Utilisateur:ᖷᖴ/7 - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Utilisateur:ᖷᖴ/7.

Utilisateur:ᖷᖴ/7

Texte de l’article

Les Abantes (en grec ancien Ἄβαντες), ou Abantides, sont un peuple antique, occupant l’île d’Eubée, en Grèce.

La tradition héritée d’Homère

Dès Homère, dans l’Iliade, ils sont décrits comme étant les habitants de l’Eubée[1], une île qui est par ailleurs connue sous le nom d’Abantis[2],[3],[4]. Ils participent à la guerre de Troie, du côté des Achéens, et obéissent à Éléphénor.[5]. Homère précise qu’ils portent les cheveux longs sur la nuque[6].

Les auteurs anciens sont partagés quant à l’origine du peuple abante. Pour Aristote, ce sont des Thraces venus d’Abaé qui au moment de coloniser l’Eubée auraient appelés Abantes les habitants autochtones, opinion qu’ont tendance à suivre les historiens modernes[7],[8][Budé] Strabon, Géographie, X, 1, 3 : note complémentaire p. 117.</ref>.


Recherches

  • "abante"
  • "abantes"
  • Ἄβαντες
  • "abantides"
  • abantidae
  • abantis

Références

Sources

  • Littérature
    • Hom., Il. II, v. 536-545
      • Budé OK
      • Folio OK
      • Seuil - Brunet OK
    • Hom., Il. IV, v. 463-466]
    • Strab. 10, 1, 3
    • Paus. 5, 22, 3
    • Hdt, I, 146
  • Épigraphie
    • CIG XII 9, 946.


Recherches

  • Neue Pauly
    • --> Il. II, v. 536ff [536-545], Il. IV, v. 464 [463-466] : habitants de l’Eubée
    • --> Strab. 10, 1, 3 ; Paus. 5, 22, 3 : l’Eubée est également appelée Abantis.
    • --> CIG XII 9,946  : période historique : le nom Abantes ne survit que dans le nom d’une phyle de Chalcis, Abantis.
    • --> E. Meyer, « Abantes », Lexikon der Antike I, 61.
    • Auteur de l’article (H. Kal) ?
  • Iliade
    • II, v. 536-545
      • Trad. Brunet : « Ceux qui tenaient l’Eubée, les Abantes remplis de courage, / Érétrie, Chalcis, Histiée qui regorge de grappes, / Dion, la ville escarpée, et Cérinthe, la ville maritime, / ceux qui vivaient à Styres, puis ceux qui vivaient à Caryste : / Éléphénor les commandait, rejeton d’Ényale, / Chalcodontiade et chef des magnanimes Abantes. / Les Abantes fougueux le suivaient, cheveux longs sur la nuque, / bons lanciers, désireux de pointer les hampes de frêne, / et de briser le cuir qui brisait les poitrines adverses ! / Il commandait en tout quarante sombres navires. »
      • Trad. Mazon : « Puis viennent ceux d’Eubée, les Abantes, respirant la fureur : gens de Chalcis et d’Érétrie et d’Hestiée riche en grappes – de Cérinthe au bord des flots, de la haute cité de Dion ; – gens de Caryste aussi, et habitants de Styres. Ceux-là obéissent à Éléphénor, rejeton d’Arès, fils de Chalcodon capitaine des Abantes magnanimes. Il a sous ses ordres les Abantes impétueux, à cheveux longs sur la nuque, guerriers ardents à rompre sous le jet de leur javeline les cuirasses dont s’entourent les poitrines de leurs ennemis. Il a sous ses ordres quarante nefs noires. »
  • Édition Budé de l’Iliade
    • p. 50, note 2
      • Les Abantes n’occupaient primitivement que le centre de l’île (région de Chalcis et d’Érétrie), puis ont conquis l’île entière. [Source ?]
      • Tribu guerrière [Source ?]
      • Aristote les croit originaire de Thrace [Où ?]
      • Pour d’autres, ils sont originaires de l’Argolide, et sont les descendants de Lyncée et d’Hypermestre [Hypermnestre] [Source ?]
      • --> Hdt, I, 146 : On en trouve aussi dans les villes [cités ?] ioniennes d’Asie mineure.
    • p. 51, note 1 : Comme d’autres peuples barbares, les Abantes se rasent le devant du crâne en ne laissant qu'une touffe au sommet (coiffure de Thésée dans sa jeunesse = la θησηὶς κουπά (Plutarque)). [Source ?].
    • Note critique, vers 536-537 : « pro his uersibus Strabo 453 habet οἳ δ' Εὔβοιαν ἔχον καὶ Χαλκίδα τ' Εἰρέτριάν τε » : (= Variante chez Strabon 10, 2, 10 ) [sans importance]
  • Édition de la Pléiade de Hérodote
    • I, 146, note 3
      • « Les Abantes étaient d’origine Thrace. ».

Autres

  • Der Neue Pauly ██████████100 %
    • Hom. Il. II, 536 ff. ██████████100 %
    • Hom. Il. IV, 464 ██████████100 %
      • Fritz Geyer, Topographie und Geschichte Der Insel Euboi ██████████0 %
      • Ernst Kirsten, Aitolien und Akarnanien in den älternen griechischen Geschichte, Neue Jahrbücher fur Antike und deutsche Bildung ██████████0 %
    • Strab. X, 1, 3
    • Paus. V, 22, 3
    • CIG XII, 9, 946
    • E. Meyer, « Abantes », in Lexikon der Antike I, 61.
  • Pauly-Wissowa
  • Paus. VII, 24
  • Paus. VII, 49
  • Der Kleine Pauly
  • Plutarque, Vies parallèles, « Thésée », V, 1-2 + note trad. Ozanam
  • Hérodote, I, 146.

Études etc.

  • (de) Johannes Toepffer, « Abantes », dans Georg Wissowa (dir.), Paulys Real-Encyclopädie der Classischen Altertumswissenschaft, Stuttgart, J.B. Metzler, , p. 13-15.
  • ✔️ (de) Hansjörg Kalcyk, « Abantes », dans Hubert Cancik, Helmuth Schneider (dir.), Der Neue Pauly : Enzyklopädie der Antike, Stuttgart, Weimar, J.B. Metzler, , p. 5.
  • Denise Fourgous, Gloire et infamie des seigneurs de l'Eubée, Métis (repris par Vernant, L’individu, la mort, l’amour, Opus, t. II, p.1441 note 3).
  • Lexikon der Antike"", I, 61.
  • Dicionário Universal Ilustrado.
  • Chios: A Conference at the Homereion in Chios.
  • L’Encyclopédie, « Abantes ».
  • Encyclopédie méthodique: Géographie ancienne, Volume 1, Partie 1
  • Søawomir Sprawski, ARISTOTLE ON THE HISTORY OF EUBOEA? REMARKS ON THE AUTHOR OF PERI EUBOIAS (FGrH 423)
  • Jean-Luc Lamboley, « Légendes troyennes d'une rive à l'autre du canal d'Otrante » in Élizabeth Deniaux (éd), Le canal d'Otrante et la Méditerranée antique et médiévale : colloque organisé à l'Université de Paris X, Nanterre 20-21 novembre 2000.

http://books.google.fr/books?id=8eORbgLB6a4C&pg=PA79&lpg=PA79&dq=apollonius+de+rhodes+abantes&source=bl&ots=Gskf-ew_ux&sig=PHgerYajMqhQeS3PsXDbKRUwJ4s&hl=fr#v=onepage&q&f=false

Épigraphie

  • Stephani, p. 17 : « Unweit des französischen Consulats [von Chalkis] befindet sich in dem Garten eines Griechen Gusi eine grosse Marmorplatte, worauf sich eine mit sehr schönen Buchstaben geschriebene Inschrift befindet, No. 3., welche der Staat einem Zosimos wegen eines im Fackellauf errungenen Sieges hatte setzen lassen »
Fackellauf : course dont le but est d’arriver le premier à la ligne d’arrivée sans que sa torche ne s’éteigne
  • Ulrichs, p. 223 : « Marmorbasis eine Statue, im Kloster gefunden, liegt jetzt auf fem groſsen Platze; rechts ist ein Stück abgeschlagen. [...] »

CIG 9, 946

946 Chalcide. Basis marmorea. Edd. Ulrichs Reis. u. Forsch. II 223, quem secutus sum; Stephani Reise 17, 3 (Le Bas II 1587).

Ἡ βουλὴ καὶ ὁ δῆμος
Ζώσιμον Εὐτύχου τὸν
λαμπάδα[ρχ]ον τῆς Ἀ-
βαντίδος φυλ[ῆς τὸν λαβόν]-
τα τὸ πρωτεῖον τῆς [κατὰ]
φῦλον λαμπάδος [τῶν με]-
γάλων πενταετηρικ[ῶν Καισα]-
ρήων Σεβαστήων [ἐπὶ γυμνασι]-
[άρ]ξου̣ βʹ Τι(β). Κλα[υδίου].

Supplementa pleraque sunt Ulr. Vs. 3 λαμπαδία[ν τ]ὸν Ulr. λαμπάδα τῆς Steph. || 9 χ[Ω]ΒΤΙΡΚΑ Steph., ΒΤΙΡΚΛΛ?] Ulr., suppl. Wil.

Pauly-Wissowa

(de) Johannes Toepffer, « Abantes », dans Georg Wissowa (dir.), Paulys Real-Encyclopädie der Classischen Altertumswissenschaft, Stuttgart, J.B. Metzler, , p. 13-15.

  • Peuple ayant conquis toute l’Eubée
  • Avant d’être nommé Eubée, l’île s'appelait Abantis. Selon le mythe, c’est quand Zeus y séduit Io et la transforme en vache que l’île change de nom, désormais Eubée, l’« Île aux belles vaches » (εὖ, île + βοῦς, vache)[9].
  • Ils occupaient plus particulièrement les environs de Chalcis et d’Éretrie [Leur domination s'étend ensuite à toute l'île (Iliade Budé p. 50)].
  • Rasent l’avant du crâne, laissent les cheveux longs à l’arrière, comme les Curètes[10] et Thésée[11] [Aussi : Commentaire littéral sur tous les livres de l'ancien et du nouveau testament: Les Nombres et le Deuteronome par Augustin Calmet, Chap. XIV (NEC FACIETIS CALVITIUM...) |||| Nom de la coupe : Θησηὶς κουρά (Iliade Budé p. 51)].
  • Origines :
    • Aristote (Strab, X, 1, 3) : Des Thraces venus d’Abaé auraient colonisé l’île et auraient appelés ses habitantes les Abantes. [Commentaire de Denys le Périégète par Eustathe]
    • Du nom du héros Ἂβασ, (Abas fils de Lyncée [venant donc de l'Argolide (Iliade Budée p. 50)], Abas fils de Mélampous, Abas fils d'Alcon ou Abas fils de Poséidon)

Aegimius (poem)

Notes et références

  1. Homère, Iliade [détail des éditions] [lire en ligne], II, 536 : « Puis viennent ceux de l’Eubée, les Abantes, respirant la fureur. »
  2. Strabon, Géographie [détail des éditions] [lire en ligne], X, 1, 3 : « L’île n’a pas été appelée seulement Macris, mais aussi Abantis ».
  3. Pausanias, Description de la Grèce [détail des éditions] [lire en ligne], V, 22, 3.
  4. (de) vérifier vérifier, « Abantes », dans Hubert Cancik, Helmuth Schneider (dir.), Der Neue Pauly : Enzyklopädie der Antike, Stuttgart, Weimar, J.B. Metzler, , p. 5.
  5. Homère, Iliade [détail des éditions] [lire en ligne], II, 536.
  6. Homère, Iliade [détail des éditions] [lire en ligne], II, 542-544.
  7. Notamment Fritz Geyer et Ernst Kirsten.
  8. Strabon, Géographie, t. VII, Paris, Les Belles Lettres, , 268 p. (ISBN 978-2-251-00317-7)
  9. (en) Hugh Gerard Evelyn-White, Hesiod : The Homeric Hymns and Homerica, Londres, Heinemann, , 639 p. (lire en ligne), « Aegimius », p. 273 par Etienne de Byzance, Ἀβαντίς
  10. Strab., X, 3, 6.
  11. Plut., Thés., 5. et Polyen, I, 4.
{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Utilisateur:ᖷᖴ/7
Listen to this article