל ט. מאיר
Naissance
Paris (France)
Activité principale
Distinctions
prix Goncourt de la nouvelle
Auteur
Genres
roman, nouvelle, poésie

Shmuel T. Meyer (שמואל ט. מאיר) est un écrivain israélien né à Paris en .

Biographie

Après une jeunesse nomade qui le mène de France en Suisse, puis en Grande-Bretagne et en Italie, il s’installe en Israël comme kibboutznik, journaliste, traducteur. Depuis 2008, il voyage entre Genève, Haïfa et Paris où il s’installe en 2013. Shmuel T. Meyer est le père d’Esther Meyer-Hurvitz, enseignante, lauréate 2019 du Prix Rothschild pour l’éducation[1] |פרס רוטשילד לחינוך| , d’Avital Michel-Meyer , actrice et productrice de théâtre (יולדות[2] - פריחה שם יפה[3]…) et de Tehila Shachar Meyer, avocate au barreau de Tel-Aviv.

Shmuel T. Meyer est lauréat du prix Goncourt de la nouvelle en 2021[4] pour sa trilogie Et la guerre est finie... parue aux éditions Metropolis.

Œuvres

  • Le Périmètre de l’étoile, nouvelles, Paris, Éditions Gallimard, coll. « Blanche », 2008, (ISBN 978-2-07-012285-1) - Sélection Prix Wizo[5].
  • Les villes n’ont pas de toit, nouvelles, Paris, Éditions Gallimard, coll. « Blanche », 2009, . (ISBN 978-2-07-012647-7) - Sélection Prix Scribe de la Nouvelle[6].
  • Impasse de la providence, nouvelles, suivi de Jours de fête, Paris, Éditions Gallimard, coll. « Blanche », 2011, 248 p. (ISBN 978-2-07-013343-7)- Sélection Prix des auditeurs de la Radio Télévision Suisse Romande[7]
  • Le bonheur a des nageoires (illustration de l’œuvre de la sculptrice et peintre Miriam Briss, poésie, Genève, Éditions Editart, édition limitée et numérotée. 2012.
  • Unzer Wort, poésie, Genève, Éditions Editart, édition limitée et numérotée. 2012.
  • Un nouvel an de pierres, roman, Paris, Éditions Gallimard, coll. « Blanche », 2013 (ISBN 978-2-07-014123-4)[8] - Sélection Prix Wizo.
  • Ah j’oubliais l'effarante beauté des lieux, nouvelles, Genève, Éditions Metropolis, 2013 (ISBN 978-2-88-340193-8)[9] - Sélection Prix Pittard de l'Andelyn. 
  • La Bouche ouverte, roman, Paris, Éditions Serge Safran, 2015 (ISBN 979-10-90175-39-6)[10] - Sélections pour le Prix Pittard de l'Andelyn et le Prix Palluau 2017.
  • Anima - trois poèmes pour trois estampes de Samy Briss. Préfacé par Frédéric Jacques Temple. Poésie, Genève, Éditions Editart, 2016, édition limitée et numérotée
  • Anastrophe - recueil de poésies (illustration de Miriam Briss, préface de Salah Stétié), Paris, Éditions Caractères, 2017 (ISBN 978-2-88-340193-8)
  • Les Grands Express Européens - nouvelles, Genève, Éditions Metropolis, (ISBN 978-2-88340-198-3)
  • Kibboutz - nouvelles, Genève Éditions Metropolis, - (ISBN 978-2-88340-199-0)
  • The Great American Disaster - nouvelles, Genève, Éditions Metropolis, (ISBN 978-2-88340-200-3)
  • Et la guerre est finie... - coffret trilogie comprenant : Les Grands Express Européens, Kibboutz, The Great American Disaster - nouvelles, Genève, Éditions Metropolis, - Prix Goncourt de la nouvelle 2021 (ISBN 978-2-88340-203-4)

Contributions

Revue Continuum (revue littéraire israélienne)

  • Le Désert en lui - no 7 - 2010 - (Nouvelle)
  • Un Poète - Pierre Créange - no 8 - 2011 - (Nouvelle)
  • Sweet Goulette - no 9 - 2012 - (Nouvelle)
  • Garance, Baptiste, Marcel, Jacques... et l'autre - no 11/12 - 2014 / 2015 - (Recension du livre de Yehuda Moraly - Révolution au Paradis)
  • Carnage (théâtre) et 51 rue Sholem Alekh'em (Nouvelle) entretien avec Esther Orner, no 13, 2016
  • Chroniques du Kibboutz (poésie), no 14, 2018

Revue Orte Verlag & Schweizer Literaturzeitschrift[11] (revue littéraire suisse) - 03/2015

  • Farida (Traduction Anne-Marie Kenessey)
  • Albert Cohen Ausgewählt, Le Paresseux littéraire, no 34, 2015
  • Les grands express européens

Brèves (Anthologie permanente de la nouvelle) - no 109 - 2016

  • New York Steam Company, Apulée, no 3, 2018
  • Première Ligne, A la Page (revue culturelle israélienne)
  • Paname Paname - no 1 - 2018
  • Troiz'oreilles - no 2 - 2019
  • Oncle Yona - no 3 - 2020

Illustrations

  • Illustration poétique des œuvres de Marie-Hélène Brandt - Aux cimaises de l’exil
  • Illustration poétique des œuvres d'Odile Cariteau - "Hortus conclusus"

Expositions

  • Avec Marie-Hélène Brandt, Galerie Tox'n'Co, Genève 2009
  • Avec Odile Cariteau, Librairie Galerie Signature Paris 2016

Notes et références

  1. (he) « Pris Rothschild pour l'éducation 2019 - ORT », sur www.ort.org.il, Institution éducative, (consulté le 9 mars 2019)
  2. « יולדות », sur www.ht1.co.il (consulté le 9 mars 2019)
  3. (he) מיכאל הנדלזלץ, « "פריחה שם יפה": מלים של עלבון, כאב ויופי », הארץ,‎ (lire en ligne, consulté le 9 mars 2019)
  4. Valérie Oddos, « Emilienne Malfatto prix Goncourt du premier roman pour Que sur toi se lamente le Tigre », AFP-France TV Info, 4 mai 2021.
  5. Émilie Grangeray in Le Monde des livres 27/11/2008
  6. « Éloge de la fuite » par Vanessa Aubert, in La Quinzaine Littéraire no 1004
  7. « Le plaisir et la faute » par Fabienne Jacob in Livres Hebdo - 13 mai 2011
  8. Muriel Steinmetz, « Shmuel T. Meyer dans la tête et le cœur d’Israël », sur L’Humanité, (consulté le 27 juin 2014)
  9. Coup de cœur de Julien Burri in L'Hebdo, juin 2013
  10. « Polyphonie Gourmande » par Anne Pitteloud in Le Courrier - 05 février 2016
  11. (de) « Orte & Verlag Schweizer Literaturzeitschrift »
{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Shmuel T. Meyer
Listen to this article