Walter Sisulu - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Walter Sisulu.

Walter Sisulu

Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (mai 2020). Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » En pratique : Quelles sources sont attendues ? Comment ajouter mes sources ?

Walter Sisulu

Mariage de Walter et son épouse Albertina Sisulu en 1944 aux côtés de Nelson Mandela (à gauche de la photo), Anton Lembede (à droite de la mariée) et Evelyn Mase, demoiselle d'honneur et future Mme Mandela (à gauche des mariés).
Fonctions
Vice-président du Congrès national africain

(3 ans)
Prédécesseur Nelson Mandela
Successeur Thabo Mbeki
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Engcobo (Afrique du Sud)
Date de décès (à 90 ans)
Lieu de décès Johannesbourg (Afrique du Sud)
Parti politique Congrès national africain
Conjoint Albertina Sisulu
Enfants 9 enfants, dont quatre adoptifs

Walter Max Ulyate Sisulu (né le à Engcobo et mort le ) est un homme politique sud-africain, militant de l'ANC et combattant anti-apartheid.

Biographie

Walter Sisulu est né à Engcobo dans le bantoustan du Transkei (Est de la province du Cap).

Il est scolarisé dans une mission puis commence à travailler en 1926 à l'âge de 14 ans.

En 1928, il s'installe à Johannesbourg en tant que travailleur manuel puis domestique et très vite prend conscience de la situation sociale et politique des noirs dans le pays.

En 1931, il retourne au Transkei et travaille comme domestique chez un employeur progressiste d'East London. Il tente à l'époque de rencontrer Walter Rubusana, un des fondateurs de l'ANC, et développe sa culture personnelle en lisant un maximum de livres.

En 1933, il retourne vivre à Doornfontein près de Johannesbourg chez sa mère et travaille dans une boulangerie.

En 1934, la loi raciale l'oblige à emménager à Orlando.

En 1936, il est impliqué dans une grève puis effectue divers petits boulots avant de devenir en 1938 un agent commercial de "Union Bank of South Africa". Il fait à l'époque la connaissance de Rusty Bernstein, un membre du parti communiste qui lui permet d'avoit accès à la littérature communiste et de rencontrer Govan Mbeki, un étudiant politisé de Fort Hare.

En 1940, il rejoint l'ANC et le , avec Nelson Mandela et Oliver Tambo, fonde la ligue de jeunesse de l'ANC dont il devient le trésorier.

De 1949 à 1954, il est le secrétaire général de l'ANC qu'il sort d'une certaine passivité face à l'imposition des lois d'apartheid par le gouvernement afrikaner du Parti national. Ainsi en 1952, il mène la campagne de défiance au gouvernement et est une première fois arrêté.

En 1953, c'est au nom de l'ANC qu'il va chercher du soutien en Europe, en URSS et en Chine.

En dix ans, il est arrêté et mis en prison à sept reprises[1] (dont cinq mois en 1960) pour ses activités politiques contre le gouvernement sud-africain et contre la discrimination raciale. Il est condamné à six ans de prisons en 1961 mais il fait appel ce qui lui évite d'être incarcéré.

En 1963, il entre dans la clandestinité alors que l'ANC est interdite. Il est arrêté à Rivonia le et condamné à la prison à vie en 1964 au côté de Nelson Mandela. Il fait la majeure partie de sa peine sur Robben Island, au large de la ville du Cap[2].

C'est en octobre 1989, au bout de 26 années de prisons qu'il est relâché par décision du gouvernement de Frederik de Klerk.

Sur les autres projets Wikimedia :

En juillet 1991, il est élu vice-président de l'ANC, de nouveau légalisé en Afrique du Sud. Il le restera jusqu'en 1994.

Marié à Albertina Sisulu (1918-2011) le , le couple a eu cinq enfants légitimes et quatre enfants adoptés.

Décès

Walter Sisulu est mort le . Ses funérailles eurent lieu 12 jours après son décès, le . Il figure en trente troisième position du 100 Greatest South Africans.

Notes et références

{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Walter Sisulu
Listen to this article