Philippe Avron - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Philippe Avron.

Philippe Avron

Philippe Avron
Description de l'image Defaut.svg.
Naissance
Le Croisic (alors département de Loire-Inférieure)
Nationalité
Française
Décès (à 81 ans)
Paris
Profession acteur, artiste

Philippe Avron, né le au Croisic (Loire-Inférieure) et mort le (à 81 ans)[1], à Paris, est un acteur français.

Biographie

Né dans une famille de marins, Philippe Avron a vécu son enfance en bourlinguant entre Le Croisic, Concarneau, Le Havre, Bordeaux… et Saint-Malo, où il fut scout[2].

Éducateur et écrivain pour la jeunesse

Après avoir passé une licence en droit et un certificat de psychologie de l'adolescence, il devient éducateur dans un centre de rééducation pour enfants caractériels[2].

Durant ses loisirs, il se met à l'écriture. Sa période de scoutisme et le terrible incendie en forêt des Landes auquel il avait assisté au cours d'une sortie, lui inspirent un roman, Patrouille ardente. Il écrit aussi Le Coup d'envoi, pour exprimer, dira-t-il, les contacts qu'il avait eus, « au titre de la liberté surveillée, dans les quartiers les plus pouilleux de Bordeaux, avec des adolescents désaxés, des cas sociaux, des bandes…[3] » et La Fringante, un roman inspiré par sa jeunesse passée en bord de mer[2].

Homme de théâtre

Il se tourne aussi vers le théâtre en cherchant « des méthodes psychomotrices nouvelles », pour sa profession d'éducateur[2]. Il entre alors en contact avec Jacques Lecoq, un acteur qui arrive du Piccolo Teatro de Milan et veut créer sa propre école de comédiens. Philippe Avron devient son élève ; par la suite il a toujours témoigné pour lui d'une grande admiration et a plus tard enseigné dans son école. Rapidement, le talent de Philippe Avron est repéré et on le voit apparaître de plus en plus souvent sur la scène[2].

Découvrant le théâtre à Avignon en assistant à une représentation d'Antigone de Sophocle, montée par Jean Vilar, il rejoint ce dernier et, entre 1960 et 1964, joue au TNP dans des pièces de Carlo Goldoni, de Lope de Vega, de Molière

« Mon plus beau souvenir de cette époque est celui du festival d'Avignon où nous jouions Les Rustres, de nuit, en plein air… La fête, l'extraordinaire cortège vénitien, la mise en scène unique de Vilar, la musique de Maurice Jarre, qui a orchestré tant de films à Hollywood…[2] »

Philippe Avron poursuit sa carrière théâtrale, dirigé par les plus grands metteurs en scène (André Barsacq, Peter Brook, Benno Besson, Roger Planchon…). Il interprète quelques personnages majeurs du répertoire : Hamlet, Sganarelle puis Don Juan, entre autres.

Spectacles comiques, films et téléfilms

À partir de 1960, il travaille aussi avec Claude Evrard — élève, comme lui, de Jacques Lecoq — avec qui il va écrire nombre de sketches humoristiques qu’ils interprètent dans différents cabarets parisiens de la rive gauche : La Colombe (le cabaret de Michel Valette, où ils débutent), L’Écluse, La Galerie 55, Milord l'Arsouille, etc. Ils vont connaître un grand succès dans les années 1970-1975, avec des passages à Bobino, à l'Olympia, etc., et sur le petit écran (Quentin Durward).

Philippe Avron tourne au cinéma dans Fifi la plume d’Albert Lamorisse et dans Les Fêtes galantes de René Clair.

En 1980, il entreprend parallèlement une carrière « en solo » avec Pierrot d'Asnières ; carrière qui lui vaudra de nombreuses récompenses, dont, à deux reprises, le Molière du meilleur one man show avec Je suis un saumon, en 1999, et Le Fantôme de Shakespeare, en 2002. Depuis 1980 se sont succédé Avron Big Bang, Dom Juan 2000, La Nuit de l'an 2000 (où il retrouve ses complices Claude Evrard et Marianne Sergent), Ma cour d'honneur, Rire fragile, Mon ami Roger et, en 2010, Montaigne, Shakespeare, mon père et moi.

Il joue non seulement en France, notamment, à plusieurs reprises, à Avignon, tant dans le cadre du festival « in » que dans le « off », mais aussi dans toute l'Europe, aux États-Unis, au Canada, en Afrique.

Durant le festival d'Avignon 2010, Philippe Avron doit interrompre les représentations du spectacle Montaigne, Shakespeare, mon père et moi !, prévues jusqu'au , pour être hospitalisé d'urgence à Paris, où il meurt le d'un cancer du foie foudroyant. Il repose à Hardivillers-en-Vexin, dans l'Oise.

Décoration

Publications

  • Romans pour adolescents, coll. « Signe de piste »[5]
    • Patrouille ardente, 1952 (réédition en 2003)
    • Le Coup d'envoi, 1955 (réédition en 1977)
    • La Fringante, 1960[6]

Filmographie

Télévision

Cinéma

Longs métrages

Courts métrages

Théâtre

Notes et références

  1. « Décès du comédien Philippe Avron », Le Figaro, 31 juillet 2010.
  2. a b c d e et f Philippe Avron (notice biographique), sur le site amis-signe-de-piste.com (article consulté le 3 août 2010).
  3. « Entretien au coin du net avec Philippe Avron », sur jeuxdepiste.com (consulté le ).
  4. La-Croix.com, « Légion d'honneur : les promus du 14 juillet 2000 », sur La Croix, (consulté le ).
  5. Éditions Alsatia, Paris.
  6. Notice d'autorité de la Bibliothèque nationale de France.
  7. a b c et d Voix uniquement.
{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Philippe Avron
Listen to this article