Vicky Peretz - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Vicky Peretz.

Vicky Peretz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Vicky Peretz
ויקי פרץ
Biographie
Nom Vicky Isaac Peretz
Nationalité
Israélien
Naissance (68 ans)
Lieu Kfar Saba (Israël)
Taille 1,76 m[1]
Période pro. 1971-1987
Poste Attaquant
Parcours junior
Années Club
1962-1971
Maccabi Ramat Amidar
Parcours professionnel1
AnnéesClub 0M.0(B.)
1971-1973
Maccabi Ramat Amidar
80 (52)
1973-1980
Maccabi Tel Aviv
160 (58)
1980-1982
RC Strasbourg
71 (27)[2]
1982-1983
Stade rennais FC
36 (19)[3]
1983-1985
Maccabi Tel Aviv
37 (9)
1985-1986
Shimshon Tel-Aviv
27 (7)
1986
Beitar Netanya
5 (0)
1986-1987
Hapoël Lod
21 (7)
Sélections en équipe nationale2
AnnéesÉquipe 0M.0(B.)
1973-1983
Israël
24 (9)[4]
Équipes entraînées
AnnéesÉquipe Stats
1997-1999
Hapoël Tel-Aviv (adj.)
2006-2007
Maccabi Tel Aviv (adj.)
2009-
Hakoah Ramat Gan
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels (amicaux validés par la FIFA compris).

Vicky Isaac Peretz (en hébreu : יצחק פרץ), né le à Kfar Saba[5], est un joueur et un entraîneur de football israélien qui évoluait sur les terrains au poste d'attaquant.

Son fils Omer est également footballeur professionnel[6].

Carrière

En tant que joueur

Après avoir débuté au Maccabi Ramat Amidar, Peretz est recruté en 1973 par le Maccabi Tel Aviv. La même année, il fait ses débuts en équipe nationale pour un match face aux États-Unis[4]. Avec le Maccabi, Peretz inscrit près de 60 buts en l'espace de sept ans et réalise le doublé coupe-championnat en 1977, obtenant par la même occasion le titre de meilleur buteur du championnat.

L'année précédente, Vicky Peretz avait mené l'équipe d'Israël en quarts de finale du Tournoi olympique disputé en 1976 à Montréal, marquant deux buts au passage.

Après un deuxième titre de champion d'Israël en 1979, Peretz s'exile en France et rejoint le RC Strasbourg en 1980 en football. Au sein du club alsacien, sacré champion de France un an plus tôt, Peretz impose son sens du but avec 27 buts marqués en deux saisons[2]. Malgré cela, il est transféré en 1982 au Stade rennais FC, qui évolue alors en Division 2. Peretz fait partie d'un accord conclu entre le club strasbourgeois et son homologue breton, ce dernier renonçant à recruter Porfirio Betancourt en échange du transfert de Peretz[7].

À Rennes, Peretz ne reste qu'une saison, mais marque dix-neuf buts et contribue grandement au titre de Champion de France de Division 2, synonyme de remontée en D1 pour le club breton. En 1983, Peretz retourne en Israël et retrouve le Maccabi Tel-Aviv, où il reste deux saisons supplémentaires. Il met un terme à sa carrière professionnelle quelques années plus tard.

En tant qu'entraîneur

Après diverses expériences en tant qu'entraîneur-adjoint, à l'Hapoël Tel-Aviv et au Maccabi Tel-Aviv notamment, Vicky Peretz devient en 2009 l'entraîneur principal de l'Hakoah Amidar Ramat Gan, qui évolue en deuxième division israélienne. Il a également été sélectionneur de l'équipe d'Israël des moins de 16 ans[6].

Palmarès

En club

En Équipe d'Israël

Distinction individuelle

Notes et références

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Vicky Peretz » (voir la liste des auteurs).
  1. (en) « Fiche de Vicky Peretz », sur national-football-teams.com
  2. a et b Fiche de Vicky Peretz sur Racingstub.com
  3. Claude Loire, Le Stade rennais, fleuron du football breton 1901-1991, Éditions Apogée, 1994, p. 469
  4. a et b Jean-Michel Cazal & Yaniv Bleicher « Viki Peretz International Games and Goals » sur RSSSF.com. Selon la Fédération israélienne de football, Peretz aurait marqué 14 buts en 40 sélections. Ces chiffres prennent en compte des rencontres non reconnues par la FIFA, en particulier des matchs comptant pour les Jeux olympiques d'été de 1976 et de 1980
  5. « Fiche de Vicky Peretz », sur footballdatabase.eu
  6. a et b Marc Baltzer, « Omer Peretz : sur les pas de son père », UEJF.com
  7. Claude Loire, op. cit., p. 402
{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Vicky Peretz
Listen to this article