ULTRA AP - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for ULTRA AP.

ULTRA AP

ULTRA AP

Un ULTRA AP : On distingue bien la forme « en œuf » et les multiples facettes vitrées de la cellule de l'équipage.
Caractéristiques de service
Service non (prototype)
Utilisateurs
États-Unis
Production
Concepteur
Georgia Tech Research Institute (GTRI) (en)
Année de conception 2005
Production 2 prototypes
Caractéristiques générales
Équipage 4 soldats
(1 conducteur + 3 passagers)
(ULTRA II : 6 soldats)
Longueur 4,445 m
empattement: 2,743 m
Largeur 1,663 m
Hauteur
Masse au combat 8 900 lbs (environ 4 000 kg)
Blindage (épaisseur/inclinaison)
Blindage en acier trempé soudé
+ blindages modulaires composites additionnels boulonnables
Armement
Armement principal aucun
Armement secondaire armement personnel des soldats
Mobilité
Moteur Ford « Power Stroke » V8 Diesel
6 000 cm3 (366 ci)
position longitudinale avant
Puissance 350 ch (257 kw)
Transmission intégrale (4x4)
Boîte de vitesses auto 5 rapports
(5R-110W)
Suspension ressorts hélicoïdaux et amortisseurs hydrauliques
(gérée par ordinateur)
Vitesse sur route
Puissance massique 87,5 ch/tonne
Autonomie

L'ULTRA AP (pour Armored Patrol) est un prototype de véhicule militaire dévoilé en septembre 2005 par le Georgia Tech Research Institute (GTRI), la section dédiée aux recherches du Georgia Institute of Technology, en contrat avec l'office des recherches navales[1],[2]. Il a été suivi en 2009 par l'ULTRA II, plus axé sur le développement et l'amélioration du compartiment de l'équipage[3].

L'ULTRA AP a été vu dans de nombreux magazines spécialisés, parmi lesquels Rolling Stone, Fortune Magazine, USA Today, et Car and Driver.

Actuellement, les militaires américains ainsi que le département de la défense des États-Unis travaillent activement à trouver un moyen de remplacer l'ancien HMMWV (ou Humvee), car il est trop souvent employé dans des missions pour lesquelles il n'a pas vraiment été conçu, telles que le fait d'encaisser des impacts de munitions de petit calibre, de lance-roquettes (RPG) et d'engins explosifs improvisés (EEI)[4].

L'ULTRA AP n'est qu'un véhicule prototype, il ne fait pas partie du « programme de remplacement du Humvee » (Joint Light Tactical Vehicle), pour lequel sa candidature n'a pas été retenue.

Ultra AP

Ultra AP.
Ultra AP.

Caractéristiques

Le véhicule est construit sur le châssis d'un pick-up Ford F-350, combinant les caractéristiques de sécurité et la manœuvrabilité d'un véhicule disponible dans le commerce civil, avec les avancées effectuées en matière de déflexion de souffle et de matériaux absorbant les impacts. Il a été construit spécifiquement dans le but de montrer aux militaires américains les améliorations effectuées dans tous les domaines par-rapport au Humvee[5].

L'ULTRA AP ne pèse que 4 tonnes (8 900 lbs), dispose d'une consommation et d'un rendement énergétique six fois meilleurs que ceux d'un Humvee et a été conçu et construit en seulement quelques mois[6]. L'appartenance du véhicule lui-même a été transférée de l'office des recherches navales vers le Georgia Tech Research Institute (GTRI) (en) en , afin que les recherches puissent continuer leur chemin.

Il dispose, pour l'équipage, d'une capsule à facettes en forme d'œuf surnommée « blast bucket » (que l'on pourrait traduire par « Seau à souffle »)[7]. Il est formé de manière à dévier le souffle d'une explosion et les impacts de balles, en même-temps qu'il agit comme un arceau de protection en cas de retournement du véhicule (comme l'arceau-cage des voitures de rallye). Les quatre occupants prennent place adossés les uns aux autres, dans un arrangement en forme de losange, ce qui leur permet de voir les menaces venir de toutes les directions, comme il a longtemps été suggéré par les troupes sur le terrain. Cela permet aussi d'écarter les occupants au maximum des logements des roues, qui sont en général les premières responsables des déclenchements de mines. L'ULTRA AP intègre également des technologies de voitures de course empruntées au monde du NASCAR, comme des harnais multipoints et des sièges absorbant les chocs en Skydex, un matériau amortissant utilisé pour les parois extérieures des stades de baseball[5],[8]. Il inclut également les dernières avancées technologiques en matière de blindages légers et de verre balistique.

Il utilise également une multitude d'ordinateurs embarqués pour contrôler la direction, les suspensions et les freins du véhicule, ce qui lui offre un très haut niveau de mobilité et de sécurité. Son châssis intégré lui donne également une avance considérable sur ses adversaires, tandis que la forme de sa capsule « en facettes » lui permet de mieux dévier les ondes de choc des explosions.

Développement

Pour le développement de l'ULTRA AP, les ingénieurs et les scientifiques du GTRI ont réuni une équipe de professionnels de l'industrie, parmi lesquels Scott Badenoch, qui est maintenant un professionnel chevronné du développement en course automobile[6], Tom Moore, ancien vice-président de Liberty Operations, le centre d'ingénierie avancée de Chrysler, Walt Wynbelt, ancien officier chargé des programmes avec la section TACOM Life Cycle Management de l'United States Army Materiel Command, et Dave McLellan, ancien ingénieur en chef de Corvette pour la General Motors[7].

Le concept d'ULTRA a vu le jour avec le programme TARDEC COMBATT de l'US Army, sponsorisé par le National Automotive Center. Ce programme avait pour but d'exploiter l'utilisation de plateformes de véhicules commerciaux comme base de départ pour construire des véhicules militaires plus robustes. Michael Dudzik (GTRI) et David McLellan étaient les principaux acteurs de la rapide transition des résultats du programme COMBATT vers la plateforme d'ULTRA. Partant de ces expérimentations, ULTRA a été en mesure de mettre au point des conceptions révolutionnaires en matière d'intégration de blindages et de systèmes embarqués, permettant une survivabilitée accrue.

Ultra II

Le Georgia Tech Research Institute (GTRI) a continué de travailler sur le projet, débouchant sur la fabrication d'un nouveau prototype, l'ULTRA II, lui aussi conçu et testé pour l'office des recherches navales. Le nouveau concept de protection de l'équipage s'appuie sur les recherches précédentes du GTRI sur des concepts de véhicules blindés légers[3],[9].

Un test de résistance au souffle, mené avec l'ULTRA II au centre de tests d'Aberdeen Center, prouva que le véhicule était parfaitement en mesure de protéger ses occupants contre les engins explosifs improvisés (aussi appelés « IED »)[3].

Caractéristiques

Le compartiment équipage est conçu pour embarquer six personnes : Un conducteur et un chef de bord assis côte-à-côte et quatre autres derrière, assis par paire et faisant face aux parois latérales du véhicule[3],[9]. Cette conception a pour but d'éloigner les occupants des parois extérieures pour réduire les risques de blessures en cas d'ondes de choc latérales, permet aux sièges anti-souffle d'être montés en grappes, et réduit le temps nécessaire à l'évacuation rapide du véhicule en cas de problème[3],[10].

Le compartiment équipage utilise une structure « space frame » tubulaire en acier, similaire à celle des véhicules tout-terrain, particulièrement ceux de compétition (off-road racing). Une carapace en acier trempé apporte une protection contre le souffle et les impacts à la structure et à l'équipage[11]. Des blindages composites additionnels peuvent être boulonnés sur le véhicule et sont facilement reconfigurables[11].

Un autre point-clé du projet est la protection apportée à l'équipage par un blindage « jetable », qui est fixé par des boulons sous le plancher du véhicule. Ce « Blast wedge (« angle à souffle »), construit en acier trempé soudé, absorbe et dévie l'énergie du souffle d'une mine, en agissant comme une zone tampon. Une fois qu'il a servi, il n'est plus utilisable et sacrifié au profit d'un autre neuf qui sera boulonné à sa place. On parle parfois aussi de « blindage fusible », étant-donné son caractère de système à usage unique[3].

Utilisateur

Notes et références

  1. (en) Mike Hanlon, « ULTRA AP (Armored Patrol) Military Combat Vehicle Concept », gizmag, (consulté le )
  2. (en) Bjorn Carey, « NASCAR engineers help design combat vehicle », MSNBC, (consulté le )
  3. a b c d e et f (en) "blast-wedge"- « Blast protection : Crew-focused design and sacrificial “blast wedge” could improve survivability in future Light Armored Patrol Vehicles », Georgia Tech Research Institute (consulté le )
  4. (en) « Better, stronger, faster : New military vehicle will improve safety and efficiency for Marine Corps », Georgia Institute of Technology, (consulté le ).
  5. a et b (en) « Improving survivability and mobility: Concept vehicle illustrating new options for Military Combat Vehicles unveiled », Georgia Institute of Technology, (consulté le ).
  6. a et b (en) Scott Badenoch Joins RMI, Rocky Mountain Institute, (lire en ligne [PDF]), p. 5.
  7. a et b (en) « Military vehicle illustrating new combat options », redOrbit, (consulté le )
  8. (en) Csaba Csere, « The Pentagon enlists the racing mind-set », Car and Driver, (consulté le ).
  9. a et b (en) Darren Quick, « Concept car provides roadside bomb protection », gizmag, (consulté le ).
  10. (en) « Compartment protects vehicle crew », The Engineer, (consulté le ).
  11. a et b (en) « Blast Protection : Crew-Focused Design and Sacrificial “Blast Wedge” Could Improve Survivability in Future Light Armored Patrol Vehicles », sur Georgia Institute of Technology (consulté le ).

Articles connexes

{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
ULTRA AP
Listen to this article