Roberto Ferreiro - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Roberto Ferreiro.

Roberto Ferreiro

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Roberto Ferreiro

Roberto Ferreiro en 1972
Biographie
Nom Roberto Oscar Ferreiro
Nationalité
 Argentin
Naissance
Lieu Avellaneda
Décès (à 81 ans)
Taille 1,76 m (5 9)
Période pro. 19581970
Poste Arrière droit puis entraîneur
Parcours professionnel1
AnnéesClub 0M.0(B.)
1958-1968
Independiente
241 (0)
1968-1970
River Plate
086 (0)
1971
Millonarios
010 (2)
Sélections en équipe nationale2
AnnéesÉquipe 0M.0(B.)
1962-1966
Argentine
018 (0)
Équipes entraînées
AnnéesÉquipe Stats
1973-1974
CA Independiente
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.

Roberto Ferreiro (né le à Avellaneda en Argentine et mort le [1] est un joueur de football international argentin, qui évoluait au poste de défenseur, avant de devenir ensuite entraîneur.

Biographie

Carrière de joueur

Carrière en club

Roberto Ferreiro joue au CA Independiente, à River Plate, et enfin à Millonarios.

Avec Independiente, il remporte trois championnats d'Argentine et deux Copa Libertadores.

Carrière en sélection

Avec l'équipe d'Argentine, il joue 18 matchs (pour aucun but inscrit) entre 1962 et 1966[2].

Il figure dans le groupe des sélectionnés lors de la Coupe du monde de 1966. Lors du mondial organisé en Angleterre, il joue 4 matchs : contre l'Espagne, la RFA, la Suisse, et enfin contre le pays organisateur[3]. L'Argentine atteint les quarts de finale de cette compétition.

Il participe également à la Copa América de 1963, compétition lors de laquelle l'Argentine se classe troisième.

Carrière d'entraîneur

Avec le CA Independiente, il remporte comme manager deux Copa Libertadores, une Coupe intercontinentale et enfin une Copa Interamericana.

Palmarès

Palmarès de joueur[modifier | modifier le code]

Independiente
 
 

Palmarès d'entraîneur[modifier | modifier le code]

CA Independiente
 

Notes et références

{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Roberto Ferreiro
Listen to this article