Marie Epstein - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Marie Epstein.

Marie Epstein

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Marie Epstein
Nom de naissance Marie-Antonine Epstein
Naissance
Varsovie, Pologne
Décès (à 95 ans)
Paris, France
Profession actrice, metteuse en scène
Films notables Cœur fidèle (Jean Epstein, 1923)
Maternité (1929)
Le Cœur de Paris (1931)
La Maternelle (1933)
Hélène (1936)
La Mort du cygne (1937)
Altitude 3200 (1938)
La Grande espérance (1953).

Marie Epstein (née Marie-Antonine Epstein), née le dans la ville de Varsovie et morte le dans le 15e arrondissement de Paris[1], est une actrice, scénariste et réalisatrice franco-polonaise.

Biographie

Sœur cadette du réalisateur Jean Epstein avec qui elle partage très jeune la passion du cinéma, elle grandit avec sa famille à Lausanne puis à Lyon à partir de 1914[2]. En 1921, elle s'installe avec son frère Jean à Paris où tous s’investissent rapidement dans la création de films grâce à la rencontre avec le producteur et réalisateur Jean Benoit-Lévy. Marie Epstein, aux côtés de son frère et Jean Benoit-Lévy, devient ainsi l'une des pionnières du cinéma à la fois en tant que scénariste, réalisatrice et actrice[3].

La carrière cinématographique de Marie Epstein s'arrête dans les années 1940. En tant que juive, elle est arrêtée par la Gestapo en , et condamnée à la déportation. Elle en échappe finalement, grâce à l'intercession de l'actrice Orane Demazis.

Filmographie

Réalisatrice

  • 1953 : La Grande Espérance

Coréalisatrice avec Jean Benoît-Lévy

Assistante-réalisatrice

Sauf si indiqué autrement, ces films sont réalisés par Jean Benoît-Lévy.

Scénariste

Actrice

Apparitions

Notes et références

  1. État civil trouvé dans la base MatchId des fichiers de décès en ligne du Ministère de l'Intérieur avec les données INSEE (consultation 22 mars 2020)
  2. « Marie Epstein », sur Ciné-Ressources de la Cinémathèque française (consulté le 30 août 2018)
  3. Clarisse fabre, « Les pionnières retrouvées du cinéma muet », Le Monde,‎ (lire en ligne)
{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Marie Epstein
Listen to this article