Wismut - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Wismut.

Wismut

Wismut GmbH

Localisation des mines de la Wismut dans la Saxe et le Thuringe.

Création 26 mai 1947
Dates clés 1947-1953 : SAG Wismut
1954-1991 : SDAG Wismut
1991 : Wismut GmbH
Forme juridique Gesellschaft mit beschränkter Haftung depuis 1991
Siège social Chemnitz
 Allemagne
Actionnaires Allemagne (1 )[1]Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité exploitation minière de 1947 à 1990 puis dépollution des sols.
Site web http://www.wismut.de/de/

La société Wismut, fondée en 1947 dans ce qui est alors la zone d'occupation soviétique en Allemagne, était chargée d'extraire l'uranium pour l'armement atomique et les centrales nucléaires de l'URSS.

Historique

Mineurs en 1957.
Mineurs en 1957.

Dans le cadre de la course à la bombe, elle fournit l'uranium nécessaire au projet de bombe atomique soviétique et elle devient rapidement le troisième producteur mondial d'uranium, après les États-Unis et le Canada. Mais l'exploitation de l'uranium devant rester secrète, l'entreprise est officiellement chargée d'exploiter du bismuth (en allemand : Wismut); jusqu’à la fin de la RDA, il est interdit de mentionner l’extraction de l'uranium bien que cela soit un secret de Polichinelle[2].

L'exploitation démarre dès 1946 sous contrôle du NKVD. Le , l'administration militaire soviétique en Allemagne fonde la SAG Wismut, l'entreprise est une société d'État soviétique d'un capital de 50 millions de roubles, le nombre d'employés de la Wismut passe de 2 200 à plus de 100 000. De janvier 1954 à 1991, l'entreprise est une société binationale est-germano-soviétique sous le nom de SDAG Wismut (SDAG pour Sowjetisch-Deutsche Aktiengesellschaft : Société soviéto-allemande), les effectifs se stabilisant autour de 45 000 employés[3] qui à partir de 1949 reçoivent de meilleurs rations alimentaires et salaires que les autres mineurs est-allemands[2]. Entre 1946 et 1990, jusqu'à la réunification allemande, environ 220 000 tonnes d'uranium[3] ont été produites par 500 000 hommes, dont au moins 5 237 ont été victimes de cancer du poumon[2].

Entre 1945 à 1950, l'uranium pour le programme d'armement nucléaire soviétique vint des pays suivants (production minière uniquement) :

  • 1945 : Union soviétique : 14,6 t
  • 1946: Union soviétique : 50,0 t ; Allemagne de l'Est : 15 t ; Tchécoslovaquie : 18 t ; Bulgarie : 26,6 t
  • 1947: Union soviétique : 129,3 t ; Allemagne de l'Est : 150 t ; Tchécoslovaquie : 49,1 t ; Bulgarie : 7,6 t ; Pologne : 2,3 t
  • 1948: Union soviétique : 182,5 t ; Allemagne de l'Est : 321,2 t ; Tchécoslovaquie : 103,2 t ; Bulgarie : 18,2 t ; Pologne : 9,3 t
  • 1949: Union soviétique : 278,6 t ; Allemagne de l'Est : 767,8 t ; Tchécoslovaquie : 147,3 t ; Bulgarie : 30,3 t ; Pologne : 43,3 t
  • 1950: Union soviétique : 416,9 t ; Allemagne de l'Est : 1 224 t ; Tchécoslovaquie : 281,4 t ; Bulgarie : 70,9 t ; Pologne : 63,6 t [4]

Le , l'entreprise est reprise par le gouvernement allemand à la suite d'un accord signé le où l'URSS accepte de céder ses parts en échange d'une exemption totale aux travaux de réhabilitation et de réparations des dégâts environnementaux[2]. Elle devient une société à responsabilité limitée qui ferme les mines et entreprend un long travail de dépollution des sols pour un budget de 6,3 milliards d'euros entre 1991 et 2018[3],[5].

Les régions minières ont été bouleversées par l'extraction de l'uranium, qui laisse un héritage désastreux pour l'environnement[2].

Infrastructures

Mine à ciel ouvert désaffectée de Lichtenberg (Kauern) (en), Thuringe en 2000. Elle a été exploitée de 1958 à 1977.
Mine à ciel ouvert désaffectée de Lichtenberg (Kauern) (en), Thuringe en 2000. Elle a été exploitée de 1958 à 1977.

Le siège social se situe originellement à Aue puis dès 1948 à Chemnitz.

Les mines sont situées dans les Länder de Saxe et de Thuringe :

L'usine de préparation du minerai d'uranium était située dans le quartier Crossen de la ville de Zwickau en Saxe[6].

Listes des mines
mine lieu principal propriétaire compagnie inauguration % d'uranium production totale (tonnes) année de fermeture type
Johanngeorgenstadt monts métallifères (ouest) SAG / SDAG Wismut Objekt 01 1946 3 585 1958 ST
Oberschlema monts métallifères (ouest) SAG / SDAG Wismut Objekt 02 1946 7 098,9 1958 ST
Schneeberg monts métallifères (ouest) SAG / SDAG Wismut Objekt 03 1947 209,7 1956 ST
Annaberg monts métallifères (centre) SAG / SDAG Wismut Objekt 04 1947 450 1958 ST
Marienberg monts métallifères (centre) SAG / SDAG Wismut Objekt 05 1947 121 1955 ST
Gottesberg Vogtland Mts SAG / SDAG Wismut Objekt 06 1948 564 1955 ST
Schneckenstein Vogtland Mts SAG / SDAG Wismut Objekt 06 1948 9 592 1960 ST
Zobes monts du Vogtland SAG / SDAG Wismut Objekt 06 1949 46 733 1964 ST
Bergen monts du Vogtland SAG / SDAG Wismut Objekt 06 1949 1 622 1957 ST
Bärenhecke monts métallifères (est) SAG Wismut Objekt 06 1948 1 1954 ST
Niederpöbel monts métallifères (est) SAG Wismut Objekt 06 1948 303 1954 ST
Niederschlag monts métallifères (centre) SAG Wismut Objekt 07 1947 222 1954 ST
Weißer Hirsch - Antonsthal monts métallifères (ouest) SAG / SDAG Wismut Objekt 08 / Schachtkombinat 235 1949 747,4 1959 ST
Tannenbaum - Antonsthal monts métallifères (ouest) SAG Wismut Objekt 08 1948 90 1954 ST
Mai - Antonsthal monts métallifères (ouest) SAG / SDAG Wismut Objekt 08 / Schachtkombinat 235 1949 50 1959 ST
Seifenbach monts métallifères (ouest) SAG / SDAG Wismut Objekt 08 1947 230 1955 ST
Neu-Oberhaus monts métallifères (ouest) SAG / SDAG Wismut Objekt 08 1948 62 1955 ST
Valerian - Rabenberg monts métallifères (ouest) SAG / SDAG Wismut Objekt 08 1949 32 1955 ST
Unruhe - Halbmeile monts métallifères (ouest) SAG / SDAG Wismut Objekt 08 1950 47 1955 ST
Tellerhäuser-Kaffenberg monts métallifères (ouest) SAG / SDAG Wismut Objekt 08 1951 42 1955 ST
Grünstädtel monts métallifères (ouest) SAG / SDAG Wismut Objekt 08 1949 123 1954 ST
Erla monts métallifères (ouest) SAG Wismut Objekt 08 1949 22 1955 ST
Segen Gottes - Rittersgrün monts métallifères (ouest) SAG Wismut Objekt 08 1949 20,4 1954 ST
Margarethe - Breitenbrunn monts métallifères (ouest) SAG Wismut Objekt 08 1948 7 1951 ST
Niederschlema-Alberoda monts métallifères (ouest) SAG / SDAG Wismut Objekt 09 1947 73 105,0 1991 ST
Pöhla monts métallifères (ouest) SDAG Wismut Objekt 09 1957 1 216,4 1991 ST
"Willi Agatz" Freital (mine de charbon dur) Dresde SAG Wismut / VVB Steinkohle / SDAG Wismut Steinkohlenwerk Freital / Bergbaubetrieb "W.A." 1947 (avec interruptions) 3 691 1989 ST
Königstein Monts Elbsandsteingebirge SDAG Wismut Bergbaubetrieb Königstein 1967 17 810 1991 ST/ISL
Dittrichshütte Sud de la Thuringe SAG / SDAG Wismut Objekt 30 / Objekt 90 1950 0,032 112,62 1954 ST
Schleusingen Sud de la Thuringe SAG / SDAG Wismut Objekt 30 1950 0,01 14 1954 ST
Steinach Sud de la Thuringe SAG / SDAG Wismut Objekt 41 / Objekt 90 1951 0,094 43,55 1954 CO/UG
Sorge-Settendorf Thuringe (est) SAG / SDAG Wismut Objekt 30 / Objekt 90 1950 1957 CO
Gauern Thuringe (est) SAG / SDAG Wismut Objekt 90 1953 1957 CO
Culmitzsch Thuringe (est) SDAG Wismut Objekt 90 1955 1967 CO
Wolfersdorf - Gera-Süd (exploration) Thuringe (est) SDAG Wismut Objekt 90 1963 1969 ST
Ronneburg Thuringe (est) SAG / SDAG Wismut Objekt 90 1952 1956 CO
Stolzenberg Thuringe (est), près de Ronneburg SDAG Wismut Objekt 90 1956 1960 CO
Lichtenberg Thuringe (est) près de Ronneburg SDAG Wismut Objekt 90 / Bergbaubetrieb Lichtenberg 1958 1977 CO
Reust-Lichtenberg Thuringe (est) près de Ronneburg SAG / SDAG Wismut Objekt 90 / Bergbaubetrieb Reust 1951 1991 (de 1987 à 1991 : Schmirchau-Mine) ST/ISL/heap leaching
Schmirchau Thuringe (est) près de Ronneburg SAG / SDAG Wismut Objekt 90 / Bergbaubetrieb Schmirchau 1951 0,101 1991 ST/ISL/heap leaching
Paitzdorf Thuringe (est) près de Ronneburg SDAG Wismut Objekt 90 / Bergbaubetrieb Paitzdorf 1961 0,097 1991 ST
Beerwalde Thuringe (est) près de Ronneburg SDAG Wismut Bergbaubetrieb Beerwalde 1974 0,110 1991 ST
Drosen Thuringe (est) près de Ronneburg SDAG Wismut Bergbaubetrieb Drosen 1982 0,095 2 941,1 1991 ST

La Wismut

Le documentaire allemand La Wismut, sorti en 1993, montre les mines désaffectées et donne la parole à d'anciens ouvriers dont les risques furent minimisés ou ignorés[7]. En 1994, il reçoit le prix allemand de la critique et le prix du film de Hesse.

Article connexe

Références

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. « https://www.bundesfinanzministerium.de/Content/DE/Downloads/Broschueren_Bestellservice/2021-04-08-beteiligungsbericht-des-bundes-2020.pdf?__blob=publicationFile&v=10 » (consulté le )
  2. a b c d et e Chantal Metzger, La République Démocratique Allemande : la vitrine du socialisme et l'envers du miroir (1949-1989-2009), P.I.E.-Peter Lang S.a, , 373 p. (ISBN 978-9052016337, lire en ligne), p. Michel Deshaies, La désastreuse exploitation du minerai pour la paix, un secret bien gardé. p. 181 à 194
  3. a b et c http://www.wise-uranium.org/uwis.html#4ISL.
  4. (de) Chronik der Wismut, Wismut GmbH 1999.
  5. (en) « Euro 6,3 bn allocated by the Federal Republic of Germany », sur http://www.wismut.de/, (consulté le )
  6. « Allemagne: achèvement de l’assainissement d’une usine de préparation d’uranium », sur Forum nucléaire suisse, (consulté le ).
  7. « Documentaire sur grand écran », sur Documentaire sur grand écran (consulté le ).

Lien externe

{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Wismut
Listen to this article