Murlin - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Murlin.

Murlin

Murlin

La mairie de Murlin.
Administration
Pays
France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Nièvre
Arrondissement Cosne-Cours-sur-Loire
Intercommunalité Communauté de communes Les Bertranges
Maire
Mandat
Serge Routtier
2020-2026
Code postal 58700
Code commune 58186
Démographie
Population
municipale
80 hab. (2018 en diminution de 11,11 % par rapport à 2013)
Densité 5,3 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 12′ 16″ nord, 3° 10′ 53″ est
Altitude Min. 211 m
Max. 307 m
Superficie 15,09 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Nevers
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de La Charité-sur-Loire
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Murlin
Géolocalisation sur la carte : Nièvre
Murlin
Géolocalisation sur la carte : France
Murlin
Géolocalisation sur la carte : France
Murlin

Murlin est une commune française située dans le département de la Nièvre, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie

Cabanes à l'entrée du village.
Cabanes à l'entrée du village.

Murlin est bâti dans la vallée du Mazou (qui prend sa source près de l'église) et sur le versant des collines entre lesquelles coule ce ruisseau. Il est situé à 14 km de La Charité-sur-Loire, 34 km de Cosne-Cours-sur-Loire et 29 km de Nevers.

Le territoire de la commune a la forme d'un quadrilatère irrégulier ; son périmètre mesure 25 km et sa superficie est de 1 509 ha. Des collines peu élevées entourent le pays dont l'altitude varie de 235 à 307 mètres. Les terres sont argileuses et argilo-calcaires en général, douces sur certains plateaux.

Communes limitrophes

Hydrographie

Le Mazou, ce ruisseau qui reçoit les eaux de la fontaine de Montifault, arrose quelques prairies et après avoir reçu le ruisseau de Saint-Vincent passe à Chasnay, sépare les communes de Nannay et de Narcy. À Narcy, il reçoit le ruisseau de Raveau et à Mesves, il se jette dans la Loire.

Le ruisseau de Saint-Vincent prend sa source au milieu de la forêt (arrose les prés de Saint-Vincent, Candies, les Limousins) et se réunit au Mazou à la limite de la commune.

Il alimentait, autrefois les étangs de Saint-Vincent, de Candies, de Bel Air et des Limousins, qui furent desséchés après la suppression des forges. Le dessèchement des nombreux étangs a fait disparaître les fièvres endémiques presque continuelles.

La fontaine de Saint-Vincent donne une eau pure favorable au cresson. Jadis, on s'y rendait pour la guérison des coliques.

Urbanisme

Typologie

Murlin est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Nevers, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 93 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols

Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (69,6 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (69,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (67,3 %), prairies (15,8 %), terres arables (14,6 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (2,3 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie

On relève les formes suivantes : Murlanium (pouillé d'Auxerre, 1518) et Meurlin (A.N., 1687)[8].

Histoire

Four à pain à usage collectif, XIXe siècle.
Four à pain à usage collectif, XIXe siècle.

En 1052, on en fait une paroisse sous le nom de Murlunium, Murellanium, d'où le nom Murlin ou Meurlin, ainsi qu'on le prononce encore quelquefois.

Cette ancienne paroisse fait longtemps partie du diocèse d'Auxerre et est sous la dépendance du prieuré de La Charité-sur-Loire. À la Révolution, cette petite commune est pendant une dizaine d'années rattachée comme celles de Saint-Aubin et La Celle au canton de Beaumont-la-Ferrière et au district de La Charité. District et canton ayant été supprimés en l'an XIII, Murlin fait ensuite partie du canton de La Charité-sur-Loire et de Cosne-sur-Loire.

La commune de Murlin est divisée en sections en 1791. Le cadastre est terminé sur le terrain en 1818 et révisé en 1827. Mais, les chiffres de cette époque ont sensiblement varié par suite de démolitions, constructions, confection de routes, dessèchements d'étangs, défrichements.

Les habitants de Murlin sont longtemps, pour leurs redevances, soumis à leurs seigneurs particuliers auxquels ils doivent la corvée et la dîme. La commune fait ensuite partie de la généralité d'Orléans et de l'élection de La Charité. En 1697, Murlin est de la généralité de Bourges. Les impôts, taille et capitation, sont alors prélevés par des collecteurs nommés dans chaque commune par les habitants. Puis les rôles sont mis en adjudication et il y a un percepteur dans chaque village. En 1806, Murlin est réuni à la perception de Beaumont.

Le budget de Murlin s'élève en 1805 à 159 F pour les recettes et à une somme égale pour les dépenses.

En 1906[9], le nombre d'habitants de Murlin, qui compte 88 maisons, s'élève à 227 individus. La commune compte un instituteur, un garde champêtre, deux cantonniers, deux gardes particuliers et un garde forestier. Il y a peu de commerçants : 2 aubergistes, 1 épicier, 1 négociant et 1 représentant de commerce. Les artisans sont plus nombreux : 5 couturières, 3 charrons, 3 scieurs de long, 1 maréchal-ferrant, 1 maçon et 1 cordonnier. La profession la plus représentée est celle de bûcheron (25 individus), suivie par les domestiques de ferme (16), les propriétaires-cultivateurs (8), les propriétaires-exploitants (7), les « servantes de ferme » (5), les cultivateurs (3) et les fermiers (13). On recense également 1 facteur de bois[10], 1 vigneron et... 1 musicien[11] ! Enfin, on compte également 7 rentiers et rentières dans la commune. Au total, on relève à Murlin 25 professions différentes. On n’y trouve, selon le recensement de 1906, ni curé, ni médecin ni notaire ni sage-femme. Seules deux familles accueillent des enfants assistés de la Seine.

Seigneur

Industrie

Il y eut jadis, sur le territoire de Murlin, plusieurs établissements métallurgiques, les uns unis par le ruisseau de Saint-Vincent, les autres par le Mazou, ce qui est attesté par de nombreuses buttes de laitier, appelées perriers.

Forges des Limousins : cette forge, la plus importante de toutes, appartenait de temps immémorial au prieuré de La Charité. Passée aux mains de l'État à la Révolution, elle fut vendue à M. Bourdier, acquéreur de la propriété des Limousins. Elle cessa de fonctionner vers 1837 et fut démolie en 1847, par Mme veuve Monteignier. En 1876, M. Berfaurt ou Perfaurt, gendre de Bourdier, propriétaire de l'ancienne forge, fit construire un bocard pour écraser le laitier. Ce bocard a également disparu en 1890. La forge des Limousins, avec sa fonderie de fer, produisait en l'an IX 3 427 myriagrammes (tonnes) de petit fer.

Politique et administration

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 En cours Christine Corbelon-Biougne    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[14].

En 2018, la commune comptait 80 habitants[Note 3], en diminution de 11,11 % par rapport à 2013 (Nièvre : −4,36 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
293245313324280276268308346
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
307337348320346316310279278
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
278230228181168159163158143
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
10189929494941099792
2018 - - - - - - - -
80--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments

L'église.
L'église.
  • Église Saint-Martin.
  • Four à pain à usage collectif, XIXe siècle.

Personnalités liées à la commune

Notes et références

Notes

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Nevers », sur insee.fr (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. Georges de Soultrait, Dictionnaire topographique de la Nièvre, Paris, 1865.
  9. Recensement de 1906, Archives départementales de la Nièvre, 6 M 186/1.
  10. Personne chargée de l’achat, du transport et de la vente des coupes de bois effectuées par les bûcherons.
  11. Edme-Louis Picq, 45 ans, musicien, vit avec son père, bûcheron.
  12. Henri de Flamare, Inventaire sommaire des archives départementales antérieures à 1790, Nevers, 1891.
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  17. Archives départementales de la Nièvre, 1 T 699.

Voir aussi

Article connexe

Lien externe

Sur les autres projets Wikimedia :

{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Murlin
Listen to this article