Haarlem - Wikiwand
For faster navigation, this Iframe is preloading the Wikiwand page for Haarlem.

Haarlem

Haarlem
Harlem

Héraldique.

Drapeau.

Le musée Teyler sur les quais de la Spaarne.
Administration
Pays
Pays-Bas
Province
Hollande-Septentrionale
Bourgmestre
Mandat
Jos Wienen (CDA)
2016-2022
Code postal 2000-2037, 2063
Indicatif téléphonique +(31)
Démographie
Gentilé Haarlémois
Population 158 395 hab. (2016[1])
Densité 4 933 hab./km2
Géographie
Coordonnées 52° 22′ 49″ nord, 4° 38′ 26″ est
Superficie 3 211 ha = 32,11 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hollande-Septentrionale
Haarlem
Géolocalisation sur la carte : Pays-Bas
Haarlem
Géolocalisation sur la carte : Pays-Bas
Haarlem
Liens
Site web www.haarlem.nl

Haarlem, également connue sous le nom de Harlem en français (prononcé en néerlandais : /ˈɦaːr.lɛm/ Écouter, en français : /aʁ.ˈlɛm/), est une commune et ville néerlandaise, chef-lieu de la province de Hollande-Septentrionale. Principale ville de la région historique du Kennemerland, elle se situe entre Amsterdam et la mer du Nord. Lors du recensement de 2016, Haarlem compte 158 395 habitants.

Toponymie

Le nom de ville, écrit Haralem au IXe siècle, Harlhem et Harlem au XIIe siècle, puis Herlehem au XIIIe siècle, serait probablement un composé des termes Harl signifiant « relief », « monticule » et hem désignant une « demeure », mais il n'y a aucune certitude sur l'étymologie[2].

Une hypothèse romane d'origine gallo-romaine pourrait être les terres fiscales "harlées" et "araiées", c'est-à-dire desséchées ou asséchées par le soleil et/ou les artifices des premiers paysans dès la fin de l'époque mérovingienne, puis assez rapidement divisées et cultivées ou exploitées en parcelles. Ces nouvelles terres auraient été administrées par lots regroupés dans une manse ou domaine spécifique de gestion à l'époque carolingienne, c'est-à-dire un foyer fiscal collectif qui porte le nom germanique de heim ou hem en langue germanique commune. Le plus gros village, centre de ban le plus important, aurait repris le nom de ce terroir. Il existe probablement plusieurs autres dénominations oubliées, elles ont pu être qualifiées temporairement avec l'adjectif "are", "aride" (latin aridus) ou avec le mot arée, "terre labourée" (latin classique aratio ou vulgaire arata), ce qui expliquerait certaines graphies hasardeuses des clercs administrateurs[3].

Géographie

Haarlem se trouve à une vingtaine de kilomètres à l'ouest d'Amsterdam et à 6 km environ de la mer du Nord. Au cœur de la cité, la rivière Spaarne qui la traverse, est bordée de monuments historiques. Haarlem est d'ailleurs surnommée Spaarnestad.

Haarlem est entourée d’eau et plusieurs ports de plaisance dans les environs accueillent voiliers, planches à voile et bateaux à moteur.

Histoire

Haarlem est fondée au IXe siècle sur les bords d'un cordon littoral d'un lac appelé Haarlemmermeer. Elle est dotée d'un riche passé et obtient les franchises communales depuis plus de sept cent cinquante ans. Les brasseries, la construction navale et l'industrie textile ont fait autrefois de cette ville, l'une des plus prospères des Pays-Bas.

Quelques grandes dates de l'histoire haarlemoise :

Toutes ces histoires font part de l'histoire mythique de Haarlem.

En 1492, des événements violents liés à la Révolte du peuple du fromage et du pain ont pris part dans la ville. En conséquence et en représailles, Albert III de Saxe impose la présence d'une garnison dans la ville.

L'église Saint-Bavon de Haarlem, avec à gauche la statue de Laurent Coster.
L'église Saint-Bavon de Haarlem, avec à gauche la statue de Laurent Coster.

Durant le terrible hiver 1572/1573, la ville souffre de disettes et de froid car elle est assiégée par les armées espagnoles du duc d'Albe. Elle parvient néanmoins à résister sept mois grâce au ravitaillement arrivant sur des traineaux à patins glissant facilement sur la glace des canaux gelées en hiver, que les Hollandais menant la guerre de libération contrôlent encore. Mais avec le printemps boueux survient la reddition inévitable. Après les persécutions du duc d'Albe et la déportation ou le massacre planifié d'une partie de la population passée au protestantisme, la ville rejoint en cachette l'alliance confédérée des Pays-Bas, puis ouvre ses portes. Elle se relève sur le plan démographique en accueillant les réfugiés protestants flamands ou anversois, français ou lorrains. Le XVIIe siècle est marqué par l'essor de l'activité textile, ainsi que le début prolifique et spéculatif de la culture de la tulipe. De nombreux Flamands s’établissent à Haarlem vers 1700.

Le peintre Frans Hals (1581-1666) y fait toute sa carrière. Les ateliers de peintres sont nombreux. Les plus connus sont celui de Pieter Sanraedam et de Jacob van Ruisdael.

L'asséchement du Haarlemmermeer au milieu du XIXe siècle offre des terres à la floriculture.

À la Belle Époque, les fonderies et la construction navale, par exemple de dragues aux établissements Werf Conrad, acquièrent une réputation mondiale, alors que les brasseries et l'industrie textile demeurent importantes.

Démographie

Historique de la population

Une rue de Haarlem au XVIIe siècle : Janstraat, avec l'église Saint-Bavon en arrière-plan.
Une rue de Haarlem au XVIIe siècle : Janstraat, avec l'église Saint-Bavon en arrière-plan.
Evolution récente
Commune Agglomération Aire urbaine
1960 169 215 215 116 366 441
1970 172 235 217 995 406 848
1980 158 291 202 852 391 002
1990 149 269 192 972 378 206
2000 148 484 191 079 389 929
2009 148 191 190 755 409 447

Origines des habitants

Nombre Pourcentage
Autochtones 111 752 75,41
Allochtones occidentaux 16 494 11,13
Union européenne 9 357 6,31
Autres 2 331 1,57
Allochtones non occidentaux 11 688 7,88
Turquie 6 334 4,27
Indonésie 4 806 3,24
Maroc 4 510 3,04
Suriname 1 977 1,33
Antilles néerlandaises et Aruba 911 0,61
Autres 6 223 4,20

Administration

Haarlem est administrée par le Conseil municipal (39 membres élus au suffrage direct), le bourgmestre (nommé par le roi) et six échevins (choisis par et parmi les membres du Conseil municipal). Le collège des bourgmestre et échevins assure la gestion courante de la commune.

Haarlem entretient des liens d’amitié avec :

Monuments

Centre-ville

Moulin De Adriaan (reconstruit en 2002).
Moulin De Adriaan (reconstruit en 2002).
La Spaarne avec le moulin De Adriaan.
La Spaarne avec le moulin De Adriaan.

Le centre historique de Haarlem, très bien conservé, compte plus d’un millier de monuments protégés. Le cœur de la ville est constitué par le Grote Markt, autrefois lieu de joute des comtes de Hollande, avec l'hôtel de ville datant du Moyen Âge, la Grote Kerk ou Église Saint-Bavon et le Vleeshal (halle aux viandes). Haarlem compte un grand nombre de béguinages, dont le plus ancien remonte à 1395.

Smedestraat 33 est une porte à Haarlem datant de la seconde moitié du XVIIe siècle et classée monument national.

La gare de Haarlem est un bel exemple du style de l'architecte Dirk Margadant (1849-1915). Le bâtiment actuel est construit entre 1906 et 1908[4].

Églises de Haarlem

Art et culture

Le musée Frans Hals expose les œuvres de peintres illustres alors que le musée Teyler (sciences), qui est le plus ancien musée des Pays-Bas, est consacré au XVIIIe siècle. Haarlem est aussi la ville d’écrivains tels que Beets (« Camera Obscura »), Bomans et Mulisch (« L’Attentat »). Citons encore le Festival d’orgue international, l'orchestre Holland Symfonia et le chœur de la Cathédrale Basilique St.Bavo, le théâtre Toneelschuur, le cinéma Filmhuis, des galeries et festivals culturels et musicaux.

En 1954, la ville a accueilli le congrès mondial d’espéranto.

Centre

Haarlem possède un centre animé, où l’on trouve les boutiques, cafés et restaurants les plus divers. Toutes sortes d’événements y sont organisés toute l’année (Vaardagen, Stripdagen, festivals dans le bois Haarlemmerhout).

Galerie

  • Musée Teylermuseum et église St. Bavokerk
    Musée Teylermuseum et église St. Bavokerk
  • Poids public et église St Bavokerk
    Poids public et église St Bavokerk
  • Hôtel de ville
    Hôtel de ville
  • Pont Gravestenenbrug
    Pont Gravestenenbrug
  • Pignons à redents sur Groot Heiligland
    Pignons à redents sur Groot Heiligland
  • Ancien marché (de Oude Groenmarkt)
    Ancien marché (de Oude Groenmarkt)
  • Angle des Gedempte Oudegracht et Jacobijnenstraat
    Angle des Gedempte Oudegracht et Jacobijnenstraat
  • Amsterdamse Poort
    Amsterdamse Poort
  • La Spaarne et le tour de l'église Bakenesserkerk)
    La Spaarne et le tour de l'église Bakenesserkerk)
  • Moulin de Veer à Penningsveer
    Moulin de Veer à Penningsveer

Culture de fleurs

Plan d'assèchement du lac de Haarlem à partir de 1840
Plan d'assèchement du lac de Haarlem à partir de 1840

Haarlem est renommée pour la culture des fleurs. Les champs de tulipes, de jacinthes véritables et de narcisses, au sud de la commune, attirent les touristes. Chaque année en avril, les chars décorés du Corso fleuri traversent cette cité pendant deux jours. Haarlem doit son surnom de « ville des fleurs » à l’abondance de fleurs égayant partout la ville le reste de l’année et à son cadre de verdure formé par le Haarlemmerhout (bois municipal) et divers parcs du XIXe siècle.

Religion

Activité économique

Vestibule d'entrée du musée Teyler.
Vestibule d'entrée du musée Teyler.
Deux tableaux en la gare.
Deux tableaux en la gare.

Les secteurs importants sont le secteur (semi)-public, le secteur graphique (le plus grand éditeur de Pays-Bas est établi à Haarlem, de même que Joh. Enschedé & Zn., imprimeurs entre autres de billets de banque) et l’industrie pharmaceutique. Il n’y a pratiquement pas d’industrie lourde. Des nombreux Haarlemois travaillent hors de la commune.

Environnement

Haarlem est à 30 minutes en voiture de l'aéroport d'Amsterdam-Schiphol et à quelques kilomètres seulement de la mer et des plages (station balnéaire de Zandvoort). En train la durée du trajet depuis le centre d'Amsterdam (Gare d'Amsterdam-Central) est seulement 15 minutes. Le Parc national de Kennemerduinen et la région de loisirs Spaarnwoude offrent de grandes étendues pour la promenade.

Quelques moulins accessibles en 15 minutes à vélo entourent la ville. Haarlem abrite aussi la petite portion restante du Haarlemmermeer, lac poldérisé en 1852.

Harlem, Manhattan

En 1658, le hollandais Pieter Stuyvesant a fondé le campement de Nieuw Haarlem (la Nouvelle-Haarlem) sur l'île de Manhattan en Amérique du Nord. Ce campement est devenu plus tard le quartier de Harlem dans la ville de New York[5].

Personnalités liées à Haarlem

Références

  1. http://statline.cbs.nl/Statweb/publication/?DM=SLNL&PA=37230NED&D1=17-18,20&D2=57-60,63-65,67-71,73,75-77,81-82,84-86,88-91,93-97,100-594&D3=l&LA=EN&HDR=T&STB=G1,G2&VW=T
  2. Dictionnaire des noms de lieux – Louis Deroy et Marianne Mulon (Le Robert, 1994) (ISBN 285036195X)
  3. Les formes verbales haler, hasler, harler sont similaires en ancien français. Elle proviendrait du francique hallôn "dessécher", selon Algirdas Julien Greimas. L'amenuisement du r est rapide en ancien français, le renforcement du son r peut provenir d'une confusion sémantique précoce chez les clercs latinistes, alors que les paysans et les habitants garderaient étonnamment le nom primitif, l'imposant plus tard avec une évolution de prononciation germanique limitée.
  4. http://stationsweb.nl/gebouw.asp?rec=463
  5. Frank Hercules, « To Live In Harlem », dans National Geographic, février 1977, p. 178

Voir aussi

Article connexe

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :

{{bottomLinkPreText}} {{bottomLinkText}}
Haarlem
Listen to this article