Zoran Zaev - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Zoran Zaev.

Zoran Zaev

Zoran Zaev
Зоран Заев

Zoran Zaev en 2020.
Fonctions
Président du gouvernement macédonien
En fonction depuis le
(1 an, 1 mois et 23 jours)
Président Stevo Pendarovski
Gouvernement Zaev II
Législature 10e
Coalition SDSM-DUI/BDI-LB/DB
Prédécesseur Oliver Spasovski

(2 ans, 7 mois et 3 jours)
Président Gjorge Ivanov
Stevo Pendarovski
Gouvernement Zaev I
Législature 9e
Coalition SDSM-BDI/DUI-ASh/AA
Prédécesseur Emil Dimitriev
Successeur Oliver Spasovski
Président de l'Union sociale-démocrate
de Macédoine
En fonction depuis le
(8 ans, 4 mois et 21 jours)
Prédécesseur Branko Crvenkovski

Intérim
(8 mois et 5 jours)
Prédécesseur Radmila Šekerinska
Successeur Branko Crvenkovski
Biographie
Date de naissance (47 ans)
Lieu de naissance Stroumitsa (Yougoslavie)
Nationalité Macédonien
Parti politique SDSM
Diplômé de Université Saints-Cyrille-et-Méthode de Skopje

Présidents du gouvernement de la Macédoine du Nord

Zoran Zaev (en macédonien : Зоран Заев) est un homme d'État macédonien membre de l'Union sociale-démocrate de Macédoine (SDSM), né le à Stroumitsa.

Formé en économie à l'université Saints-Cyrille-et-Méthode de Skopje, il est élu conseiller municipal de sa ville natale en 2002, puis député en 2003. En 2005, il devient maire de Stroumitsa, un mandat qu'il renouvelle deux fois ensuite.

Après la déroute de la SDSM aux élections locales de 2013, il en est élu président en remplacement de Branko Crvenkovski. Il dénonce deux ans plus tard un scandale d'écoutes illégales, qu'il affirme être orchestré par le chef du gouvernement Nikola Gruevski. Cette affaire déclenche une grave crise politique, résolue par la conclusion d'un accord sur la tenue d'élections anticipées en 2016, organisées par un gouvernement de transition.

Sous sa direction, le parti arrive deuxième aux élections de décembre 2016. Il est investi cinq mois plus tard président du gouvernement après avoir constitué une coalition avec deux partis albanais, une configuration initialement rejetée par le président de la République.

Il parvient à résoudre en le débat autour du nom de la Macédoine en négociant l'accord de Prespa avec le Premier ministre grec Aléxis Tsípras, qui rebaptise le pays « Macédoine du Nord ». Après que la France a refusé l'ouverture des négociations d'adhésion à l'Union européenne, il annonce la tenue d'élections législatives anticipées. Il démissionne au début de l'année 2020 au profit d’Oliver Spasovski, qui conduit un gouvernement transitoire jusqu'au scrutin.

Sa coalition avec le Mouvement Besa ayant remporté la majorité relative, il négocie la réédition de son entente avec l'Union démocratique pour l'intégration et peut ainsi former son second exécutif.

Jeunesse

Zoran Zaev naît le à Stroumitsa. Il étudie les sciences économiques à l'université Saints-Cyrille-et-Méthode de Skopje, où il obtient son diplôme en 1997 et poursuit un cycle postgrade en économie monétaire et finances. Il travaille ensuite dans l'entreprise familiale Trgoprodukt[1].

Il commence sa carrière politique en 1996, lorsqu'il adhère à l'Union sociale-démocrate de Macédoine (SDSM)[2].

Ascension

Il est élu par la suite au conseil municipal de Stroumitsa. Il entre au comité central de la SDSM en 2002, puis siège comme député à l'Assemblée entre 2003 et 2005[2].

Au cours des élections locales de , il est élu maire de Stroumitsa. Il sera réélu deux fois à ce poste, en et . Entre et , il est président par intérim de la SDSM[2].

Il est accusé en d’abus de pouvoir dans la construction du centre commercial Global de Stroumitsa. Arrêté avec cinq collaborateurs, il est relaxé grâce à une intervention du président de la République Branko Crvenkovski, membre fondateur de l'Union sociale-démocrate. L'affaire Global entraîne un scandale alors que le SDSM est au plus bas[2].

Président de la SDSM

Élection

Aux élections municipales de 2013, la SDSM ne remporte que deux villes, dont Stroumitsa[2]. Crvenkovski renonce alors à la présidence du parti et un congrès est convoqué pour le afin de le remplacer. Zaev est élu pour lui succéder avec 395 voix, contre deux concurrents[3].

Législatives de 2014

Zaev accuse le président du gouvernement Nikola Gruevski de fraude aux élections de 2014.
Zaev accuse le président du gouvernement Nikola Gruevski de fraude aux élections de 2014.

Le , l'Assemblée vote sa dissolution à la quasi-unanimité et convoque des élections législatives anticipées pour le , jour du second tour de l'élection présidentielle[4].

Le scrutin se solde par la victoire de l'Organisation révolutionnaire macédonienne intérieure - Parti démocratique pour l'unité nationale macédonienne (VMRO-DPMNE) du président du gouvernement Nikola Gruevski avec plus de 40 % des voix, contre 22 % à l'Union sociale-démocrate. Zaev rejette les résultats, estimant que le pouvoir a « massivement acheté des voix, en présence et avec l'assistance de la police » et l'accusant « d'abuser de l'ensemble du système d'État » à coups « de menaces et de chantage »[5],[6].

Scandale des écoutes

Accusations et manifestations

Lors d'une conférence de presse tenue le , il accuse nommément Nikola Gruevski et le directeur des services secrets (mk) Sašo Mijalkov (mk) d'avoir orchestré des écoutes illégales concernant 20 000 Macédoniens. Seraient concerné des ministres, des dirigeants de l'opposition, des dirigeants d'ONG, des journalistes, des entrepreneurs[7]… Dix jours plus tôt, la police macédonienne avait demandé la mise en accusation de Zaev pour avoir fomenté un complot visant à recueillir des renseignements contre le chef de l'exécutif, obtenir sa démission et la tenue d'élections anticipées[8].

Refusant de livrer sa source, le président de la SDSM explique avoir reçu ces enregistrements d'un « patriote » écœuré par les pratiques de Mijalkov, par ailleurs cousin de Gruevski. Niant être à l'origine de ces écoutes, le président du gouvernement accuse à son tour son opposant d'espionner ses propres alliés et de préparer un coup d'État. En réponse, l'opposition décide de boycotter le travail parlementaire[9]. Le procureur de l'État annonce le la mise en examen de Zaev des chefs d'espionnage, d'écoute illégale et de violences contre les hautes autorités de l'État[10].

Zaev appelle ses partisans à s'installer devant le palais du gouvernement après la manifestation du 17 mai 2015.
Zaev appelle ses partisans à s'installer devant le palais du gouvernement après la manifestation du 17 mai 2015.

Le , après que des affrontements entre la police et un commando d'origine albanaise a conduit à la mort de 22 personnes dans la ville de Koumanovo, la ministre de l'Intérieur Gordana Jankulovska, le ministre des Transports Mile Janakieski et Sašo Mijalkov annoncent leur démission. Bien que les raisons n'en soient pas officiellement précisées, la lettre de démission de Mijalkov évoque la nécessité de résoudre la crise politique en cours[11]. Une manifestation réunissant 20 000 participants a lieu cinq jours plus tard devant le palais du gouvernement à Skopje, au cours de laquelle Zaev appelle ses partisans à occuper le secteur : « Nikola Gruevski doit démissionner. Tant qu'il ne sera pas parti, nous ne quitterons pas les lieux »[12].

Accords de sortie de crise

Deux jours plus tard, Gruevski et Zaev se rencontrent à Strasbourg afin d'ouvrir le dialogue en vue de sortir de la crise en cours[13]. Sous l'égide de l'Union européenne, ils concluent un accord le pour l'organisation d'élections législatives anticipées avant la fin de l'année 2016, soit deux ans avant l'échéance constitutionnelle normale, et s'entendent le sur la formation d'un gouvernement de transition 100 jours avant la tenue du scrutin. Zaev se félicite alors d'avoir « obtenu la démission de Nikola Gruevski, [qui] n'organisera pas les prochaines élections »[14]. Le , l'Assemblée investi Emil Dimitriev en remplacement de Gruevski, les ministères de l'Intérieur et du Travail revenant à l'opposition[15].

La crise est rouverte le , lorsque le président de la République Gjorge Ivanov promulgue une amnistie concernant les « procédures judiciaires contre les responsables du gouvernement et de l'opposition » mis en cause dans le scandale des écoutes, mettant de facto un terme à l'enquête menée depuis quelques mois par une procureure spéciale. Potentiellement bénéficiaire de cette décision, Zaev dénonce un « coup d'État » et souligne qu'elle profite à l'ancienne ministre de l'Intérieur et à l'ex-directeur des services secrets[16]. La SDSM ayant pris la décision de boycotter les élections prévues huit semaines plus tard, l'UE demande leur report et l'Assemblée, bien que dissoute, approuve le une série d'amendements à la loi électorale reporant le scrutin sine die[17]. La VMRO-DPMNE et la SDSM passent un nouvel accord le prévoyant la convocation des électeurs le suivant[18].

Premier mandat de président du gouvernement

Élections législatives

Zaev est physiquement agressé lors de l'invasion du palais de l'Assemblée le 29 avril 2017.
Zaev est physiquement agressé lors de l'invasion du palais de l'Assemblée le 29 avril 2017.

Il est le chef de file de l'Union sociale-démocrate lors des élections législatives du 11 décembre 2016. Quelques jours avant le scrutin, Gruevski, qui mène une campagne très nationaliste, affirme que Zaev aurait, en d'autres temps, mérité la mort. Les élections voient la victoire la VMRO-DPMNE, qui obtient 38,09 % des suffrages exprimés et 51 députés, contre 36,67 % et 49 sièges à la SDSM, soit 17 000 voix d'écart. Les sociaux-démocrates, qui dénoncent des pressions et irrégularités, refusent de reconnaître ce résultat[19].

Bien qu'arrivé deuxième, Zaev parvient à rallier 18 députés issus de la minorité albanaise après avoir signé avec eux un accord qui prévoit que l'albanais soit reconnu comme seconde langue officielle du pays. Il présente la liste des parlementaires le soutenant au président Ivanov le , mais ce dernier affirme deux jours plus tard que « la Constitution et [sa] conscience » lui interdisent « de confier la charge de former un gouvernement à une personne ou à un parti dont le programme prône l’atteinte à la souveraineté, l’intégrité territoriale et l’indépendance » du pays[20]. Lors de la constitution de la nouvelle législature le , une centaine de militants du mouvement Pour une Macédoine unie font irruption dans l'enceinte parlementaire et agressent physiquement plusieurs députés, dont Zoran Zaev qui sera évacué le visage et la chemise maculés de sang[21].

Accession au pouvoir

Deux mois et demi après s'y être opposé, le président de la République Gjorge Ivanov charge Zaev de former le gouvernement.
Deux mois et demi après s'y être opposé, le président de la République Gjorge Ivanov charge Zaev de former le gouvernement.

Les images des violences au sein de l'Assemblée provoquent un choc général, qui rend de moins en moins tenable le veto imposé par le chef de l'État. La situation se débloque après la visite du diplomate américain Hoyt Brian Yee et aux pressions exercées par l'Union européenne, alors que la coalition de Zaev a renoncé à donner un statut officiel à la langue albanaise au profit d'un engagement à appliquer totalement les accords d'Ohrid. Le , Ivanov consent à charger Zaev de constituer le nouvel exécutif macédonien, après que celui-ci a promis de protéger « l’unité, la souveraineté et l’intégrité territoriale, l’indépendance et le caractère multiethnique de la Macédoine », une garantie absolument inédite[22].

La composition de la nouvelle équipe gouvernementale, qui réunit l'Union sociale-démocrate, l'Union démocratique pour l'intégration (BDI/DUI) et l'Alliance pour les Albanais (AzA), est présentée par Zaev le . Constituée de 25 ministres, dont sept sans portefeuille, elle comptera deux vice-présidents du gouvernement issu des partis albanais, qui détiendront neuf postes au total[23]. Le , Zoran Zaev est investi à 42 ans président du gouvernement par l'Assemblée par 62 voix favorables, après s'être engagé à obtenir une adhésion « aussi rapide que possible » à l'Union européenne et à l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN)[24].

Accord sur le nom de la Macédoine

À l'issue de son accession au pouvoir, Zaev fait du rapprochement avec la Grèce une priorité, afin d'intégrer l'UE et l'OTAN. En , il s'entend avec le Premier ministre hellène Aléxis Tsípras afin de résoudre le débat autour du nom de la Macédoine. Le choix de rebaptiser le pays en « Macédoine du Nord » est critiqué par les nationalistes grec et macédonien[25]. L'accord entre les deux États est signé par les ministres des Affaires étrangères — en présence des chefs de gouvernement — le sur les rives du lac Prespa, qui lui donne son nom[26].

Un référendum est convoqué le afin de confirmer la ratification parlementaire de l'accord de Prespa, un scrutin que l'opposition appelle à boycotter. Le résultat est favorable à plus de 90 % au changement de nom du pays, mais près des deux tiers des électeurs boudent les urnes. Malgré cette faible participation, Zaev appelle ses opposants à soutenir dans l'enceinte parlementaire la volonté exprimée lors du vote[27]. Les amendements constitutionnels changeant le nom du pays sont approuvés à l'Assemblée le par 81 voix favorables, soit une de plus que le minimum requis. La séance est boycottée par la VMRO-DPMNE, principale force d'opposition qui évoque un péril pour l'identité du pays[28].

L'accord de Prespa est ratifié à son tour par le Parlement grec deux semaines plus tard, par 153 voix favorables sur 300[29]. Au second tour de l'élection présidentielle, le , le candidat de la SDSM Stevo Pendarovski, qui soutient le changement de nom, l'emporte avec 51,75 % contre la candidate de la VMRO-DPMNE Gordana Siljanovska-Davkova, qui s'y oppose[30].

Succession

Le , le président de la République française Emmanuel Macron oppose son veto à l'ouverture de négociations d'adhésion de la Macédoine du Nord à l'UE. Annonçant le lendemain son intention de convoquer des élections législatives anticipées en , Zoran Zaev affirme que les Macédoniens sont « victimes d'une erreur historique de l'Union européenne » alors que « nous remplissons toutes les conditions »[31].

Il remet sa démission le , afin de céder le pouvoir à un gouvernement de gestion des affaires courantes, réunissant les partis au pouvoir et l'opposition, chargé de diriger la Macédoine du Nord jusqu'aux élections et dirigé par le ministre de l'Intérieur sortant Oliver Spasovski[32].

Deuxième mandat de président du gouvernement

Élections législatives de 2020

Alors que le scrutin est reporté en raison de la pandémie de Covid-19, Zaev est placé en quarantaine — au même titre que le président de la VMRO-DPMNE Hristijan Mickoski — après avoir été interrogé par un journaliste testé positif à la maladie à coronavirus[33].

Le scrutin, tenu le , voit arriver en tête la coalition « Nous pouvons », formée autour de l'Union sociale-démocrate de Macédoine et du Mouvement Besa. C'est ainsi la première fois depuis 2002 que les sociaux-démocrates arrivent en tête de ce type d'élection. Cette performance est cependant qualifiée de courte victoire en raison de la faible différence en suffrages et en siège séparant la coalition de celle du « Renouveau pour la Macédoine » dirigée par le VMRO-DPMNE[34],[35].

Aucune des deux formations ne disposant de la majorité absolue, des négociations devraient avoir lieu pour la formation d'un gouvernement de coalition[34].

Seconde désignation et entrée en fonction

Alors que le SDSM et le DUI sont proches d'un accord de coalition[36], le président Stevo Pendarovski charge le Zoran Zaev de former un gouvernement[37].

Un accord est finalement conclu le entre la SDSM et la DUI pour reconduire Zoran Zaev à la tête du gouvernement. La DUI renonce ainsi à sa promesse électorale de faire élire un président du gouvernement issu de la minorité albanaise mais obtient en contrepartie que le prochain président du gouvernement de transition chargé des affaires courantes pendant les 100 jours précédant les prochaines élections soit issu de cette ethnie[38]. Zaev est réélu président du gouvernement le par l'Assemblée, recueillant 62 voix favorables après deux jours de débats[39].

Références

  1. (en) « Speaker Biographies », sur ec.europa.eu, (consulté le ).
  2. a b c d et e Jacqueline Buisson, « Macédoine : Zoran Zaev, le « repreneur » de l’opposition sociale-démocrate », Le Courrier des Balkans,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. (en) Sinisa Jakov Marusic, « Macedonian Opposition Elects New Leader », Balkan Insight,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  4. « Elections législatives anticipées en Macédoine le 27 avril », Sudinfo.be,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  5. « Macédoine: les conservateurs gagnants, l'opposition crie à la fraude », L'Express,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  6. « Victoire des conservateurs en Macédoine », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  7. (en) Sinisa Jakov Marusic, « Macedonia PM Accused of Large-Scale Wire-Tapping », Balkan Insight,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  8. (en) « Macedonian opposition leader accused of plot to topple government », Deutsche Welle,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  9. Benoît Hopquin, « Les écoutes illégales divisent la Macédoine », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  10. (en) « Macedonia indicts opposition leader Zoran Zaev over wiretapping scandal », Deutsche Welle,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  11. « Macédoine: démission de 2 ministres et du chef du renseignement après les combats meurtriers à Kumanovo », Romandie,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  12. « Macédoine: l'opposition appelle à rester dans la rue jusqu'à la démission du Premier ministre », Le Point,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  13. « Macédoine: difficile sortie de crise », Radio France internationale,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  14. « Macédoine : l'UE met fin à la crise politique », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  15. (en) « Parliament has selected the transitional Government with Emil Dimitiriev as Prime Minister », Meta.mk,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  16. « Macédoine: l'amnistie décrétée par Ivanov sème la discorde », Radio-télévision belge de la Communauté française,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  17. « En Macédoine, les élections législatives contestées sont reportées sine die », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  18. « Macédoine: élections législatives prévues le 11 décembre, après deux reports », Radio-télévision belge de la Communauté française,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  19. Benoît Vitkine, « Courte victoire nationaliste en Macédoine », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  20. « En Macédoine, le pouvoir dénonce les ingérences occidentales », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  21. Jean-Arnault Dérens et Laurent Geslin, « Qui veut la guerre en Macédoine? », Mediapart,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  22. Benoît Vitkine, « Après trois mois d’obstruction, le pouvoir macédonien cède face à l’opposition », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  23. (en) Naser Pazajiti, « Zaev completes the governing cabinet », Independent Balkan News Agency,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  24. « Six mois après les législatives, la Macédoine se dote d’un gouvernement », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  25. « Signature d'un accord historique sur le nom de la Macédoine », BFM TV,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  26. « L'accord sur le nom de Macédoine est une "percée" pour les Balkans, selon Skopje », L'Express,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  27. « Référendum en Macédoine: pour les Grecs, un «résultat contradictoire» », Radio France internationale,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  28. « Europe. La Macédoine accepte officiellement de changer de nom », Courrier international,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  29. « Le Parlement grec valide l’accord sur le nouveau nom de la Macédoine », Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  30. « Macédoine du Nord. Stevo Pendarovski, le candidat pro-occidental, remporte les élections présidentielles », Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  31. Jean-Baptiste Chastand et Jean-Pierre Stroobants, « Macron accusé d’« erreur historique » pour avoir fermé la porte de l’UE à la Macédoine du Nord et à l’Albanie », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  32. « Le Premier ministre Zoran Zaev démissionne », La Tribune de Genève,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  33. « Interviewé par un journaliste infecté, l’ex-Premier ministre macédonien placé en quarantaine », 7sur7,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  34. a et b « En Macédoine du Nord, maigre avance électorale des sociodémocrates », Le Monde, Le Monde,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne).
  35. « Législatives en Macédoine du Nord: courte victoire des sociaux-démocrates sur les nationalistes », tv5monde,‎ (lire en ligne).
  36. (en) Valentina Dimitrievska in Skopje, « North Macedonia’s ruling SDSM and DUI close to agreement on new government », sur www.intellinews.com, (consulté le ).
  37. (en) « N. Macedonia's president hands Zaev mandate to form new govt », sur seenews.com (consulté le ).
  38. « Macédoine du Nord: Zoran Zaev de nouveau premier ministre », sur Le Figaro.fr, lefigaro, (ISSN 0182-5852, consulté le ).
  39. « En Macédoine du Nord, les sociaux-démocrates de nouveau au pouvoir », sur lemonde.fr, (consulté le ).

Voir aussi

Articles connexes

Lien externe

{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Zoran Zaev
Listen to this article