Simione Tamanisau - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Simione Tamanisau.

Simione Tamanisau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Simione Tamanisau
Situation actuelle
Équipe
Rewa FC
Biographie
Nom Simione Moci Tamanisau
Nationalité
 Fidjien
Naissance (38 ans)
Lieu Tailevu (Fidji)
Taille 1,87 m (6 2)
Poste Gardien de but
Parcours professionnel1
AnnéesClub 0M.0(B.)
2003
Olympian Team
2004-2011
Rewa FC
2010-2011
Hekari United
2012-2013
Lautoka FC
2014-
Rewa FC
Sélections en équipe nationale2
AnnéesÉquipe 0M.0(B.)
2003-
Fidji
31 0(0)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels (amicaux validés par la FIFA compris).
Dernière mise à jour : 17 mai 2016

Simione Tamanisau, né le à Tailevu aux Fidji, est un footballeur international fidjien évoluant comme gardien de but depuis 2003 avec la sélection fidjienne et avec le club fidjien de Rewa FC depuis 2014.

Biographie

Carrière en club

Avec le club du PRK Hekari United, Simione Tamanisau dispute un match lors de la Coupe du monde des clubs de la FIFA 2010, contre le club émirati d'Al-Wahda[1], et 3 matchs en Ligue des champions d'Océanie[2],[3].

Carrière internationale

Simione Tamanisau compte 31 sélections avec l'équipe des Fidji depuis 2003[4].

Il est convoqué pour la première fois en équipe des Fidji par le sélectionneur national Lee Sterrey en 2003.

Le match Nouvelle-Zélande contre les Fidji du , initialement prévu le , est reporté par la FIFA après que le gardien de but fidjien, Simione Tamanisau, se voit refuser un visa par les autorités de l'immigration néo-zélandaises. À la suite du coup d'État militaire de décembre 2006, la Nouvelle-Zélande a en effet pour politique de refuser un visa à tout Fidjien ayant des liens de parenté avec des membres des forces armées ; or, le beau-père de Tamanisau s'avère être un militaire[5]. Le match est d'abord reporté sur terrain neutre aux Samoa[6] et se joue finalement aux Fidji[7].

Simione Tamanisau dispute quatre Coupes d'Océanie en 2004, 2008, 2012 et 2016.

Notes et références


{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Simione Tamanisau
Listen to this article