For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Vicus.

Vicus

Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (septembre 2012). Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » En pratique : Quelles sources sont attendues ? Comment ajouter mes sources ?
Cet article adopte un point de vue régional ou culturel particulier et nécessite une internationalisation (septembre 2012). Merci de l'améliorer ou d'en discuter sur sa page de discussion ! Vous pouvez préciser les sections à internationaliser en utilisant ((section à internationaliser)).

Vicus est le nom latin donné à une petite agglomération. On retrouve sa trace en français dans les toponymes composés de Vic. Le pluriel est vici.

Définitions

Le terme désigne une notion collective pour tous les types d'implantation qui n'avaient pas le statut de ville : municipium, colonia et civitas ou encore de domaine rural : villa rustica. Le terme de vicus désignait pour les Romains tant un « quartier urbain » et une « rangée de maisons » qu'une implantation plus importante que ses fonctions nous feraient qualifier aujourd'hui de bourg ou « petite ville de province[1] ».

À Rome

À Rome, le terme est utilisé pour désigner certaines rues et le quartier qui les entourait : Vicus Tuscus, Vicus Jugarius, etc. Des rues portaient le nom des métiers qui s'y concentraient : Vicus Frumentarius[2] (rue des Marchands de grain), Vicus Materiarius[3] (rue des Marchands de bois), etc.

Bourgade rurale

Thermes du vicus bonnensis près de Bonn (Rhénanie-du-Nord-Westphalie).
Thermes du vicus bonnensis près de Bonn (Rhénanie-du-Nord-Westphalie).

Le vicus, bourgade rurale, a un rôle particulier dans le système provincial. Ce type d'habitat groupé peut être en rapport avec :

  • un grand domaine,
  • un carrefour routier,
  • une activité artisanale,
  • un sanctuaire.

Dans la structure interne du vicus on retrouve des éléments de la ville : forum, théâtre, thermes, temples, par exemple dans le vicus de Ribemont-sur-Ancre (Somme). On y introduisit cependant des formes plus adaptées aux pouvoirs locaux. Le plus original est la présence fréquente de sanctuaire de tradition celtique qui ont pu garder leur plan primitif, comme le temple de Sanxay (Vienne), en forme de croix au centre de laquelle s'élevait une tour octogonale.

L'abondance de ces sites en Gaule est à la fois un indice de la densité de l'occupation des campagnes et de l'effort d'assimilation des populations rurales ; sur ce point, les facteurs religieux jouent aussi un rôle essentiel[4].

Origine

Si à l'origine un Vicus désignait un quartier de Rome doté de sa propre administration, le terme désigne en Gaule, à l'époque gallo-romaine une entité politique et judiciaire qui a ses propres institutions et ses propres magistrats[5]. Un vicus avait souvent pour origine un village gaulois d'avant la conquête. Certains deviendront des civitas ou capitale des peuples alliés des Romains.

Du militaire au civil

La conquête de la Gaule demandait des déplacements rapides, ce qui implique donc qu'un réseau de communication existait préalablement à l'arrivée des Romains, et que de nombreuses routes fussent assez bonnes pour permettre le déplacement de matériel de guerre. Ce qui est couramment appelé voies romaines sont des chaussées stratégiques antiques dont beaucoup ont été améliorées par les militaires romains. Le long de ces chaussées on rencontrait à des distances régulières des entrepôts, des relais routiers et des camps dont certains vont prendre la place des centres régionaux déjà existants lorsque l'appareil militaire aura cédé progressivement la place à une administration civile au cours du Ier siècle apr. J.-C.

Certaines implantations militaires, telles que celles d'Atuatuca Tungrorum, maintenant Tongres (Belgique), ou le camp romain d'arrière-garde et de civitas Bagacum Nerviorum aujourd'hui Bavay (département du Nord), sont devenues des chefs-lieux, alors que d'autres sites comme Asse, Liberchies et Velzeke, se sont développés en agglomérations relativement grandes (vici).

En Germanie inférieure

Topographie de Novaesium aujourd'hui Neuss au bord des Limes du Rhin : le vicus est proche du Castrum et se développe le long de la chaussée romaine
Topographie de Novaesium aujourd'hui Neuss au bord des Limes du Rhin : le vicus est proche du Castrum et se développe le long de la chaussée romaine

Le vicus est, en Germanie inférieure, caractérisé par les fonctions qu'il occupe:

  • relais de poste sur une voie romaine ou situation à une intersection,
  • regroupement d'artisans et de commerçants pour un secteur rural, lieu de marché,
  • lieu de culte par ses temples - fanum - et de divertissement avec ses thermes romains et amphithéâtre.

Ier siècle : du relais au marché de province

Certaines agglomérations, au départ simples relais le long de la Chaussée romaine de Bavay à Cologne, vont devenir de petits centres commerciaux, habités par des mercatores, des affranchis et des ingénus qui achetaient le butin des soldats et qui vendaient des vivres et des articles forains. C'était aussi le lieu privilégié où s'installaient les potiers si la glaise le permettait. On y trouvait souvent un praetorium, - un hôtel - ou une mansio - une auberge - ayant une écurie avec des chevaux de relais, des chars et une forge où pouvaient se faire toutes sortes de réparations. Jusque dans le dernier quart du Ier siècle, la plupart des bâtiments des vici ont un squelette en bois. Plus tard, cette technique de construction autochtone cédera la place à la construction en pierre. L'on utilisait comme matériaux de construction le gravier, le grès glauconite, la molasse du lédien, le grès ferrugineux du diestien et la pierre calcaire suivant les régions. Le plan des habitations des IIe et IIIe siècles présente souvent un espace rectangulaire sorte de halle, auquel sont ajoutées parfois une ou deux pièces angulaires et une entrée. À proximité immédiate des habitations se trouvaient de petits bâtiments d'exploitation, des silos et des fosses à provisions, ainsi que des puits d'eau en bois ou en pierre.

IIe siècle: Des thermes et amphithéâtre pour l'arrière garde

Certains vici vont se doter, dès le IIe siècle, tel Coriovallum et Aquis Grana de Thermes ou comme Juliacum, - aujourd'hui Juliers - d'un centre potier important.

IIIe siècle: fortifications contre les invasions

Au IIIe siècle, sous la pression des invasions germaniques, ces vici petites villes vont se fortifier, comme Icorigium - aujourd'hui Jünkerath - ou encore Beda actuellement Bitburg le long de la Chaussée romaine de Trèves à Cologne, et seront alors appelés Castellum.

Un vicus devenant très peuplé, souvent capitale d'un peuple comme Oppidum Ubiorum, capitale des Ubiens, obtenait le statut de civitas ; ce dernier deviendra Colonia Claudia Ara Agrippinensium, aujourd'hui Cologne.

La proportion d'habitants à demeure n'y était pas forcément importante, une bonne partie du peuplement rural étant plutôt regroupé dans d'importantes villas agricoles parsemant la campagne.

Notes et références

  1. Mark Rogge, Musée Provincial d'Archéologie du Sud de la Flandre
  2. Cette rue se trouvait au pied de l'Aventin, près des entrepôts qui bordaient le Tibre, dans la Regio XIII. Samuel Ball Platner, Thomas Ashby, A Topographical Dictionary of Ancient Rome, s. v. (en ligne).
  3. Regio XIII. Samuel Ball Platner, Thomas Ashby, A Topographical Dictionary of Ancient Rome, s. v. (en ligne).
  4. Histoire de France, Jean Carpentier et François Lebrun
  5. lexique de Festus

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie

  • Florian Baret, Origines de la ville dans le Massif Central. Les agglomérations antiques, Tours, Presses Universitaires François-Rabelais, coll. « Villes et Territoires », (ISBN 978-2-86906-804-9)
  • Michel Tarpin, Vici et pagi dans l'Occident romain (« Collection de l'École française de Rome », 299), Paris, De Boccard, 2002, 487 p.

Articles connexes

{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Vicus
Listen to this article

This browser is not supported by Wikiwand :(
Wikiwand requires a browser with modern capabilities in order to provide you with the best reading experience.
Please download and use one of the following browsers:

This article was just edited, click to reload
This article has been deleted on Wikipedia (Why?)

Back to homepage

Please click Add in the dialog above
Please click Allow in the top-left corner,
then click Install Now in the dialog
Please click Open in the download dialog,
then click Install
Please click the "Downloads" icon in the Safari toolbar, open the first download in the list,
then click Install
{{::$root.activation.text}}

Install Wikiwand

Install on Chrome Install on Firefox
Don't forget to rate us

Tell your friends about Wikiwand!

Gmail Facebook Twitter Link

Enjoying Wikiwand?

Tell your friends and spread the love:
Share on Gmail Share on Facebook Share on Twitter Share on Buffer

Our magic isn't perfect

You can help our automatic cover photo selection by reporting an unsuitable photo.

This photo is visually disturbing This photo is not a good choice

Thank you for helping!


Your input will affect cover photo selection, along with input from other users.