Squadrista (destroyer) - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Squadrista (destroyer).

Squadrista (destroyer)

Squadrista
Type Destroyer
Classe Soldati 2e série
Histoire
A servi dans
 
Regia Marina
 
Kriegsmarine
Constructeur Odero-Terni-Orlando (OTO)
Chantier naval Cantiere navale fratelli Orlando - Livourne - Italie
Quille posée 4 septembre 1941
Lancement 12 septembre 1942
Statut Capturé par les Allemands le 9 septembre 1943, rebaptisé TA 33, coulé par un bombardement aérien le 4 septembre 1944 avant d'entrer en service
Équipage
Équipage 13 officiers, 202 sous-officiers et marins.
Caractéristiques techniques
Longueur 106,7 mètres
Maître-bau 10,2 mètres
Tirant d'eau 4,35 mètres
Déplacement 1 850 tonnes en standard
2 460 tonnes en pleine charge
Propulsion 3 chaudières
2 turbines à vapeur
2 hélices
Puissance 50 000 cv (36 800 kW)
Vitesse 39 nœuds (72,2 km/h)
Caractéristiques militaires
Armement 4 canons Ansaldo 120/50 Mod. 1926
1 canon da 120/15 mm
8 mitrailleuses de 20 mm Breda Model 1935
6 tubes lance-torpilles de 533 mm
2 lanceurs de charges de profondeurs (34 bombes)
2 trémies pour les charges de profondeur
capacité de transport et de pose de 64 mines
Rayon d'action 2 200 milles nautiques à 20 nœuds
Carrière
Indicatif SQ

Le Squadrista (fanion « SQ ») (rebaptisé plus tard Corsaro) était un destroyer italien de la classe Soldati lancé en 1941 pour la Marine royale italienne (en italien : Regia Marina).

Conception et description

Les destroyers de la classe Soldati étaient des versions légèrement améliorées de la classe précédente Oriani[1]. Ils avaient une longueur entre perpendiculaires de 101,6 mètres[2] et une longueur hors tout de 106,7 mètres. Les navires avaient une largeur de 10,15 mètres et un tirant d'eau moyen de 3,15 mètres et de 4,3 mètres à pleine charge[3]. Les Soldatis déplaçaient 1 830-1 850 tonnes métriques à charge normale, et 2 450-2 550 tonnes métriques à pleine charge[4]. Leur effectif en temps de guerre était de 206 officiers et hommes de troupe[2].

Le Squadrista était propulsé par deux turbines à vapeur à engrenages Belluzzo/Parsons, chacune entraînant un arbre d'hélice à l'aide de la vapeur fournie par trois chaudières Yarrow[2]. Conçus pour une puissance maximale de 48 000 chevaux-vapeur (36 000 kW) et une vitesse de 34-35 nœuds (63–65 km/h) en service, les navires de la classe Soldati ont atteint des vitesses de 39-40 nœuds (72–74 km/h) pendant leurs essais en mer alors qu'ils étaient légèrement chargés. Ils transportaient suffisamment de fuel pour avoir une autonomie de 2 340 milles nautiques (4 330 km) à une vitesse de 14 nœuds (26 km/h) et de 682 milles nautiques (1 263 km) à une vitesse de 34 nœuds (63 km/h)[4].

La batterie principale du Squadrista était composée de quatre canons de 120 millimètres de calibre 50 dans deux tourelles jumelées, une à l'avant et une à l'arrière de la superstructure. Sur une plate-forme au milieu du navire se trouvait un canon à obus en étoile de 120 millimètres de 15 calibres[5]. La défense antiaérienne des "Soldati" était assurée par huit canons Breda modèle 1935 de 20 millimètres[4]. Les navires étaient équipés de six tubes lance-torpilles de 533 millimètres dans deux supports triples au milieu du navire. Bien qu'ils ne soient pas dotés d'un système de sonar pour la lutte anti-sous-marine, ils sont équipés d'une paire de lanceurs de grenades sous-marines. Les navires pouvaient transporter 48 mines[2].

Construction et mise en service

Le Squadrista est construit par le chantier naval Cantiere navale fratelli Orlando (OTO), basé à Livourne en Italie, et mis sur cale le 4 septembre 1941. Il est lancé le 12 septembre 1942.

Histoire du service

Construits en septembre 1941 au chantier naval Orlando de Livourne, le Squadrista et son navire-jumeau (sister ship) Carrista devaient être les deux dernières unités de la deuxième série de la classe Soldati[6],[7],[8]. L'unité est lancée après un peu plus d'un an de travail[6], et le 30 juillet 1943, à la suite de la chute du fascisme, il est rebaptisé Corsaro II, nom qui appartenait auparavant à un navire jumeau coulé sur des mines dans le canal de Sicile[7],[8].

Le 8 septembre 1943, au moment de la proclamation de l'armistice (armistice de Cassibile), le Corsaro II (capitaine de frégate (capitano di fregata) Giovanni Onnis) est en cours d'armement à Livourne, alors presque terminé (à 96% de l'état d'avancement des travaux) mais pas encore capable de se déplacer et sans munitions : il est donc capturé par les troupes allemandes[6],[7],[8].

À la différence de son navire-jumeau Carrista qui, n'ayant même pas été lancé (la construction avait en effet été retardée par la suppression de la proue et de la poupe pour réparer les unités jumelles endommagées), a été mis au rebut à l'escale, le Corsaro est utilisé comme "navire guide de chasse" équipé d'un radar[6],[7],[8],[9]. Cependant, le projet est abandonné et les travaux de conversion n'ont jamais commencé[9].

En juin 1944, il est décidé de reprendre la construction et le navire, reclassé comme torpilleur, est incorporé à la Kriegsmarine sous le nouveau nom de TA 33[6],[7],[8].

Le 4 septembre 1944, alors que les travaux sont terminés et que les essais en mer sont déjà en cours, le TA 33 est touché lors d'un raid aérien allié et coule dans le port de Gênes[6],[7],[8].

Notes et références

  1. Brescia, p. 127
  2. a b c et d Gardiner & Chesneau, p. 300
  3. Whitley, p. 169
  4. a b et c Brescia, p. 128
  5. Fraccaroli, p. 55
  6. a b c d e et f Italian Squadrista, German TA 33 - Warships 1900-1950
  7. a b c d e et f Ct classe Soldati
  8. a b c d e et f Trentoincina
  9. a et b Enrico Cernuschi, La Marina tedesca in Mediterraneo 1941-1945 – Parte III, su Storia Militare n. 208 – gennaio 2011

Voir aussi

Bibliographie

  • Maurizio Brescia, Mussolini's Navy: A Reference Guide to the Regina Marina 1930–45, Annapolis, Maryland, Naval Institute Press, (ISBN 978-1-59114-544-8)
  • Aldo Fraccaroli, Italian Warships of World War II, Shepperton, UK, Ian Allan, (ISBN 0-7110-0002-6)
  • Robert Gardiner et Roger Chesneau, Conway's All The World's Fighting Ships 1922–1946, London, Conway Maritime Press, (ISBN 0-85177-146-7)
  • Robert Gardiner et Stephen Chumbley, Conway's All The World's Fighting Ships 1947–1995, Annapolis, Maryland, Naval Institute Press, (ISBN 1-55750-132-7)
  • Jürgen Rohwer, Chronology of the War at Sea 1939–1945: The Naval History of World War Two, Annapolis, Maryland, Naval Institute Press, , Third Revised éd. (ISBN 1-59114-119-2)
  • M. J. Whitley, Destroyers of World War 2: An International Encyclopedia, Annapolis, Maryland, Naval Institute Press, (ISBN 1-85409-521-8)
  • (it) Giorgio Giorgerini, La guerra italiana sul mare. La Marina tra vittoria e sconfitta, 1940-1943, Mondadori, 2002, (ISBN 978-88-04-50150-3).

Liens externes

{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Squadrista (destroyer)
Listen to this article