Victor Léon - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Victor Léon.

Victor Léon

Cet article ne s'appuie pas, ou pas assez, sur des sources secondaires ou tertiaires (septembre 2018). Pour améliorer la vérifiabilité de l'article ainsi que son intérêt encyclopédique, merci de citer les sources primaires à travers l'analyse qu'en ont faite des sources secondaires indiquées par des notes de bas de page (modifier l'article).
Victor Léon
Victor Léon en 1894
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nom de naissance
Victor HirschfeldVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonymes
Victor Léon, Victore LéonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Vue de la sépulture.

Victor Léon, également connu sous le nom Viktor Léon, de son vrai nom Victor Hirschfeld (hongrois: Hirschfeld Viktor), né le à Szenitz (aujourd'hui Senica), près de Presbourg (aujourd'hui Bratislava), et décédé à Vienne le , est un librettiste austro-hongrois d'origine juive. Il est connu pour sa collaboration avec Leo Stein pour écrire le livret de l'opérette de Franz Lehár La Veuve joyeuse (Die lustige Witwe).

Biographie

Viktor Hirschfeld, fils du rabbin, étudie la philosophie à l'Université d'Augsbourg et de Vienne et au Conservatoire de Vienne. Après cela, il travaille comme journaliste. De 1877 à 1884, il écrit pour le magazine La ménagère: Draps pour la maison et l'élevage ( Die Hausfrau: Blätter für Haus und Wirthschaft) puis il commence à être connu dans les cercles théâtraux sous le pseudonyme de Victor Léon, qu'il conservera jusqu'à sa mort. Il est l'ami d'Hermann Bahr et à des contacts réguliers avec le cercle littéraire du Café Griensteidl.

En 1878, il fait ses débuts avec au Wiener Sulkowsky-Theater avec Falsche Fährte , mais il n'obtient aucun succès. En 1881, il écrit pour le Theater in der Josefstadt, en 1882 pour le Carltheater et en 1883 pour le Theater an der Wien. Il écrit de nombreuses pièces de théâtre, représentations folkloriques et des essais.

Entre 1880 et 1884, il écrit des livrets en un acte pour Ronacher theater de Vienne, le Carl-Schultze-Theater de Hambourg, et le Théâtre allemand de Pest, en collaborant avec des compositeurs tels que Max von Weinzierl, Rudolf Raimann, Johann Strauss II et Alfred Zamara. Avec celui-ci, ils créent l’opéra en trois actes, Der Doppelgänger, au Staatstheater am Gärtnerplatz de Munich en .

Il écrit un livret pour Johann Strauss. Hélas, Simplicius, une histoire se déroulant pendant la guerre de Trente Ans, créée au Theater an der Wien le , n'obtient qu'un succès mitigé, même après deux remaniements. Suivent une série de nouvelles créations avec des compositeurs tels que Zamara, Josef Hellmesberger II, Alphons Czibulka, Rudolf Dellinger, et même Franz von Suppé (pour sa dernière œuvre, Das Modell). Il réalise des adaptations allemandes d'œuvres étrangères comme The Yeomen of the Guard de Gilbert et Sullivan et Erminie d'Edward Jakobowski.

En 1898, Léon obtient un succès durable, grâce à sa collaboration avec Heinrich von Waldberg et Richard Heuberger sur l'opéra Der Opernball (Le Bal de l'Opéra), créé au Theater an der Wien en janvier de cette année. 1899 voit un autre succès durable avec Wiener Blut (Sang viennois), une compilation d’œuvres antérieures de Johann Strauss par Adolf Müller junior. C'est la première collaboration fructueuse entre Léon et Leo Stein. Léon obtient un autre succès avec Die geschiedene Frau de Leo Fall créé au Carltheater de Vienne le .

Plus tard, Victor Léon collabore avec son jeune frère Leo, connu sous le nom de Leo Feld. Léon met en scène plusieurs de ses opérettes. En 1910, sa fille Lizzi épouse le directeur du Theater an der Wien, Hubert Marischka. C'est Lizzi qui lui suggère l'intrigue de Die gelbe Jacke, qui deviendra plus tard Das Land des Lächelns. Lizzi n'a jamais vu l'aboutissement de son idée car elle meurt à l'âge de trente ans après avoir donné naissance à un fils en 1918. Léon dédie le livret de Die gelbe Jacke à sa mémoire. Léon lui-même survit longtemps non seulement sa fille, mais aussi à son jeune frère et son collaborateur littéraire le plus célèbre, Stein. Son dernier travail est le remaniement de Das Fürstenkind de Lehár qu'on connaîtra sous le nom de Der Fürst der Berge en 1932.

Victor Léon est resté actif dans le courant du XXe siècle, écrivant entre autres pour Franz Lehár le livret de Das Land des Lächelns (1930).

Les biens de Léon sont confisqués après l'annexion de l'Autriche par l'Allemagne nazie en 1938. Il meurt de faim dans la clandestinité en 1940 à l'âge de 82 ans.

Œuvres principales

Pièces populaires

  • Gebildete Menschen, 1895
  • Fräulein Lehrerin, avec Leo Feld, 1905

Comédies

  • Falsche Fährte, 1878, publié sous le titre Postillon d’amour
  • Der große Name, Leo Feld et Robert Stolz, 1909

Livrets d'opéras et d'opérettes

  • Der Doppelgänger, 1886 (Musique : Alfred Zamara)
  • Simplicius, 1887 (Musique : Johann Strauss II)
  • Das Modell, 1895 (Musique : Franz von Suppé
  • Der Strike der Schmiede, 1897 (Musique : Max Josef Beer)
  • Der Opernball, 1898 (Musique : Richard Heuberger)
  • Wiener Blut, 1899 (Musique : Johann Strauss II))
  • Der polnische Jude, 1901 (Musique : Karel Weis)
  • Der Rastelbinder, 1902 (Musique : Franz Lehár)
  • Die Schönen von Fogaras, 1903 (Musique : Alfred Grünfeld)
  • Barfüßele, 1904, (Musique : Richard Heuberger)
  • Der Göttergatte, 1904 (Musique : Franz Lehár)
  • Die lustige Witwe, 1905 (Musique : Franz Lehár)
  • Vergeltsgott, 1905, (Musique : Leo Ascher)
  • Der fidele Bauer, 1907 (Musique Leo Fall)
  • Die geschiedene Frau, 1908, (Musique : Leo Fall)
  • Das Fürstenkind, 1909, (Musique : Franz Lehár)
  • Der Nachtschnellzug, 1913, (Musique : Leo Fall)
  • Gold gab ich für Eisen, 1914 (Musique : Emmerich Kálmán)
  • Wiener Volkssänger, 1919 (Musique : Robert Mahler)
  • Die gelbe Jacke, 1923 (Musique : Franz Lehár)
  • La Barberina, 1928, (Musique : Leo Ascher)
  • Der Fürst der Berge, 1932, (Musique : Franz Lehár)

Références

{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Victor Léon
Listen to this article