Walraven van Hall - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Walraven van Hall.

Walraven van Hall

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Walraven van Hall
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 39 ans)
HaarlemVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Dutch Honorary Cemetery Bloemendaal (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonymes
Van Tuyl
Le banquier de la résistanceVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Banquier, résistantVoir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Autres informations
Site web
Distinctions

Walraven (Wally) van Hall, également connu sous le pseudonyme de Van Tuyl, né le à Amsterdam et exécuté le à Haarlem, est un banquier néerlandais et le chef de la résistance durant l'occupation des Pays-Bas pendant la Seconde Guerre mondiale[1]. Il a fondé la banque de la Résistance, qui a été utilisée pour distribuer des fonds aux victimes de l'occupation nazie et financer la résistance néerlandaise[2].

Biographie

Né à Amsterdam dans une famille néerlandaise influente, il est le sixième enfant du banquier Adriaan Floris van Hall et de Petronella Johanna Boissevain. Il est le frère cadet de Gijs van Hall. Pendant le début de son enfance, il suit un enseignement privé puis il fréquente l'école primaire de Keizersgracht. Plus tard, Walraven fréquente le lycée d'Amsterdam puis le lycée Kennemer. À partir de 1922 il étudie au collège nautique Willem Barentsz à West-Terschelling.

En 1925 il obtient son diplôme comme apprenti barreur et est employé par la compagnie maritime, Koninklijke Hollandsche Lloyd. Mais après avoir travaillé pendant quelques années comme troisième compagnon, il a été rejeté à cause de sa vue. Incapable de travailler dans la marine marchande, il s'installe à New York en 1929. Son frère, Gijs van Hall, qui travaillait déjà dans une banque, l'aide à trouver un emploi dans une entreprise de Wall Street. Ayant ainsi été initié à la banque, van Hall retourna aux Pays-Bas.

De retour aux Pays-Bas, il épousa Tilly den Tex. Ils ont trois enfants. Il devint banquier et agent de change aux Pays-Bas. Lorsque la guerre éclate, la jeune famille vivait à Zaandam. Presque tous les jours, Wally allait à la bourse d'Amsterdam. Là, il a pris des contacts pour son travail de banquier de la Résistance[3].

Seconde Guerre mondiale

Résistance

Pendant la Seconde Guerre mondiale, van Hall a rejoint le fonds de soutien aux familles de marins qui étaient bloqués à l'étranger lorsque la guerre a éclaté. Le fonds, le Zeemanspot, a été mis sur pied par Abraham Filippo, capitaine de la Holland-America Line.

En raison de son expérience bancaire, van Hall et son frère Gijs ont pu obtenir un financement grâce à des garanties du gouvernement néerlandais à Londres . Peu de temps après, les Allemands ont commencé à prendre des mesures anti-juives et de travail forcé, et la résistance contre ces mesures s'est accrue, notamment la grève de février 1941. Van Hall a élargi ses activités de collecte de fonds pour toutes sortes de groupes de résistance et il est devenu connu comme le banquier de la résistance.

Au début de 1942, van Hall fait partie du conseil d'administration de Zeemanspot. Dans la résistance, il travaille en étroite collaboration avec son collègue Iman Jacob van den Bosch et son propre frère Gijs van Hall[4].

Fonds national d'aide

En Van den Bosch, Van Hall et d'autres fondent le National Aid Fund (NSF), dont eux et d'autres étaient responsables. La NSF était engagée, entre autres, dans le soutien financier aux personnes dans la clandestinité, aux organisations de résistance et à des journaux clandestins tels que Het Parool, Trouw et Vrij Nederland. Cette organisation de résistance compte 2 000 employés, et travaille en étroite collaboration avec le gouvernement de Londres qui était le garant de l'argent payé et était surnommée la « Banque de la Résistance ».

Pas moins de 84 employés de la NSF ont été assassinés par les nazis pendant la guerre. Au total, la NSF a réussi à collecter plus de 106 millions de florins et à aider quelque 150 000 personnes pendant la guerre[4].

Fraude bancaire

L'un des moyens par lesquels van Hall a levé des fonds pour la résistance a été le «vol» de De Nederlandsche Bank (Banque nationale néerlandaise). Avec l'approbation du gouvernement néerlandais en exil, les van Halls ont réussi à obtenir jusqu'à 50 millions de florins néerlandais soit à un demi-milliard d'euros. Avec son frère, van Hall a falsifié les obligations bancaires et les a échangées à la banque contre les obligations réelles. Avec ces dernière, du papier-monnaie a été collecté.

Ce fut « la plus grande fraude bancaire de l'histoire des Pays-Bas »[5].

Cela a été fait en collaboration avec Frans den Hollander, qui a dirigé le fonds de licenciement juridique concerné[6],[7],[8].

À l'époque, la direction de cette banque était dirigée par le national-socialiste, Meinoud Rost van Tonningen.

Comité de travail national

Au nom du gouvernement néerlandais, Van Hall a essayé de faire coordonner l'ensemble des groupes de résistance néerlandais fortement compartimentés. En partie à cause de ses bonnes capacités de négociation, il y a partiellement réussi. Par exemple, Van Hall a pu organiser des consultations périodiques entre les dirigeants des plus importantes organisations de résistance hollandaises. Cette consultation sera plus tard appelée le Comité national de travail .

En , Van Hall participe également à la fondation de la Fondation 1940-1945 qui soutient les victimes de la Seconde Guerre mondiale. Il a également joué un rôle déterminant dans la création du groupe des forces armées nationales. Entre autres, il s'est assuré que les groupes de résistance impliqués étaient prêts à transférer une partie de leur pouvoir à cette organisation.

Arrestation et exécution

En raison de la trahison de Johan van Lom et de Teus van Vliet, membre de l' Organisation nationale pour l'aide aux personnes cachées, Walraven van Hall est arrêté le . Van Vliet dit aux Allemands qu'une réunion du Comité national de travail aurait lieu le lendemain. Le , tous les participants à cette réunion, y compris Van Hall, ont été arrêtés par les nazis et emprisonnés à la maison de détention d'Amsterdam. Au début, les Allemands ne savaient pas exactement qui ils tenaient. Ils ne connaissaient le grand financier de la résistance hollandaise que sous son nom de couverture Van Tuyl. Plus tard, ils ont découvert que Van Hall et Van Tuyl étaient la même personne. Après cela, il a été placé sur une liste de Todeskandidaten .

Le , soit trois mois avant la Libération, Van Hall, ainsi que sept autres résistants, dont Hendrik Roelof de Jong, sont exécutés en représailles. Son corps est inhumé après la guerre dans la section 35 du cimetière d'honneur de Bloemendaal .

Il a laissé derrière lui sa femme et ses trois enfants.

Pseudonymes

Wally van Hall a utilisé divers pseudonymes, dont Van Tuyl, Barends, Oncle Piet et Olieman .

Hommage

Récompenses

Van Hall a reçu à titre posthume la Croix de la Résistance par décret royal du et reçu également la Médaille de la liberté avec palme d'or à La Haye le , par les États-Unis.

En 1978, Israël le reconnu comme Juste parmi les nations, pour avoir offert un soutien financier à au moins 8 000 Juifs qui vivaient dans la clandestinité pendant la Seconde Guerre mondiale[9].

Les monuments

En 1949, une plaque a été dévoilée devant le Walraven van Hall, sur la Beursplein à Amsterdam[10]. En 1950, le Monument de la Résistance Haarlem a été dévoilé avec la mention des exécutés.

En l'honneur de ses actions dans la résistance, un monument a été érigé à l'automne 2010 près de la Nederlandsche Bank au Frederiksplein à Amsterdam[11].

Monument en son hommage
Monument en son hommage

Film

Un film dramatisé sur le passé de résistance de Walraven van Hall et de son frère Gijs van Hall a été réalisé en 2018 sous le titre Le Banquier de la Résistance. Le rôle de Walraven van Hall est joué par Barry Atsma. Selon un article de Vrij Nederland, le film présente de graves lacunes historiques[12].

Littérature

  • Erik Schaap, Walraven van Hall, Premier ministre de la résistance, North Holland Publishers, Wormer, 2006/2014/2018, (ISBN 9789402171150)
  • Prof. Monsieur. P. Sanders , The National Aid Fund, contribution à l'histoire du financement de la résistance 1941-1945, éd. Nijhoff, La Haye, 1960

Références

  1. 10 grote Nederlandse verzetshelden
  2. (en) « Wally van Hall 1906 - 1945. Banker to the Resistance », sur Verzetsmuseum (consulté le 2 septembre 2020)
  3. (en) « Wally van Hall 1906 - 1945. Banker to the Resistance », sur Verzetsmuseum (consulté le 2 septembre 2020)
  4. a et b (nl) « Walraven van Hall – De bankier van het verzet », sur Historiek, (consulté le 2 septembre 2020)
  5. Niet te verwarren met de grootste bankroof uit de Nederlandse geschiedenis, de overval van het verzet in Almelo op 15 november 1944 op het kantoor van De Nederlandsche Bank, met een buit van 46 miljoen gulden.
  6. https://www.walravenvanhall.nl/#geheimgeld
  7. http://www.go2war2.nl/artikel/2609/Hall-Walraven-van.htm?page=7
  8. De affaire van de vervalste schatkistpromessen
  9. Par Cnaan Liphshiz et JTA, « Pays-Bas : un film sur des résistants oubliés pulvérise le box-office », sur The Times of Israël, (consulté le 2 septembre 2020)
  10. 4en5mei.nl, oorlogsmonument nummer 2946
  11. Amsterdam, 'Walraven van Hall-monument'
  12. Harm Ede Botje Waarom het erg is dat Bankier van het verzet wemelt van de historische fouten in Vrij Nederland van 6 maart 2018, over de fouten in de Netflix-film

Annexes

{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Walraven van Hall
Listen to this article